30/04/2015

A vous de jouer !

 

 

 

Votez.jpg


La question est simple et la réponse également.

Voulez-vous un Conseil administratif de droite ou de gauche?

Le débat de la « Tribune de Genève » de lundi a permis de poser les bonnes questions sur les finances, la mobilité, les crèches, le logement et la culture.

Etes-vous satisfait(e)s ?

Voulez-vous continuer sur cette voie ?

Il est clair que pour nous, C’EST NON.

Un changement est nécessaire.

Il faut revoir le budget, une diminution des charges est nécessaire, une discussion sur les subventions obligatoire.

Il faut mutualiser les dépenses publiques en discutant avec d’autres communes et des entreprises privées.

Pourquoi une place de crèche à Collonge-Bellerive coûte 21 000 francs et à Carouge 41 000 francs ?

Pourquoi ne pas vouloir partager la construction de crèches avec des entreprises privées? La réponse donnée, à savoir que Carouge n’aura que la moitié des places, est étrange. Ce sont de places de crèches supplémentaires, un point c’est tout.

Pour la mobilité, la solution est de discuter avec l’Etat et de se battre pour que la réforme initiée par la commission des transports du Grand Conseil soit mise en place.

Il faut donc se donner une année pour avoir un plan de mobilité cohérent et non ouvrir et fermer des rues sans programme clair.

 

Maintenant il ne reste plus qu’à voter, SI CES SACRES BULLETINS DE VOTE ARRIVENT !!!!!!

 

SANS HESITATION, LA LISTE 1.

10:58 | Lien permanent | Commentaires (13) | La griffe orange

26/04/2015

Dialogue de sourds

Nous vous laissons lire cet échange entre les TPG et un citoyen carougeois.

La vérité c'est que les rails devraient être changées, des anti-vibrateurs posés et le revêtement changé. Promenez-vous et regarder l'état du bitume.

 

Circulation des trams à Carouge : les tpg s’organisent pour limiter les nuisances

Riverains des lignes 12 et 18, vous subissez régulièrement des nuisances dues au passage des trams en bas de chez vous. Avec la croissance de l’offre des tpg depuis une douzaine d’années, les fréquences de passage des trams ont beaucoup augmenté et vous bénéficiez ainsi d’un tram pour le centre-ville toutes les 5 minutes en moyenne aux heures de pointe. Si cette offre importante est positive pour le développement de votre mobilité, elle entraîne, pour ceux d’entre vous qui sont les plus proches des voies, des nuisances, notamment sonores, potentiellement très désagréables.

Les tpg sont sensibles à cette situation que vous vivez au quotidien. Si ces désagréments étaient déjà connus de l’entreprise et traités sur plusieurs boucles sensibles du réseau, la séance publique qui a été organisée le 28 mai 2014 par les autorités de la Ville de Carouge afin de vous donner la parole sur cette problématique, a réellement permis aux tpg de donner la bonne dimension aux désagréments que vous subissez.

Des actions concrètes immédiates afin d’améliorer votre qualité de vie

Suite à cette séance, les tpg se sont donc organisés afin de mettre en place, dans les meilleurs délais, des actions destinées à diminuer efficacement et durablement ces nuisances sonores dues au passage des trams en bas de chez vous :  

 

1)     Vitesse réduite et limitée à 15 km/h dans le secteur du Vieux-Carouge entre 21H30 et 06H30, depuis le 28 juin 2014 ;

2)     Poursuite des contrôles réguliers de la vitesse des trams – initiés en mars 2014 – en collaboration avec la police municipale carougeoise.

3)     Nouvelle organisation des sorties et rentrées des tramways au dépôt du Bachet-de-Pesay afin de limiter les courses, très tôt le matin et tard le soir, en bas de chez vous, depuis le 28 juin 2014 ;

4)     Nouvelle organisation du remisage des trams au Rondeau de Carouge afin de limiter les courses par Carouge : transit par Palettes et Plainpalais, depuis le 28 juin 2014.

