31/08/2010

Tambourine… LE consensus !?!

HEG.JPG

 

Une vraie « télé novelas », une histoire sans fin et sans fond.

Qui détient la vérité, qui manipule qui.

Des promesses non tenues et des habitants qui commencent à en avoir ras la patate.

A notre demande, le PDC a déposé, devant le Grand conseil, une interpellation urgente écrite le 26 mai 2010 (IUE 968).

La réponse (IUE 968-A) vient de nous parvenir et franchement il faut avoir lu Kant dans le texte pour arriver à comprendre le fond de la pensée du Conseil d’Etat.

Il est admis que la révision du PLQ n° 28566 adopté en 1994 a bien été entamée en 2006 et est toujours en cours.

Que deux projets sont proposés et qu’il faut en discuter.

Allons de l’avant mais pas trop vite. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties.

Mais au sujet du bâtiment de la discorde (Haute école de gestion), circulez, il n’y a rien à voir.

Citons dans le texte (sic) : « C’est dans ce contexte et pour permettre la recherche d’une solution consensuelle pour l’aménagement de ce quartier, tout en préservant la capacité des HES et de l’Université à se développer sur le site, que l’autorisation de construire relative à ce bâtiment a été délivrée au mois de mai 2009 (DD 101 605) et que le PL 10516-A relatif au crédit de construction dudit bâtiment a d’ores et déjà été présenté au Grand Conseil. »

Rappelons, juste pour mémoire, la demande des habitants, relayée par une motion signée par l’ensemble de la commission de l’aménagement était de déplacer ce bâtiment sur une autre parcelle et de débuter, enfin, des travaux d’aménagement du quartier (place publique, plan de circulation, commerces…).

Le 21 septembre 2006, le Conseil d’Etat annonçait qu’il allait procéder à une révision du PLQ, à une réactualisation du programme de l’Université et des HES et qu’il allait proposer un projet de déclassement de la parcelle propriété de l’Université (le long du chemin vert soit à 100 mètre à vol d’oiseau de la Tambourine).

Et puis, plouf, plus rien.

Alors la solution consensuelle, nous fait bien rire.

On passe en force, en parlant de consensus.

Vive la démocratie…

10:54 Publié dans Carouge | Lien permanent | Commentaires (4) | La griffe orange

28/08/2010

Tir au canon

tir au canon.jpg

 

 

Les carougeois sont de drôles d’oiseaux.

Des bizarres qui organisent un concours de Tir au Canon chaque année.

Vous imaginez 10 canons alignés, crachant leur feu sur des cibles, en plein Carouge.

Franchement des dingues.

Avez-vous essayé ?

Juste pour voir.

Nous vous rassurons, ce ne sont que des canons de carabines placé sur un petit affût.

Pas facile de bien viser. Il ne faut pas être bigleux.

L’expérience est nécessaire.

Le déplacement vaut la peine, juste pour l’ambiance.

Pendant la vogue de Carouge, la semaine prochaine.

Derrière le centre communal, le long de la moraine de Pinchat, vous trouverez à l’oreille.

Rue du Tir-au-Canon, tout bêtement.

Il y a 3 mois des vandales ont tout cassé. Le concours a failli être annulé. Du jamais vu.

Débile et crétin.

15:05 | Lien permanent | Commentaires (2) | La griffe orange

26/08/2010

Initiative.

parking.jpg

 

 

C’est parti.

L’approche des élections permet de faire fleurir les initiatives.

Il faut se positionner, se faire entendre, parler aux citoyens.

Un bon moyen.

Les commerçants proposent de compenser les places de parking perdues en surface pour de nouvelles places en sous-sol.

Nous sommes pour et nous signerons cette initiative. Nous la soutiendrons devant le Conseil municipal.

Le Conseil administratif a déjà proposé un nouveau parking souterrain au lieu dit, ilot des menuisiers (rue de Veyrier).

Un projet doit être déposé.

Quand ?

Combien de temps pour construire ?

Tout est lent, difficile, chicanier.

Entre le vote d’un crédit et le début des travaux, il faut en moyenne 3 ans.

Dingue.

L’administration cantonale est lente, procédurière, pléthorique.

Une réforme est nécessaire.

Les communes ne peuvent plus se permettre d’attendre le bon vouloir de certains messieurs.

Carouge a besoin de nouvelles places de parc en sous-sol.

Agrandissons, en premier, le parking de Sardaigne, ce qui permettra de créer une entrée au niveau des Promenades.

Au travail, les jeunes…

07:02 | Lien permanent | Commentaires (7) | La griffe orange

24/08/2010

Bon, alors on fait quoi avec cette sacrée taxe professionnelle !

