31/10/2014

Quid du Théâtre de Carouge.

 

théâtre2.jpg

 

Le Conseil d’Etat vient de tirer les oreilles des communes.

Trop lentes pour faire des propositions afin de mieux répartir les tâches entre les communes et le canton.

Que cela ne tienne, Monsieur Longchamp a présenté 30 mesures. Les CA ont un mois pour donner leurs réponses.

Résultat des courses ; un changement de paradigme au niveau culturel.

La Comédie de Genève et le Grand Théâtre deviennent des institutions dépendant du canton.

Mais rien sur le théâtre de Carouge.

De nouveau, dans la tête de nos 7 sages, le théâtre de création se résume à la Comédie, paquebot ivre, promis à un échouage sur le site de la gare des Eaux-Vives.

Si le CE avait été finaud, il aurait piqué le Théâtre de Carouge (institution saine et dynamique) et laissé à sa fausse copine, la Ville de Genève, la Comédie.

Parce que s’il veut faire des économies, il est mal parti.

Une question reste malheureusement sans réponse.

Si le canton redistribue les cartes, que va devenir la subvention du théâtre de Carouge ?

Si nous savons lire entre les lignes (et oui Anastase nous savons le faire), ce qui n’est pas cantonal doit être financé à 100 % par les communes.

Donc de facto le Théâtre de Carouge a deux solutions, soit dépendre que de Carouge (doublement de la subvention communale) ou devient le Théâtre de toutes les communes et la subvention sera versée par le fond intercommunal.

Il est donc essentiel que ce point soit éclairci le plus vite possible.

06:39 | Lien permanent | Commentaires (16) | La griffe orange

29/10/2014

L'Auberge communale : mais où sont passés les tableaux ?

 

auberge3.jpg

 

Qu’il est difficile de gérer un commerce pour une commune.

On sent que ce n’est pas dans les gênes des conseils administratifs.

Carouge ne déroge pas à la règle.

Bon on va vous la faire courte…

D’abord il a fallu accompagner le départ de l’ancien gérant.

Cela a pu se faire sans grands dégâts d’image et sans perte de temps.

(En aparté grâce à l’intervention de 4 élus qui ont fait des propositions et mis de l’huile dans les rouages).

Bon on tourne la page et on accueille la nouvelle équipe.

Premier buzz, les travaux faits par des entreprises venant d’Italie.

Cela ronchonne un peu beaucoup du côté des artisans carougeois.

Deuxième buzz, la transformation des locaux.

Alors là vous allez avoir autant d’avis que d’intervenants.

Le problème, ce sont les tableaux qui étaient dans la salle à manger et qui retraçaient l’histoire de Carouge. On venait à l’Auberge pour les voir et manger en leur compagnie.

Un endroit en dehors du temps. Un plus au niveau culturel et touristique.

Alors on a surveillé, tous les jours, et résultat : catastrophique.

Les tableaux existent toujours mais répartis dans tout le bâtiment.

Disparu cette lecture iconographique de Carouge.

Plus aucun intérêt si on les sépare.

C’est une partie du patrimoine de Carouge qui disparait.

Triste, car cela montre que nos CA n’ont pas la fibre historique carougeoise et que qu’ils préfèrent une auberge glamour dans l’air du temps, sans intérêt, bobo.

Alors la question qui fâche. Qui est responsable de cette cacade.

Pourquoi ne pas avoir demandé dans le cahier des charges de respecter l’unité du lieu ?

Qu’a fait le service de la culture de notre commune ?

Hier soir le Conseil municipal a accepté de traiter une motion demandant de régler cette question.

Nous allons nous rendre sur place. Attachez vos ceintures, cela va chauffer…

auberge1.jpg


06:38 | Lien permanent | Commentaires (18) | La griffe orange

28/10/2014

Le CEVA doit s'arrêter au Val-d'Arve.

 

pont-sur-arve-2.jpg

 

Cela fait des années que nous réclamons une gare à Carouge. Le dossier sur la mobilité, paru hier dans la Tribune de Genève, conforte notre demande.

Le développement du quartier du Val-d’Arve, la construction que centaines de logements sur le plateau de Vessy (sans aucune solution en matière de gestion du trafic), l’engorgement du Rondeau de Carouge, oblige à rouvrir le dossier.

Et, il ne faut pas venir nous dire que cela est impossible et que la discussion est close.