5)     Mandat donné à un bureau spécialisé pour effectuer des mesures de contrôle des niveaux de vibrations provoquées par les tramways, en juin 2014 ;

6)     Mandat donné à un bureau spécialisé pour mesurer les bruits aériens (crissements) provoqués par les tramways, en février 2015 ;

7)     Graissage manuel des rails par un collaborateur des tpg, trois fois par jour ;

8)     Test d’un équipement, installé directement sur les tramways, destiné à graisser automatiquement les rails aux courbes sensibles. Si au terme de la période de test, le système s’avérait probant, il serait installé à plus grande échelle sur les véhicules problématiques.

 

Enfin, pour mieux comprendre : l’émission sonore – ou crissement – provoquée par le tram est inhérente au contact fer contre fer (fer des bogies ou roues du tram contre le fer des rails). Ce bruit est inexistant par temps de pluie et s’accentue avec le retour en période sèche, notamment lorsque le vent souffle.

 

Une prise de conscience pour des actions encore mieux coordonnées entre les services tpg concernés

Toute amélioration sur le réseau des tpg est le résultat des actions coordonnées des différents domaines d’activités concernés de l’entreprise. Il en va de même en ce qui concerne la résolution des problématiques générant des nuisances liées à la circulation des véhicules.

Les réclamations que vous avez adressées aux tpg, par écrit ou lors de la séance publique de 2014, ont encore renforcé cette coordination, essentielle à la résolution rapide du problème de nuisances sonores liées au passage des trams.

Exploitation : les conductrices et conducteurs de tram, qui par le respect scrupuleux des limitations de vitesse et l’adoption d’un style de conduite fluide et anticipatif – notamment en évitant les accélérations et décélérations trop brutales et les accélérations tant qu’une partie de leur véhicule est encore engagée dans une courbe – apportent une pierre essentielle à la résolution des problèmes de nuisances.

Technique : les services de maintenance des véhicules, qui par leurs actions d’entretien préventif et leur réactivité lors d’actions correctives, veillent à mettre à disposition de l’exploitation un matériel roulant en parfait état. Les services techniques étudient, par exemple, la possibilité de mettre en place un système permettant de détecter automatiquement la nécessité de meuler les bandages des bogies des trams (le profilage des roues, en somme) ; un tour mobile pour procéder au meulage, plus pratique, arrivera par ailleurs déjà à l’automne. L’installation d’un système permettant de mesurer le niveau des vibrations directement sur le réseau est également à l’étude.

Infrastructures : les services en charge des infrastructures sur le réseau, notamment les rails, veillent également, en collaboration avec les services techniques, à une maintenance et un entretien conforme, afin de mettre à disposition des infrastructures fixes en parfait état.

En outre, les directeurs de ces domaines et le directeur général des tpg se sont également organisés en une « task force » qui suit de près l’évolution de la situation et veille à une mise en œuvre coordonnée de toutes les actions destinées à diminuer les désagréments que vous vivez.   

Rapport sur les mesures vibratoires : pas de solution efficacement durable

En ce qui concerne les désagréments liés aux vibrations, la problématique est plus complexe. En effet, le rapport relatif aux mesures de contrôle des niveaux de vibrations provoquées par les tramways, ne met pas en évidence de solution idéale permettant de résoudre les problèmes, qui sont de plusieurs ordres : matériel roulant et constructions carougeoises.

Ainsi, et contrairement au ressenti de nombreux riverains, l’émission vibratoire des plus anciennes rames, les « Düwag », est plus forte que celles des plus récentes, les « Cityrunner » et les « Tango ».

Par ailleurs,  sur le tronçon « Armes – Rondeau », bien que le bâtiment Carougeois soit d’apparence homogène, les caractéristiques dynamiques sont fortement hétérogènes d’un bâtiment à l’autre. Dans ce contexte, quel que soit le système anti vibratoire envisagé, il ne serait pas possible d’atténuer de manière satisfaisante et homogène les vibrations ressenties. Au contraire, la situation pourrait même se dégrader dans certains bâtiments.