Dime.jpg

 

 

L’idée de la supprimer donne des boutons de fièvre à la gauche.

Comme, elle est majoritaire, l’affaire est entendue.

Le problème, c’est que cette taxe, qui se surajoute  aux impôts (pourquoi ? dans quels buts ?) va devoir disparaître.

La Confédération a quand même trouvé bizarre de faire payer en plus les entreprises et les indépendants.

L’équité demande sa suppression.

La question à plusieurs millions : Faut-il attendre une diminution drastique du budget ou faut-il anticiper en la baissant graduellement.

Un gestionnaire responsable ne peut qu’appliquer la deuxième solution.

Ceux qui veulent attendre, jouent avec le feu.

La cigale et la fourmi, vous connaissez.

Rien n’a changé depuis l’époque du fabuliste.

 

Nous allons donc proposer une baisse de 25 % par année.

Il ne faut pas avoir peur, Carouge restera bien assez riche.

Mais pas trop, pour ne pas avoir envie de jeter l’argent par les fenêtres.

06:59 | Lien permanent | Commentaires (4) | La griffe orange

21/08/2010

Le futur centre de Carouge !

prairie.jpg

 

 

La Praille, on en parle, reparle, rêve, on construit des châteaux en Espagne, on devient tous des urbanistes.

Chacune, chacun a son idée.

Tours, éco-cartier, coopérative, espaces verts, théâtre, université, magasins, proximité, bref le bonheur à portée de main.

N’oublions pas que Praille vient du latin « pratum » qui signifie prairie.

C’est une longue plaine s’étendant du Rondeau au Bois-de-la-Bâtie. Elle est formée de terres alluvionnaires qui ont comblé une ancienne boucle de l’Arve.

La Drize, appelée également Eau-Morte, traversait ces terrains avant de se jeter dans l’Aire vers le Pont-Rouge.

Terre de maraîchers, terre de « planta-porrêts ».

Alors pourquoi une belle prairie au milieu de se nouveau quartier.

Avec des fleurs, du vent, des insectes, des bruissements, des couleurs et un ciel de paradis.

Chiche…

12:21 | Lien permanent | Commentaires (4) | La griffe orange

20/08/2010

Pour un budget de consensus.

budget.jpg

 

 

Depuis 3 ans, le PDC demande que chaque année le Conseil Administratif convie les partis à une réunion informelle pour discuter du budget.

Juste écouter, peut-être entendre et si entente pourquoi pas établir un budget consensuel.

Cette année, une légère brise s’est levée, et des paroles, des chuchotements, sont arrivés à nos oreilles toutes poilues.

Avons-nous rêvé ?

Mais, il semble qu’une majorité se dessine pour accepter une baisse du centime.

L’Entente est convaincue, mais un parti de l’Alternative semble d’accord pour faire un pas dans notre direction.

A vous de deviner lequel ?

Une bière pour la première bonne réponse.

Alors Carougeoise et Carougeois, bientôt une baisse de vos impôts ?

Possible.

07:02 | Lien permanent | Commentaires (12) | La griffe orange

19/08/2010

Allons-nous promener...

déception.jpg

 

 

Le bon Jacques-Dalphin nous attend.

Les travaux sont enfin terminés.

Zone à 20 km/h, priorité pour les piétons.

Alors déambulons comme Zébullon.

Admirons, gambadons.

Déception.

L’aménagement est raté, un vrai mélange de genre. Accumulation de trop, lecture du concept impossible.

Les bâtiments ne sont pas mis en évidence, la vue est parasitée par les emplacements de parc pour les voitures et les cycles, les pots de fleurs et le marquage au sol. On a même réussi à mettre un stop au mauvais endroit.

La couleur du revêtement est trop sombre et participe à cette absence de visibilité.

La suppression des trottoirs devait donner un sentiment d’ouverture, d’agrandissement de l’espace urbain.

Raté.

Les doutes exprimés par le PDC et les Ecologistes se sont réalisés.

Nos remarques n’ont pas été entendues.

 

Il va falloir revoir la copie. Et cela va coûter bonbon.

07:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | La griffe orange

17/08/2010

Le district de Carouge !

district.jpg

 

 

La Constituante va prochainement discuter de l’organisation des communes.

Point crucial qui risque de faire capoter toute l’affaire.

Audace ou esprit conservateur ?

Canton sans commune, avec 2 communes, 4, 10 ou des districts comme nos amis vaudois.

Fusion obligatoire.

Bref les idées volent et le pékin bout.

Nous sommes tous originaire d’une commune.

Nous sommes tous attachés viscéralement à un lieu qui est de toutes façons le plus beau, le plus génial, le plus magnifique, le seul, le centre du monde et des l’espace.