Nous pensons que nous pouvons prévoir une simple halte permettant aux pendulaires venants de la région Vessy-Veyrier et aux habitants de Carouge de prendre le train.

Pour pouvoir amener tout ce monde au Val-D’Arve, nous suggérons également de relancer le projet de téléphérique urbain, Veyrier-Carouge, avec la création d’un grand parking sur France et une halte aux Grands-Esserts (couplée à la construction du centre commercial).

Comme cela nous n’avons pas besoin de prévoir un parking à Carouge.

Donc une construction toute simple, une halte, soit un investissement minimum ne mettant pas en danger la construction du CEVA.

Comme la halte Pont-Rouge actuelle.

Les Carougeois sont vraiment des gens raisonnables.

Ils acceptent de sacrifier leur mythique gare contre une halte.

Nous sommes convaincus que si nous voulons solutionner la mobilité  dans notre canton, il va falloir sortir des chemins battus et proposer des idées innovantes et, un poil, décoiffantes.

Dans le mois qui vient, nous déposerons une motion au Conseil municipal de Carouge et deux motions au Grand-Conseil (halte et téléphérique).

 

06:45 | Lien permanent | Commentaires (5) | La griffe orange

20/10/2014

A quand le premier accident ?

 

Drize.jpg

 

Il fallait sauver un mur. Pourquoi ? Probablement une lubie des protecteurs du patrimoine.

Cela a été fait et bien fait.

Mais imaginez un mur le long d’une route cantonale très fréquentée et en plus dans une courbe, pas un muret, mais un big mur.

Imaginez le soir sur un route un poil glissante, un peu trop vite et paf dans le mur qui renvoie la voiture sur la voie d’en face.

Non ce n’est pas un scénario pour une série télévisée, ce mur existe le long de la route de Drize juste après le Rondeau de Carouge.

Il est vrai qu’il a toujours été là, mais il était séparé de la route par un trottoir et cela faisant toute la différence.

Maintenant le trottoir et une piste cyclable se trouve derrière le mur.

Kafka.

Quasiment 2 ans de travaux pour obtenir cette aberration.

On vous le donne en mille, au premier accident grave, ben le mur on va le détruire.

Et encore une Genferei…

 

06:13 | Lien permanent | Commentaires (13) | La griffe orange

15/10/2014

Participation à tous prix !

 

quartier.png

 

A quoi servent les contrats de quartier ?

A se donner bonne conscience en donnant la parole à certains habitants ?

A augmenter l’administration communale en engageant des collaborateurs chargés de coordonner et d’animer ?

A créer une structure démocratique supplémentaire en plus du législatif, du droit de pétition, de référendum et d’initiative ?

Pour quels résultats ?

Aller dans les quartiers régulièrement, discuter avec la population, être à l’écoute, servir de relai, oui, oui et oui.

Mais créer une structure permanente redondante avec ce qui existe déjà, non, non et non.

Nous voulons de la souplesse pas de la complexité.

Et surtout pas une augmentation des charges du ménage communal.

 

06:23 | Lien permanent | Commentaires (9) | La griffe orange

03/10/2014

Alors ces caméras ...

 

surveillance-cameras.jpg

 

Nous avions déjà évoqué le doute, la folle rumeur, que les magnifiques caméras de surveillance installées sur le territoire de notre commune, semblaient avoir un poil de peine à fonctionner.

Images floues, manque de luminosité, bref les petites frappes ou autres joyeux drilles avinés peuvent en toute impunité faire la java.

Comme à chaque fois que nous levons un lièvre, nos trois grâces se mettent en action et font des déclarations Urbi et Orbi lors du Conseil municipal.

Cela n’a pas manqué et nous avons appris que tout était sous contrôle et qu’une séance de commission serait agendée pour nous le démontrer.

Excellent voilà qui est dit et bien dit.

J’espère que nous aurons quelques exemples à nous mettre sous la pupille.

Et une petite statistique démontrant leur utilité.

Mais comme amuse-bouche, il a été admis que pour la Place du Marché, c’est peine perdue car on n’y voit que dalle.

Nous allons être, comme à notre habitude, doux comme des agneaux, mais s’il vous plait ne venez pas nous dire que c’est la faute à l’ancien CA.

On assume…

 

06:34 | Lien permanent | Commentaires (13) | La griffe orange