Monsieur,

 

Nous avons pris connaissance avec grand intérêt de votre très (trop) longue réponse, dont nous pouvons résumer ainsi la substance : on va mettre un peu d'huile dans les rouages mais en gros, ça ne va pas changer, au contraire, ça va aller de mal en pis (et d'ailleurs on s'en fout).

Nous n'avons pas manqué d'apprécier le ton de votre courrier et la bienveillante prise en compte des nuisances. Vous les qualifiez de "potentiellement très désagréables" : panne de dictionnaire, inconscience, ignorance ou simplement je m'en foutisme ? La question est ouverte.

Vous nous voyez très sincèrement désolés de votre impuissance. 

Est-ce la même impuissance qui, il y a quelques mois ou années, faisait dire à tous les spécialistes des transports de la République qu'une ligne directe pour la gare n'était pas réaliste, ni réalisable ? Une mobilisation politique, un peu de ruades dans les brancards et l'impossible est devenu possible. La science et la technique seraient-elles donc soumises à la volonté des hommes ?

Vous nous annoncez des efforts entre 21h30 et 6h30, Et le reste de la journée ? Vibration à gogo ?

La conclusion de votre courrier constitue la cerise sur le gâteau, un peu de surréalisme ne nuit pas: "au contraire la situation pourrait même se dégrader". Bigre ! Quel courage, quelle audace !

Mais avez-vous envisagé un instant que la situation se dégrade aussi avec les habitants ? Que votre réponse soit jugée non seulement insatisfaisante mais de plus suffisante, hautaine et méprisante ? 

Pourquoi ne pas oser les mots qui fâchent: manque de volonté politique, absence de créativité technique, priorités différente et blablabli et patata..

Depuis le néolithique et bien avant l'arrivée du tramway en milieu urbain, l'humain s'est singularisé au royaume du vivant par sa volonté de chercher des solutions à des problèmes concrets et souvent complexes. Silex, gourdins, presse-purée, démocratie, pince à linge, éolienne, énergie solaire, la liste de ces améliorations est heureusement bien plus longue que celle des renoncements paresseux, des coupables abandons.

Nous ne doutons pas que la réponse post-néandertalienne dont vous nous avez gratifiés est un poisson d'avril tardif et vous encourageons à poursuivre vos efforts visant à mieux prendre en compte les demandes des riverains de la rue Ancienne.

Nous vous en remercions par avance et, dans l'attente d'une nouvelle réponse un peu plus XXIe siècle, vous prions de croire, Monsieur, à l'expression de nos salutations joyeuses et vibrantes.

 

_______________________________

 

Daniel Traub

31, rue Ancienne cp 1475 1227 Carouge

022 301 4701 fax 02 -info@traub.name

13:37 | Lien permanent | Commentaires (20) | La griffe orange

23/04/2015

Praille-Acacias-Vernet

 

Etoile.jpg

 

Le nouveau système d’élection, en deux tours, nous donne, pour la première fois, la possibilité d’avoir un vrai débat politique sur les enjeux communaux.

Alors, il faut en profiter et accepter la critique.

Tiens ; aujourd’hui parlons du PAV (Praille-Acacias-Vernet).

On va commencer par une critique positive. Et nous n’avons pas fumé la moquette.

Monsieur Nicolas Walder a fait un très bon boulot sur ce dossier.

Il a défendu la commune de Carouge et surtout il a démontré à l’Etat que rien ne pourrait être fait sans consulter la commune. Et pas seulement à la dernière minute, mais cela dès le début du processus.

Notre souci et il est général, c’est que dans ce dossier, on avance à la vitesse d’un escargot.

Rien n’a changé depuis le vote du grand Conseil.

Aucun appartement n’a été mis sur le marché.

Aucune zone industrielle n’a été créée par la Conseil d’Etat pour pouvoir reclasser les entreprises.

Disons le clairement, rien ne va être fait, si nous continuons dans ce sens avant des dizaines d’années, à part le périmètre de la caserne des Vernets. Simplement parce que les entreprises, qui sont en place, ne veulent pas partir et que rien les y oblige.

