11/08/2010

Drôles de cocos...

 

sans-culotte.jpg

 

 

Pendant la Révolution française, des carougeois « patriotes », râleurs, remontés contre l’Eglise et les riches, décidèrent d’attaquer l’abbaye de Pomier.

Vous connaissez, à droite juste avant le Mont-Sion.

Munis de tout l’attirail, cocardes, bonnet phrygien, chansons et ripailles, ils pillèrent les bons moines, volèrent la cloche et détruisirent la faïencerie qui était installée dans l’abbaye.

C’est ce que la petite histoire raconte.

Les ouvriers carapatèrent s’installer à Hautecombe, puis à Carouge.

Donc on pille, on brûle et on gagne une industrie qui fit le bonheur de Carouge pendant plus d’un siècle grâce à monsieur Abraham Baylon.

Et la cloche…

Elle fut installée dans l’église.

Résultat des courses puisque nous avons gagné une industrie, par esprit de magnanimité, nous devrions rendre la cloche.

Alors faisons un effort et comme nos ancêtres sans-culotte, à pied et en délégation rendons-nous à Pomier pour faire « acte de contrition ».

En plus le chemin est charmant, il suit la route du pèlerinage de Compostelle et, à un moment, il y a la plus belle vue de Genève et de la rade.

Promis, juré.

Alors Ultreïa…

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

Les commentaires sont fermés.