Cela fait du bien de le savoir.

Dans cette mondialisation sans goût, insipide où les villes vont finir par n’en faire qu’une, nous réclamons la différence.

Alors pas touche à Carouge.

Nous sommes uniques, nous sommes les meilleures, les plus râleurs, les plus beaux, les plus…

Alors celui qui veut nous marier à Veyrier, Troinex, ou Lancy, il a intérêt à éviter notre commune.

Non mais…

06:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

14/08/2010

Carouge est-il le faubourg de Cruseilles ?

cruseilles.jpg

 

 

Il faut le croire. Un chemin porte ce nom. Il est peu connu, il s’appelait avant chemin Lucifer. Rien à voir avec l’enfer et le prince de démons, mais simplement avec l’entreprise qui créchait en ce lieu.

Bref, lorsque le chemin devint public, il reçu la dénomination de  Faubourg-de-Cruseilles.

Au début du XXème siècle, le Rondeau était le rendez-vous de tous les paysans et maraîchers savoyards. Ils venaient écouler leurs beaux produits, surtout grâce à la liberté de commerce instituée par les fameuses zones franches.

Certains se rappellent que nous devions passer deux douanes lorsque nous entrions en France.

Ces savoyards avaient créé une deuxième patrie a Carouge. Ils y passaient une grande partie de la journée et séjournait de longs moments dans les 7 bistrots du Rondeau.

Et en fin de semaine, il n’était pas rare de rencontrer des Carougeois le long de la route de Cruseilles venus rendre visite à leurs amis.

Il fut même fondé une « Commune libre du Faubourg de Cruseilles » avec un maire élu démocratiquement.

Les Carougeois ont toujours accepté d’être le faubourg de Cruseilles, mais jamais le faubourg de Genève.

10:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

12/08/2010

Prémonitoire...

tombouctou.jpg

 

 

Savez-vous que nous avons un chemin du Tunnel qui a vu le jour sans qu’il existe un minime petit bout de tunnel ?

Encore une histoire liée au CEVA.

Puisque le tracé avait été accepté, la gare de la Praille construite, il semblait logique que dans la foulée le raccordement à la gare des Eaux-Vives se fasse.

Donc la commune pris de l’avance. Mieux fallait être prévoyant et surtout visionnaire.

Et nous voilà avec un chemin dont le nom ne correspond à rien.

Ironie du sort, le tunnel va bien être construit, en 1979, mais il sera routier.

La suite, nous ne vous faisons pas un dessin, vous la connaissez.

Tunnel, il y aura, sous la colline de Pinchat.

Les bouteilles d’Evian pourront tranquillement circuler, bien « aux frais » de la princesse.

Et Carouge attendra encore sa gare.

Et de rêver à des destinations improbables, assis le long de quais imaginaires.

Carouge-Tombouctou avec changement à Tolochonaz.

Carouge-Zanzibar.

Carouge-Denges pour faire plaisir à Ramuz.

L’Orient-Express, le Transsibérien…

08:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

11/08/2010

Drôles de cocos...

 

sans-culotte.jpg

 

 

Pendant la Révolution française, des carougeois « patriotes », râleurs, remontés contre l’Eglise et les riches, décidèrent d’attaquer l’abbaye de Pomier.

Vous connaissez, à droite juste avant le Mont-Sion.

Munis de tout l’attirail, cocardes, bonnet phrygien, chansons et ripailles, ils pillèrent les bons moines, volèrent la cloche et détruisirent la faïencerie qui était installée dans l’abbaye.

C’est ce que la petite histoire raconte.

Les ouvriers carapatèrent s’installer à Hautecombe, puis à Carouge.

Donc on pille, on brûle et on gagne une industrie qui fit le bonheur de Carouge pendant plus d’un siècle grâce à monsieur Abraham Baylon.

Et la cloche…

Elle fut installée dans l’église.

Résultat des courses puisque nous avons gagné une industrie, par esprit de magnanimité, nous devrions rendre la cloche.

Alors faisons un effort et comme nos ancêtres sans-culotte, à pied et en délégation rendons-nous à Pomier pour faire « acte de contrition ».

En plus le chemin est charmant, il suit la route du pèlerinage de Compostelle et, à un moment, il y a la plus belle vue de Genève et de la rade.

Promis, juré.

Alors Ultreïa…

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

09/08/2010

Nous avons eu un roi.

Sigismond.jpg

 

 

Et oui, bien avant les rois de Savoie.

Sigismond, fils de Gondebaud, roi des Burgondes, qui régnait sur ce qui sera la Bourgogne.

En 516, il décida de se faire couronner à Carouge.

Mazette, c’est pas rien.