Soit, il faut un vison d’ensemble, mais ne pourrions-nous pas déjà commencer à construire dans les périmètres, comme la Marbrerie ou  sur la parcelle de la rue Baylon.

Rien ne nous empêche d’aller de l’avant.

A force de faire des plans et des réunions, nous allons finir par construire que des dossiers.

Allons-y, lançons-nous et montrons que le PAV n’est pas une chimère mais une réalité.


LE 10 MAI, VOTEZ SANS HESITATION LA LISTE 1

 

07:35 | Lien permanent | Commentaires (17) | La griffe orange

22/04/2015

Mais bon sang, pourquoi se présenter au second tour !

 

dettes.jpg

 

C’est la question qui nous a été posée par un journaliste du quotidien « Le Courrier ».

Pour lui, la situation était claire. L’équipe actuelle n’a pas démérité et il reste une place pour la droite.

Fermer les bans.

Nous lui avons simplement répondu que nous avions décidé de donner à la population la possibilité de choisir entre deux projets de gestion de la commune et par là de permettre un débat démocratique.

Bétonner les listes en faisant des accords contre nature est mauvais et contre-productif.

Si nous voulons que la part des abstentionnistes diminue, il faut obligatoirement intéresser et démontrer que la chose publique est passionnante.

Nous l’avons dit, et répéter, depuis des mois que nous ne sommes pas d’accord avec la gestion des finances carougeoises.

Il est donc de notre responsabilité d’attirer l’attention de l’électeur sur ce point.

Juste quelques chiffres pour aujourd’hui (tiré des statistiques de la surveillance des communes).

 Charges par habitant à Carouge 4570 frs (3873 à Meyrin, 3430 à Lancy, 2485 à Onex et 2840 à Vernier).

 

34 communes genevoises n’ont pas de dettes. Carouge est à 2130 frs par habitant. Plus que la ville de Genève (1200).

 

La capacité d’autofinancement des investissements (qui signifie un nouvel endettement s’il est en-dessous de 100 %) est à 58.9 % à Carouge. Ce chiffre est considéré comme notoirement insuffisant par la surveillance des communes.

Par comparaison : Lancy 72.6 %, Meyrin 76.7 %, Onex 174.3 % et Vernier 192 %.

 

Cela fait réfléchir…

 

A demain

 

VOTEZ, SANS HESITATION,  LA LISTE 1 POUR LE CONSEIL ADMINISTRATIF.

06:42 | Lien permanent | Commentaires (40) | La griffe orange

20/04/2015

Vous disiez !

 

Victoire.jpg

Une fessée mémorable, la disparition du parti, sans oublier tous les noms d’oiseaux ou autres dénominations flatteuses.

Vous disiez …

Nous sommes encore là, Anastase.

Et oui encore 5 ans à nous supporter.

Sosof viendra hanter vos nuits avec sa voiture Hello Kity et le papounet continuera à écrire des blogs et à vous chanter des berceuses avec son français approximatif et sa voie nasillarde.

Vous savez pourquoi nous avons fait un superbe score.

Parce que nous avons, pendant 4 ans, communiqué avec les Carougoises et les Carougeois.

Nous nous sommes battus contre la novlangue du CA de gauche.

Nous sommes allés regarder derrière le décor de carton-pâte.

Une superbe équipe, une association qui a su se renouveler.

Dominique Barbuzzi, dit le barbouze des tours, a pendant 10 ans, tous les jours, bossé pour trouver de nouveaux membres, créer un esprit de famille, fait venir des jeunes.

Et ce n’est pas par hasard si Sophie, Julien et Adriano sont élus. Un vent neuf pour le CM et les préoccupations de la jeune génération prises en compte.

Nous allons pouvoir développer des projets pour les familles, pour tous les types de familles.

Merci Dominique.

Merci Stéphane pour ta bonne humeur, ton esprit de répartie, ton énergie.

Un vrai esprit carougeois.

Nous allons faire une campagne d’enfer pendant 3 semaines. Carouge mérite d’avoir un CA de droite.

