21/04/2011

Changement de crèmerie...

crèmerie.jpg

 

 

On rend les clés de la mairie et on fait un état des lieux.

La Gauche a de la chance.

En parfait état de marche, la commune.

Réglages aux petits poils.

Huiles dans les rouages.

Moteur qui ronronne.

Les comptes présentés, mardi, au Conseil communal, sont un vrai bijou.

10 millions de bénéfices sur 90 millions de budget.

Des investissements en accord avec les prévisions.

Une baisse de la dette (qui est à 1000 francs par habitant).

Une commune qui marche et qui est prospère.

Grâce à qui…

A Marc NOBS.

Et cela n’a rien à voir avec la conjoncture économique.

Il est étonnant de constater que l’on préfère mettre à la porte un bon gestionnaire pour mettre à la place une équipe inexpérimentée.

La Gauche n’a pas voulu partager le pouvoir en snobant la minorité bourgeoise et bien elle assumera seule.

Et nous jugerons sur pièces.

Et le jour de notre retour à la mairie, nous espérons que l’état de finances sera aussi florissant.

08:01 | Lien permanent | Commentaires (20) | La griffe orange

Commentaires

Les finances n'ont rien de florissant.

Pas celles de Carougeois en tout cas.

La Commune leur a ponctionné 10 000 000 d'impôt en trop.

Avec la gauche ce sera pire.

Mais c'est quand même pour cela que Nobs a été sanctionné : son vampirisme fiscal.

Écrit par : André Baldini | 21/04/2011

Durant 4 ans, la gauche et la population carougeoise n'ont pas voulu de baisses des impôts.
Nobs n'en est pour rien.
Le PDC va proposer au prochain budget une baisse de 2 centimes (impôts) et de 10 % pour la taxe professionnelle.
Agir pour le classe moyenne et le PME, cela sera notre bataille durant ces 4 prochaines années.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 21/04/2011

M Buchs a raison , c'est la gauche qui a refusé la baisse des impots

patience, le melon vert va faire peter le budget, et la va rire

Écrit par : michelle petit | 21/04/2011

La baisse de la taxe professionnelle va profiter à 80 % à Pictet. Il faudra aller chercher le manque de ressources parmi toute la population et les PME. Si vous discutez avec des dirigeants de PME, ceux-ci n'ont rien contre la taxe professionnelle. C'est le PLR qui pousse à sa baisse, pour favoriser certaines grandes entreprises.

Mais socialement, diminuer un impôt qui est acquitté à 70 % par les banques et lers sociétés financières, c'est de l'ultra-libéralisme, puisqu'il faudra aller chercher les ressources manquantes parmi toutes la population et les PME.

Écrit par : André Baldini | 21/04/2011

Je n'ai pas fait le calcul pour Carouge, mais à genève, la suppression de la taxe professionnelle entraînerait une hausse de 8 centimes additionnels. À vue de nez, la baisser de 10 % à Carouge annulerait les 2 centimes additionnels de baisse que vous souhaitez.

Écrit par : André Baldini | 21/04/2011

Comme petit patron avec une employée, je ne cracherai pas sur une supression ma taxe professionnelle.
Ce n'est pas des clopinettes.
Mais nous sommes ouvert à toutes les suggestions.
Et je pense que vous en avez, monsieur Baldini.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 21/04/2011

Il faut faire simple à mon avis : moins 4 centimes additionnels, sans toucher à la taxe professionnelle.

Comme petit patron, vous en profiterez aussi, autant sinon plus que d'une baisse de 10 % de la taxe professionnelle à vue de nez.

Et la baisse de recettes serait équitablement répartie.

Écrit par : André Baldini | 21/04/2011

M Baldini,

le gros problème a carouge ne sont pas les recettes (on ne peut les contrôler) mais les charges.

elles ont augmenté de 30 mios en 5 ans sans aucune amélioration social pour les familles, les vieux, les jeunes et j'en passe. La population a augmenté de 1000 personnes en 8 ans donc presque rien. Ces 30 millions sont partis dans diverses subventions que Mme De Haller a donné et dans les salaires des fonctionnaires que la gauche a voulu engagé.

Le jour ou les banques ou autres ne seront plus a Carouge ou Genève et que les recettes se seront plus la, nous ne pourront de diminuer les charges de fonctionnements et encore une fois ça sera le petit qui va en prendre plein les dents.

Écrit par : stephane barthassat | 21/04/2011

M Barthassat

vous avez raison, la gauche a laissé de côté le social pour gaver la culture et les emplois non necessaire.

le pdc vous avez un boulevard devant vous avec les petites gens que plus personnes ne soutient.

j ai beaucoup aime votre analyse, tellement jsute, la gauche croit faire du social en engageant et profitant des recettes des affreuses banques mais le jour ou cela s'arrête ou diminue, on augmente les impôts ou on diminue le vrai social (ceux qui en on vraiment besoint) car impossible de viré les fonctionnaires.

Écrit par : gueular | 21/04/2011

C'est sûr que le pdc carouge s'y connaît un rayon en matière sociale. Suffit de voir notre programme sur ce point : rien ou presque.

Et ça ne risque pas de changer au vu du commentaire de Stéphane - aussi doué pour l'orthographe que pour la prospective économique : parier sur le déménagement de Pictet témoigne de la justesse d'analyse de nos cadres - taper sur la gauche et victimiser De Haller c'est tout ce qu'on sait faire.

Ca nous a tellement bien réussi pendant la campagne passée! On finira par être aussi grossiers que le MCG, les électeurs en moins.

