10/02/2012

Low-cost.

LOW-COST.jpg

 

 

Moins cher, oui, mais de moins bonne qualité, sûrement un truc chinois.

Ne comptez pas sur nous pour accepter un machin pareil.

Dites, il faut une sacrée dose de culot pour proposer des crèches low-cost.

Le conseiller national Otto Ineichen (PLR lucernois) lance l’idée. Avec l’aide de la fondation Speranza, il propose de diminuer le prix de la journée de 40%.

Les critiques fusent : « il va utiliser du personnel mal formé et mal payé ».

Lui jure que non.

Le débat est lancé.

Pourquoi ne pas tester l’idée à Carouge.

Il manque des places de crèche. Trop chères même pour des entreprises privées.

Et si on lui proposait de venir nous en parler et peut-être nous convaincre ?

Le PDC va déposer une motion pour demander au CA d’étudier cette proposition.

On se réjouit de la réponse de Madame von, notre diva aphone, ou plutôt de son chef de service…

09:17 | Lien permanent | Commentaires (14) | La griffe orange

Commentaires

Le PDC est précurseur du low cost. Si vous en voulez plus, il faut payer un supplément.

"On se réjouit de la réponse de Madame von, notre diva aphone, ou plutôt de son chef de service…"

toujours aussi classe Bertrand, là c'est plus le low cost c'est l'indigence des propos, la misère intellectuelle crasse. C'est sans doute ce que vous appelez "la dignité" (cf blogdoc de ce jour. Et vous briguez un mandat exécutif ? on s'attend d'un magistrat si ce n'est de la dignité au moins un certain savoir-vivre. Vous êtes aussi comme ça avec vos clients ?

"Ah ben madame Michu, vous avez une sacrée culotte de cheval ! va falloir réduire la couenne si vous voulez passer l'hiver, ah ben voui, c'est pas beau en plus, ben oui c'est normal, sexuellement c'est le désert,vous savez les hommes y bandent pas sur commande. A mon avis dans votre cas y sont debout sur les cale-pieds".

Écrit par : Anastase | 10/02/2012

A lire Anastase on voit qu'il en connaît un rayon sur la misère intellectuelle. Ca sent le vécu intime. Triste de voir la réputation du département d'anthropologie et d'écologie salie par cet individu. Il serait temps que le recteur réagisse.

Écrit par : Madame Michu | 10/02/2012

oui oui oui oui oui, on est avec vous les dc,,, oui oui oui on veut des crèches

Écrit par : carougeois | 10/02/2012

j adore la derniere phrase, c'est tellement juste, le vrai ca n'est pas de haller mais bien son chef de service.

Écrit par : rital | 10/02/2012

Salut Stéphane,

Concernant votre blog d’aujourd’hui,j’ai une petite critique à vous faire sur la forme.

En effet, je peux facilement comprendre, et cela fait partie du jeu, les attaques politiques à l’encontre du Conseil Administratif, mais là ou j'ai un plus de peine, c’est sur les allusions que vous faites sur des employés de notre commune qui ne peuvent de toute évidence jamais répondre ou réagir à vos remarques.

A mon avis ce genre d’allusion gratuite n’amène rien de plus aux débats et aux propositions politiques que vous pourriez faire.

Amicalement et bon week-end

Écrit par : Patrick Monney | 10/02/2012

Cher Patrick,
Nous attendions ta réponse. Elle précède toujours le tirage d'oreilles administre par le secrétaire général.
Mais qu'avons-nous dit ? La simple vérité. Madame von Haller ne s'exprime jamais et elle laisse son chef de service le faire a sa place. Soit dit en passant, il le fait toujours très bien. Tu vois que nous ne dénigrons pas le personnel communal, mais le manque de courage politique de certains élus.

Écrit par : Bertrand Buchs | 10/02/2012

Low cost ....

Je me répète depuis 20 ans ! ... venez quand vous voulez vivre une semaine (même un jour) le quotidien dans une crèche. Après cela j'accepte de discuter avec vous sur ce sujet !

Je commence par contre à en avoir marre que le sujet de la petite enfance soit la cible des politiques ignares en ce domaine.

Ce qui coute cher dans une crèche (dans un EMS, à l'université,...), ce sont les salaires (80% des charges, les 20% restant se répartissent entre les coûts du bâtiments et les frais quotidien des enfants)

Alors le low cost en suisse romande c'est diminuer les salaires et augmenter le nombres d'enfants par adultes.

Moi je choisi l'investissement à long terme, prouvé depuis des années, que l'argent investi sur la petite enfance est rentable.

Nul n'est prophète en son parti.... :-)

Écrit par : Anne de carouge | 12/02/2012

Anne,

je ne suis d'accord avec vos chiffres et si on diminue les frais de constrction, nOUS N AVONS PAS BESOIN de baisser les salaires.

conclusion

pas assez de crèche car trop cheres, alors on fait quoi ????

Écrit par : daniel | 13/02/2012

Chère Anne.

Je ne pense pas que le travail en crèche soit simple, mais
sur Genève, le taux d'encadrement moyen (en fonction de l'age) est d'une personne pour 5.25 enfants alors que sur Vaud le taux est de 8 enfants par personne...