Depuis 2 ans le CA actuel fait une politique de droite.

Pourquoi préférer la copie. Il faut l’original.

Et puis à toute l’équipe des candidats, un immense merci.

Je n’ai pas depuis longtemps ressenti un tel esprit de famille, une telle joie de vivre.

Et ce n’est pas par hasard que des PLR et des Socialistes sont venus hier soir finir la soirée avec nous.

Car nous savons faire la fête et rire de nous-mêmes.

Aujourd’hui je signe

 

Bertrand Buchs

 

Le 10 mai, sans hésiter, votez la liste 1.

10:06 | Lien permanent | Commentaires (19) | La griffe orange

17/04/2015

Epilogue...

 

artiste.jpg

 

Voilà la campagne s’achève. Quelque soit le résultat de dimanche, nous allons continuer à animer ce blog.

Pas de chance Anastase, Marc, Iappal et tous les autres dyspepsiques qui ont mal supporté le ton de notre rubrique.

Cela fait 4 ans que nous sommes en campagne électorale.

Nous allons nous reposer dimanche et réattaquerons lundi pour cette fois 5 ans.

Vous n’en avez pas fini avec le PDC.

Le PDC gnangnan, c’est fini.

Le PDC girouette c’est fini.

Nous sommes droits dans nos bottes.

C’est ce qui vous a gêné.

La gangrène d’une commune c’est le clientélisme. Les petits arrangements entre copains, l’absence de vision du bien commun.

Nous vous rappelons que l’argent que nous gérons nous a été confié par nos communiers.

Pas pour nous faire plaisir, pas pour aider quelques obscures associations, pas pour promouvoir une administration pléthorique, pas pour construire une mare à canard (80 000 francs), pas pour rénover (7 millions) un bâtiment qui depuis plus de 4 ans ne sert à rien (Grange-Collomb), pas pour complexifier un plan de circulation, pas pour rénover des rues à grands frais avec un mobilier urbain délirant, pas pour vouloir transformer des trottoirs qui sont en bonne état, pas pour mettre les bâtons dans les roues des associations carougeoises qui font la vie de la cité, pas pour créer une union des villes genevoises, pas pour vouloir rendre tout le vieux Carouge piéton, pas pour payer des contrats de quartier, pas pour fournir des appartements à nos CA, pas pour  se répartir les jobs d’été mais simplement pour donner à la population les services dont elle a besoin.

Crèches, sécurité, mobilité, logements, propreté.

Retrouvons le bon sens.

 

Un immense merci à toutes et à tous pour cette campagne électorale. Une première pour beaucoup, une expérience qui restera inoubliable.

Gardons à l’esprit que le Peuple a toujours raison, surtout quand il a tort.

 

Alors pour une dernière fois, votez la liste 2 (enveloppe bleue) et la liste 1 (enveloppe jaune)

07:13 | Lien permanent | Commentaires (50) | La griffe orange

15/04/2015

Jobs d'été

job..jpg

 

