22/09/2011

Rues piétonnes.

place du marché.jpg

 

 

C’est fait.

Carouge a ses rues piétonnes.

En catimini, sans fanfare  ni flonflons.

Des barrières, des plantes aromatiques et le tour est joué.

Ce que vous pensiez temporaire est donc définitif.

Une impression de « pas vu pas pris ».

Comme si on ne voulait pas assumer.

Etrange.

Carouge a vraiment mal à sa mobilité, à son plan de circulation, à ses places de parc.

Reconnaissons que la situation n’est pas nouvelle et que le nouveau CA hérite d’une situation un peu « pourrie ».

Difficile quand il faut négocier avec la direction de la mobilité, les TPG, le DCTI et la Fondation des parkings.

Il faut construire des logements sans repenser les routes, les carrefours, les pénétrantes.

Il faut des places de travail en imaginant que tous les employés viennent à pied ou en transport en commun.

Bref entre les souhaits et la réalité, la situation est compliquée.

09:45 | Lien permanent | Commentaires (6) | La griffe orange

Commentaires

une horreur

Écrit par : a droite toute | 22/09/2011

o oui une horreur

Écrit par : eric | 22/09/2011

Quel horreur, les piétons auront plus de place, les voitures vont devoir se rabattre sur les deux énormes parking souterrains carougeois sous-exploité. Le cauchemar communiste en puissance.

Écrit par : djinius | 22/09/2011

ha si les commentaires étaient aussi bons que le blog cela serait un must. Mais bon , on fait avec

Souvent la vérité est au centre, c'est pourquoi le PDC est le bon exemple pour Carouge, Lancy, Genève et la Suisse.

Écrit par : lance | 22/09/2011

pour finir , je ne suis pas certain que les parkinf soient sous-exploité , lors de mes visites à Carouge , ils sont toujours remplis........... mais bon on fait avec .. ou plutot on va ailleurs

Écrit par : lance | 22/09/2011

Puissent vos rue piétonnes l'être et le rester, lance, on vous le souhaite de tout coeur!

Avant d'avoir à être recyclées en zones tout-risques.

Bien à vous.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/09/20/velos-bonneteau.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22/09/2011

Les commentaires sont fermés.