Un homme important qui  fonda l’Abbaye Saint-Michel d’Agaune à Saint-Maurice.

Et en plus d’être roi, il va être canonisé.

Saint-Sigismond se fête le 1er mai.

Bon, il va mal finir.

Il a voulu un peu titiller les Francs.

Et Clodomir, un des fils de Clovis, l’a fait assassiner.

Pire que la mafia.

Fallait pas leur chercher noise.

Il fallait être franc avec les Francs et jouer franc jeu (pas terrible, nous le concédons).

Résumons, nous avons eu un saint, des cardinaux, alors pourquoi pas un pape.

Oh, juste pour mémoire la place Sigismond se trouve devant le cimetière, à l'endroit oû des restes de l'enceinte fortifiée, datant du temps de burgondes, a été retrouvée.

11:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

07/08/2010

Sommes-nous Sardes ?

Sardaigne.jpg

Question à 100 francs ?

Question qui horripile notre bon archiviste, monsieur Zumkeller.

Nous ne sommes pas plus Sardes que Bernois.

Et la place de Sardaigne devrait s’appeler place de Turin ou place de Savoie.

Si les français n’avaient pas eu la bonne idée de faire la révolution, puis d’aller chercher un corse pour les diriger, Carouge aurait continué à se développer et nous aurions une place de l’Hôtel-de-Ville.

Il était prévu d’y construire une marie, un hôpital et la prison.

Tout un programme.

Mais revenons à nos montons sardes.

Il était une fois un Duc qui voulait être Roi. Pas simple.

L’idée, acheter la Sardaigne qui avait l’avantage de posséder des mines et un titre de Roi pour le propriétaire.

Le Duc de Savoie devint Roi de Savoie.

L’extension Sarde un pur hasard.

Donc nous sommes savoyards et piémontais. Turin est notre capitale.

En 2011, nous allons fêter les 225 ans de la  fondation de Carouge. Le Roi Victor-Amé III donna à Carouge ses lettres patentes le 31 janvier 1786.

Pourquoi ne pas profiter de cet anniversaire pour débaptiser la place et l’appeler place de Turin ?

Et dans la foulée se jumeler avec cette ville ?

Logique, non …

14:25 | Lien permanent | Commentaires (2) | La griffe orange

05/08/2010

Ils sont fous ces romains...

Centurion2.jpg

 

 

Vous connaissez Marcus Carantius  Macrinus.

Non ce n’est pas notre futur conseiller administratif MCG.

Mais notre centurion.

Car à Carouge on ne se mouche pas du coude et on possède un vrai de vrai centurion prouvé sur facture.

Enfin de compte sur une pierre funéraire trouvée à l’angle de le rue de la Fontenette en 1805 (à voir dans le hall de la mairie).

Notre romain fut soldat sous Domitien en 73 et centurion sous Nervas en 90.

Et pour que notre belle population se rappelle, on donna le nom d’une rue à notre bonhomme, la rue du Centurion.

Dans la même région, les archéologues ont retrouvé un autel dédié à Jupiter (conservé au Musée d’Art et d’Histoire).

Ce qui va être marrant, c’est que les travaux du CEVA vont se faire dans cette région et les spécialistes s’attendent à trouver des vestiges.

Et si…

La big découverte.

Le trésor de Jules.

Les restes d’une ville avec tout le confort, ses piscines, son théâtre, ses bustes, ses rues.

Adieu CEVA, tu ne pourras pas passer par Carouge la Romaine.

Ah, ces romains…

11:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | La griffe orange

03/08/2010

Le saviez-vous ?

carat.jpg

 

 

Allez, qui connaît le chemin des Carats !

Le PDC Carouge que nenni.

Mais nous sommes des ignares.

Il se situe entre la rue des Caroubiers et la rue Jacques-Grosselin (c’est la dernière fois que nous citons un radical…).

Avant c’était un cheminement privé, sans nom, et il est passé sur le domaine public en 1986.

Nous sommes excusés, nous n’étions pas nés à cette lointaine époque (le PDC est un parti jeune car il est en train de renaître...).

Et la signification de carats…

Il faut savoir que les marchands de l’antiquité utilisaient la graine contenu dans la caroube (carat) car elle avait la particularité d’avoir un poids régulier et constant de 0.2055 gr.

Ces graines ont, donc, longtemps servi comme unité de mesure pour déterminer le poids des diamants ou d’autres pierres précieuses et le terme est passé dans le domaine public pour déterminer la pureté d’un alliage..

Et voilà le travail.

Nous n’avons pas de caroubiers et encore moins de carats, mais nous savons tout sur cet arbre.

Il faudrait essayer d’en planter un à quelque part.

11:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | La griffe orange