Madame la Maire, Messieurs,
Je me permets de vous interpeller au sujet de la problématique citée en exergue, sachant que je ne suis hélas pas le premier à soulever cet épineuse question. Les membres de divers courants politiques
me lisent en copie à toutes fins utiles.
Cela fait maintenant 3 ans que ma fille …, née le …, postule pour un "emploi jeune" au sein de la commune de Carouge, souhaitant mettre la période des vacances scolaires à profits
pour gagner un peu d'argent et acquérir une expérience professionnelle, postulations auxquelles vos services ont répondu à chaque fois de manière négative.
Sachant que vous avez reçu 143 dossiers pour un peu plus de 50 postes ouverts, je conçois aisément que vous ne puissiez répondre favorablement à chacune des demandes qui vous sont adressées.
Cela étant, la source de mon courroux trouve sa source lorsque j'apprends que certains adolescents ont reçu des réponses positives et ainsi pu travailler à la Commune plusieurs années de suite. J'ai un
ami dont le fils à reçu 3 ans de suite une réponse positive, ceci en dépit du fait qu'il avait renoncé l'an passé au poste qui lui avait été attribué. Se pose dès lors en toute légitimité la question
des critères de sélection et de l'opportunité de faire travailler les mêmes candidats plusieurs années au sein de notre Commune, lorsque l'offre ne suffit de loin pas à en combler la demande.
En outre, je sais qu'un tiers des postes sont réservés aux employés de la commune (ce que nos amis français qualifierait sans aucun doute de "trafic d'influence") , qui à mon sens, constitue un privilège
inacceptable compte tenu du fait que la Commune de Carouge est une collectivité de droit publique.
Ce denier point me parait particulièrement pertinent et je me questionne sur la raison qui permet à quelques biens nantis de profiter de cette généreuse manne plusieurs années de suite lorsque certains
s'en trouvent tout bonnement exclus.
L'argent servant à rémunérer ces derniers provenant des impôts des contribuables, je suis curieux de connaître votre prise de position sur une utilisation plus transparente qui profiterait au plus grand
nombre de vos administrés, et cela en toute équité. Car il est bien ici question d'équité et de donner aux uns et aux autres les mêmes chances, s'agissant d'accéder aux ressources de la Collectivité Publique.
Les nombreux parents et amis que j'ai consultés à ce sujet m'ont confiés partager mon désarroi.
Vous remerciant par avance de l'attention que vous porterez à ma question, je vous adresse, Madame la Maire, Messieurs, mes salutations distinguées.

 

Nous avons tous profités de cette possibilité pour nos enfants.

Mais cette lettre nous rappelle à nos responsabilités. Le prochain Conseil administratif devra reprendre ce dossier et donner une réponse claire et neutre à la population. Pourquoi pas un tirage au sort !

Votez la liste 2 pour le CM (enveloppe bleue) et la liste 1 (enveloppe jaune)

06:28 | Lien permanent | Commentaires (70) | La griffe orange

13/04/2015

STOP !

 

stop.jpg



Dernière ligne droite, vers une victoire de la droite.

Il faut aller voter. Pas d’excuse.

Un petit rappel pour la route…

 

FINANCES : STOP AU GASPILLAGE DES DENIERS PUBLICS

Assainissons les finances communales en créant plus de projets intercommunaux et en adaptant les subventions aux besoins des Carougeois !

SECURITE : STOP AU LAXISME, STOP AUX INCIVILITES.

Mettons plus d’agents municipaux dans la rue. Plus de communication avec les Carougeois c'est une meilleure lutte contre les nuisances sonores et le vandalisme.

LOGEMENT : STOP AUX PASSE-DROITS

Arrêtons les attributions farfelues, gérons équitablement et efficacement les logements communaux, en toute transparence.

Activons les projets de logements prévus sur notre commune!

MOBILITE : STOP A LA GABEGIE

Prenons réellement en compte les besoins des Carougeois et des commerçants dans les schémas de circulation de la commune.

Mettons fin aux aménagements pharamineux, inefficaces et dangereux.

Demandons une halte ferroviaire du CEVA au Val d’Arve !

EMPLOI : STOP A L’ABANDON DES CAROUGEOIS

Allégeons la taxe professionnelle pour les entreprises qui assument leur rôle citoyen en matière de formation d’apprentis et d’engagement de chômeurs carougeois.

 

Votez la liste No 2 pour le CM et la liste No1 pour le CA

 

06:27 | Lien permanent | Commentaires (18) | La griffe orange

08/04/2015

Salut Jean Montessuit

 

Carouge2.jpg

 

 

Tu es parti.

Tu ne seras plus là pour nous donner de sacrés bons conseils politiques.

Tu avais tout vu, tout compris lors de tes années de député et de Conseil administratif de la Ville de Carouge.

Tu étais un sage.

Pas de cynisme ou de fierté mal placée. Pas de moi-je,  pas de les autres sont tous des c...mais une grande urbanité et cette même noblesse de pensée t’obligeant à te placer toujours au dessus de mêlée et de penser d’abord au bien de la population.

Tu nous as souvent tiré les oreilles et remonté les brettelles, et tu avais à chaque fois raison.

