05/06/2010

Contrats de quartier, épisode 2.

contrat.jpg

 

 

Discussion lancée hier, reprise, arguments et contre-arguments.

Tout semble beau, trop beau.

Il nous faut revenir sur le fond du problème. La question qui tue.

Mais pourquoi des contrats de quartiers ?

Notre système politique a-t-il failli ?

Les élus sont-ils devenus sourds et muets ?

Une vision autogestionnaire d’une certaine gauche ?

Une autre façon de faire de la politique, notre problème est plus important que le votre, notre région prime sur la votre, notre quartier est le plus important.

Une addition de problèmes particuliers !

La recherche un peu facile d’un certain clientélisme ou une nouvelle usine à gaz.

Et pour terminer la prise de pouvoir de l’administration.

 

Pour nous, les contrats de quartier doivent être rejetés car il s’ajoute à un système perfectible mais qui fonctionne.

Ils ajoutent de la lourdeur, il augmente l’importance de l’administratif.

Tout contrat doit être contrôlé, surveillé.

Qui va le faire ?

Une nouvelle commission du Conseil municipal ?

Un nouveau service communal.

Pour quels résultats ?

Le PDC a proposé un nouveau règlement du Conseil municipal qui se propose de mieux répartir les compétences entre le Conseil administratif et le Conseil municipal, de clarifier le traitement des motions, des résolutions et des pétitions.

Les changements seront d’importance et permettront de mieux écouter les doléances des citoyens.

Si vous pensez que les élus municipaux ne sont pas à votre écoute, alors ne les réélisez pas, présentez-vous, créez votre parti, enfin faites vivre ce qui existe.

11:43 | Lien permanent | Commentaires (2) | La griffe orange

Commentaires

Les contrats de quartier c'est pour faire croire au peuple qu'on l'écoute, à droite ça s'appelle du populisme et à gauche de la démagogie, ou le contraire, bref, mais c'est la même chose, on se fout du peuple qui paye grassement fonctionnaires et politiciens!

Alors que Genève à 14 milliards de dette, pas un politicien ne parle de restrictions budgettaires ou de besse de salaire de la fnction publique, c'est dire le degré de responsabilité et de conpétence de notre "élite"!

Les fonctionnaire représente 30% des votants, et quand une votation les concerne, ils vont tous voté!

En attendant le grand soir c'est déjà la nuit!

Écrit par : dominiquedegoumois | 05/06/2010

Je trouve votre positionnement pertinent. Mieux vaut encourager le citoyen à s'engager en politique ou dans le monde associatif, que de laisser naître de faux espoirs ou projets sans ambition répondants à des attententes minimes, car dépouvus de budget et de véritable légitimité démocratique.

Écrit par : Riro | 07/06/2010

Les commentaires sont fermés.