On pourrait donc en cette période de pénurie de place de crèche faire un effort vers 6 ou 7 enfants par personnel et de cette solution augmenter les places à disposition et réduire les coûts (puisque ceux-ci sont à 80% dus au personnel).

Et cela sans baisser les salaires cher Daniel.

Écrit par : Philippe Calame | 13/02/2012

J'oubliais sur Thônex, une place de crèche coûte plus de 25'000.- par an, EN PLUS DE CE QUE PAYENT LES PARENTS... et ce, sans tenir compte du coût de la construction.

Avec les taux d’encadrement vaudois on peut réduire de 25% les frais pour le parents et les communes.
Pour les parents c'est une aide non négligeable et pour les communes, cela permettrait d'investir ces sommes économisées dans la création de nouvelles places de crèche.

Certes au détriment des conditions pour le personnel, mais pourquoi est-ce qu'à Genève faut-il nettement moins d'enfants que sur Vaud ? Et je ne parle pas du taux d'encadrement de la France.

Écrit par : Philippe Calame | 13/02/2012

Chère Anne,

Quittez ce parti, il vous ment et trahira vos valeurs. Rejoignez les forces du progrès. Le PDC préfère gaspiller l'argent du contribuable en investissant dans des caméras de surveillance et des parking pour satisfaire son électorat de petits bourgeois étroits et frileux.

Écrit par : Anastase | 13/02/2012

Oui chère Anne, rejoingnez les forces du progrès marxiste d'Anastase Langaney !
L'action s'y décline en libelles anonymes entre 2 tournées de suze. Demain on rasera gratis et après-demain on se lamentera en pointant du doigt le grand Capital.

Écrit par : Anatole | 14/02/2012

Cher Philippe,

Continue à te poser la question de la différence entre le canton de Vaud et celui de Genève ! et tu t'apercevras entre autres, que les adultes sont tous des gens formés sur Vaud d'ou la différence du nombre d'enfants, Ce qui n'est pas le cas à Genève, le règlement souhaite 2/3 un tiers et au minimum 50% d'éducatrices.
En cas de maladie des éducateurs, tu es en dessous de la limite et la prise en charge se voit modifiée.
Si tu compares les salaires (dans différents domaines) entre ces deux cantons, tu verras aussi qu'elle existe doit on moins payer les éduc Genevois ?

Dans le canton de Vaud, les entreprises participent toutes à l'accueil des enfants, pas à Genève !

et je peux continuer....

Une étude a été faite sur les comparaisons du rapport enfants et adultes en Europe, Genève fait la différence au niveau des grands (3-4-ans)en effet nous sommes en dessous avec nos 12 enfants par adultes alors que la moyenne est à 14.
Autrement nous accueillons plus d'enfants que certains autres pays (4 bébés de 0-12 mois pour un adulte et certains sont à 2)

Concernant la construction, regarde avec certains milieux économiques qui profitent pour certains de doublers les prix du mobilier. En effet, un wc enfant simple est jusqu'à 5 fois plus cher qu'un wc luxe adultes.
La liste est longue et les pratiques diverses, cependant dans un raisonnement économique, les deniers publics investis dans la construction, font vivre et sont réinvestit.

Le problème n'est pas tellement dans les normes de construction que dans le choix architectural du beau et des matières. Le geste architectural n'est pas forcement utile à l'utilisateur. Combien de francs investit ensuite pour que l'utilisateur puisse vivre dedans.

Pour avoir testé le préfabriqué pas cher, le risque de mort subite augmente chaque jour ou la chaleur est là. Pour avoir vécu dans ma carrière l'expérience de retrouver un enfant de 9 mois mort, je te jure que moi je ne prends pas le risque du préfabriqué !

Ce qui me fait réagir, c'est que la petite enfance est régulièrement montrée du doigt mais personne ne pose la question sur les coûts qui suivent cette période, école, parascolaire, université, et les mêmes coûts pour nos ainés paraissent évident (pour moi ils le sont). Est ce que le fait que les enfants ne votent pas y est pour quelque chose ?

Dès qu'il faut prendre soin d'une personne (bébé ou ainés) dont l'autonomie est réduite, le cout prend l'ascenseur. C'est une réalité !
Ce ne sont pas les crèches qui content chère mais la prise en charge des enfants (qui payeront mon AVS) qui n'ont pas l'autonomie d'un adulte.


Je reste à ta dispo Philippe pour en parler de vive voix si tu veux.

@ Daniel, la vie est faite de choix, les politiques doivent en faire, le gâteau de la manne à disposition est réparti selon les envies des exécutifs !
Un exemple: A Carouge la différence entre la culture et le sport est de mémoire pour chaque CHF 100.- CHF 8.- vont au sport et CHF 15.- à la culture. Ce sont des choix ...

Écrit par : Anne de Carouge | 14/02/2012

Très intéressant dialogue.
Nous proposons simplement de discuter avec la fondatio Speranza et de voir ce qu'elle propose.
Il faut, dans la vie, toujours laisser la porte ouverte.

Écrit par : Bertrand Buchs | 16/02/2012

Les commentaires sont fermés.