Tu peux nous croire, nous n’allons pas t’oublier, mais, à chaque fois, nous allons nous poser la question de savoir ce que tu en penses et ce que tu aurais fait.

Tu es parti.

Mais nous pouvons te dire que la mort c’est quand on ne parle plus de quelqu’un et qu’il est oublié.

Pour nous tu seras toujours là.

Alors à bientôt et au 19 avril prochain pour commenter les résultats des élections à la carougeoise...

15:00 | Lien permanent | Commentaires (8) | La griffe orange

07/04/2015

La caisse de pension de la Ville de Carouge

 

pension.jpg

 

 

Bizarre aucune information de la part du Conseil administratif, alors que toutes les caisses de pension publiques ont des problèmes.

On le voit avec le canton, obligé de créer une réserve malgré les centaines de millions qui ont été injectés ou qui vont l’être jusqu’en 2050.

On le voit avec la ville de Genève.

A Carouge tout semble OK !

Ou bien, la proximité des élections oblige à une certaine prudence.

Des bruits de couloirs, des allusions sur la Place du Marché font penser qu’il va falloir ce saisir de ce dossier après le 19 avril.

Pourquoi brusquement cette suggestion de retarder le départ à la retraite, qui est à 62 ans à Carouge, pour proposer de le passer à 65 ans ?

Il serait étonnant que Carouge soit épargnée.

Nous allons poser la question lors du prochain CM.

Nous détestons les allusions, les petites phrases.

Nous voulons une réponse claire.

Faudra-t-il recapitaliser la caisse de pension de la ville de Carouge et pour quel montant ?

 

17:04 | Lien permanent | Commentaires (18) | La griffe orange

01/04/2015

La Gauche ne sait pas faire la fête, elle ne sait qu'organiser des défilés sur la place Rouge.

 

Place rouge.jpg

 

C’est reparti, encore une !  C’est officiel la Gauche n’aime pas faire la Fête, Après avoir augmenté tous les tarifs pour les sociétés carougeoises, après avoir fait disparaître le Salon des brocanteurs  dont le seul défaut est sûrement de n’être pas assez proche de la gauche carougeoise, après avoir supprimé auto-moto   bien trop proche  d’un ancien élu PLR, c’est maintenant au tour de Krouge festival du subir les mesquineries du Conseil Administratif  carougeois.

Petit Rappel, le Krouge festival avait repris au pied levé et sans aucune subvention de la commune la fête de la musique qui avait été sacrifiée sur l’hôtel de la vengeance.

Mais quels avaient été, à l’époque, les commentaires de la gauche contre cette manifestation…

Certains élus faisant même un détour pour ne pas voir ce lieu de débauche, d’autres se cachaient pour entendre les concerts sans être vus.

3 filles de Carouge avaient réussi à en faire une fête géniale qui impliquait des commerces carougeois, des musiciens carougeois, Fête reprise l’année suivante, malgré une première augmentation des tarifs de la commune.

Arrive 2015 et cette fois la commune donne une subvention de 3000 francs au festival. Génial me direz-vous, Oui mais, car avec ce CA il y a toujours un mais ! Big augmentation des tarifs de la commune de 3'616 francs et donc perte de 616 francs. Sans oublier, tous les frais cachés qui augmentent à cause des exigences de la commune.

Résultat, il sera très difficile cette année de faire un nouveau Krouge festival, à moins que de généreux donateurs, qui aiment la musique, la fête et  Carouge, participent.

Retrouvons cette ambiance carougeoise, ouverte, accueillante, portée par des dizaines d’associations et de clubs sportifs. Aidons-les à organiser des événements et des fêtes. A quoi sert une subvention si on reprend d’une main ce que l’on a donné.

 N’oubliez pas de voter pour la liste 2 au Conseil municipal et la liste 1 au Conseil administratif.

LE 19 AVRIL, CAROUGE VA ENFIN CHANGER DE MAJORITE.

 

06:34 | Lien permanent | Commentaires (32) | La griffe orange