24/11/2010

Scènes de la vie ordinaire.

parking2.jpg

 

 

Lundi soir, pas tard, 21 heures, parking de Sardaigne.

Des personnes téléphonant, énervées, brouhaha.

Plusieurs voitures vandalisées, vitres explosées.

Pas une, pas deux, 5 à 6 au premier étage.

Et ce n’est de loin d’être un épisode unique.

Sacré exemple pour la commune.

La police municipale, aux abonnés absents, semble-t-il.

La police cantonale n’intervient pas pour ces cas de peu de gravité.

Alors un grand sentiment de ras le bol.

Que dire à ces personnes.

Comment bien faire.

Une police municipale présente 24 heure sur 24, atteignable, visible.

Cela suffit pour tranquilliser.

Avoir quelqu’un qui répond et qui vient constater.

Simple.

09:53 | Lien permanent | Commentaires (3) | La griffe orange

Commentaires

mais non , il ne se passe rien du tout à carouge, tout va bien , pas de casse, pas de vol, c'est surement vrai vu que c'est la gauche qui le dit.

il faudrai que cette gauche ouvre les yeux

Écrit par : polo | 24/11/2010

polo

c' est trop facile de tout mettre sur le dos de la gauche

Écrit par : marie seiler | 24/11/2010

Chère Marie,

je ne pense pas que le PDC de Carouge accuse la gauche d'avoir cassé ces fameuses vitres... seulement d'avoir fait preuve d'angélisme ;-)

Écrit par : Philippe C | 24/11/2010

Les commentaires sont fermés.