Écrit par : bayle | 21/04/2011

@Bayle Pourquoi tant de dépit et de haine.
On peut débattre avec intelligence.
Je résume : nous sommes nuls : ok, nous sommes incultes : ok, nous sommes grossiers : ok et nous n'avons pas d'électeurs : ok.
Et en quoi cela vous gêne puisque n'ayant pas d'électeurs nous ne pouvons pas faire de mal à une mouche.
Etrange...

Écrit par : Bertrand BUCHS | 21/04/2011

Bayle

Vous avez entièrement raison, j écris trop vite (j’ai hélas peu de temps) donc beaucoup fautes, je me concentrerai dans le futur.

En matière sociale, oui le PDC s’y connaît, il faut lire notre programme (concentrez vous sur la lecture , je me concentre sur l’orthographe).

Je ne vois pas où le PDC a été grossier ? Pouvez-vous préciser.

Sur ma prospective économique : Il y a déjà des sociétés qui sont entrains de partir de Carouge et pas des moindres ! De plus il est fort probable que la taxe pro disparaisse d’ici
5 ans. Alors que ferons-nous des coûts fixes qui comme vous le savez vu que vous êtes un expert en économie sont impossible a diminuer dans le public. Pouvez-vous le dire ?

Au PDC Carouge, il n’y a pas de cadres mais seulement des gens qui veulent avancer (selon eux) en faveur de Carouge.

Vous êtes le bienvenu à ns séances pour d’abord corriger mes commentaires et ensuite pour montrer le vrai chemin à suivre

A bientôt

Écrit par : stephane barthassat | 21/04/2011

encore et toujours très bonne réponse Stephane^( je ne sais pas comment tu peux rester zen avec ces gens qui tapent dessus, bravo

bayle est aveugle ou quoi le PDC est le seul parti qui fait du vrai social

Bertrand tu es tout simplement génial

Écrit par : librepenseuse | 21/04/2011

Si tu parles de Bayle ok car sur le fond il a raison, j’écris souvent plus vite que je pense
(oui-oui je pense parfois).

Sur la prospective économique, on peut toujours discuter ! je réponds en 2 lignes alors que cela mérite beaucoup plus (cela reste un blog)

Sur les autres attaques n a l’habitude et Bertrand est beaucoup plus attaqué que moi (plus il est bon plus il dérange et plus il est attaqué sur sa personne et non pas sur son bilan)

Écrit par : stephane barthassat | 21/04/2011

M Barthassat

votre réponse est exemplaire (et oui cette fois-ci je ne vais pas vous critiquer)
moi-même je fais beaucoup de fautes dans les blog. souvent on veut répondre de suite et on s'emporte

en plus il y a tellement de fautes dans ces blogs que cela nous tourne la tête

Écrit par : marie seiler | 21/04/2011

genial barthass

Écrit par : mathieux | 21/04/2011

oui vive barthassat

Écrit par : rital | 21/04/2011

bof je vois que plus on est nul plus on est aimé, rebof

Écrit par : poupou | 21/04/2011

Vous parlez pour vous poupou

Écrit par : Bertrand Buchs | 21/04/2011

On se souvient des frasques du colonel Kadhafi

On se souvient des frasques du colonel Kadhafi, reçu en grandes pompes à l’Elysée, après avoir imposé l’installation de sa tente de bédouin dans le parc du palais de Marigny. La ministre Rama Yade avait été choquée et avait cru devoir préciser que la France n’était pas un « paillasson sur lequel on pouvait s’essuyer ». Elle avait montré alors beaucoup de dignité au moment où Nicolas Sarkozy était pourtant au firmament des sondages.

Il s’agissait bien d’un courage politique que l’inconscience ou, plutôt, la jeunesse pouvait permettre. C’était en d’autres temps, du temps où la France espérait placer 10 milliards de matériel alors qu’au final, elle n’a signé que 200 millions d’euros de contrats restés impayés et à la charge des contribuables français !

Mais le temps passe et en d’autres cieux, le président libyen du CNT (Conseil National de Transition), Moustapha Abdeljalil, vient d’être reçu par le chef de l'Etat français et il a demandé à la France d'intensifier ses frappes contre les forces du colonel Kadhafi et d'accroitre son aide humanitaire. Cette personnalité libyenne, qui s’affiche au devant de l’actualité et sur les marches de l’Elysée, a eu pourtant un parcours ne manquant pas d’originalité.

Mais la diplomatie française ne s’embarrasse ni de morale et ni de souvenirs. Nicolas Sarkozy, qui fait face à sa propre expérience militaire avec un risque de désastre, a mis les pieds dans le bourbier libyen qui pourrait devenir, pour lui, un petit Afghanistan.

Il est donc prêt à toutes les compromissions, même celle d’oublier l’affaire des infirmières bulgares dénouée par sa précédente femme, Cécilia. Cette longue procédure diplomatique et judiciaire a eu lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares et un médecin anesthésiste d’origine palestinienne naturalisé bulgare furent accusés sans preuves de plusieurs crimes.

Les six inculpés ont été condamnés à mort après un procès douteux et un chantage odieux. Cette histoire doit être rappelée car le président du CNT libyen, Moustapha Abdeljalil, celui-là même qui veut remplacer aujourd’hui le colonel Kadhafi à la tête de la Libye, fut à son heure de gloire le Président de la Cour d'Appel.

En cette qualité, il confirma notamment la condamnation à mort des cinq infirmières et du médecin bulgares, malgré le retentissement international de l’affaire. Il fut d’ailleurs récompensé en devenant, de 2007 à 2011, secrétaire du Comité général du peuple, autre intitulé de Ministre de la Justice. C’était en d’autres temps et en d’autres cieux.

Écrit par : Hani Ramadan | 28/04/2011

Les commentaires sont fermés.