26/02/2016

Tout  piétonniser le Vieux Carouge, Tout ! Position du PDC Carouge

Capture d’écran 2016-02-26 à 10.46.21.png

 

Hier soir au CM nous devions nous prononcer au sujet de l'initiative pour tout piétonniser le Vieux Carouge, du Rondeau à la place de l Octroi. Et oui, la gauche carougeoise a encore  déposé une initiative inapplicable en soi. Piétonniser tout le vieux Carouge est un projet absurde, sauf aménagements lourds en termes de parkings de compensation notamment.

 

Que dire en plus de toute la diversité commerciale du Vieux Carouge qui risque de disparaître, comme le montre les études d’impact faites pour d’autres zones ?

 

Que dire du bruit augmenté pour les habitants du Vieux Carouge qui subissent déjà des nuisances importantes ?

 

Ces points sont bien entendu essentiels, mais ils ne sont pas l’unique raison du refus net et réfléchi du PDC Carouge.

 

À nos yeux, le vieux Carouge n’a pas un problème de circulation. C’est un espace où les habitants de tout le Canton aiment se promener. Il n’y a plus de gros bouchons dans les petites rues. La piétonnisation du Marché rend les weekends agréables. C’est à notre sens largement suffisant.

 

Il faudrait plutôt, comme nous avons commencé à le faire, utiliser les deniers  de la commune pour aménager les autres quartiers de Carouge. Ceux qui subissent des nuisances plus fortes dues à la circulation, ceux qui bénéficieraient de plus d’espaces de jeux pour les enfants…

 

La gauche carougeoise fait encore et toujours  preuve  d’un jusqu’au boutisme bobo. Alors que l’âme de Carouge, c’est ce joyeux cheni d’associations, de commerçants, de théâtres, de restaurants, cette initiative aseptise notre patrimoine pour en faire un musée à ciel ouvert.

 

Comme dit la gauche, pour toutes et tous sans privilèges (même si dans les faits c’est très différents !). Mais bon, admettons.   Alors …   développons les autres quartiers : la Tambourine, les Acacias, les Familias, le PAV, Carouge Est avant de nous atteler à régler un problème qui n’existe pas !

 

Cerise sur le gâteau, la gauche carougeoise voulait que les services de la commune préparent un contre-projet bien plus raisonnable (c’est pas difficile) et ceci bien entendu au frais de la princesse. Cette réaction montre bien que même eux ne croient pas à cette folie et avaient envie que la droite les sauve en acceptant un contre-projet!

 

Le PDC ne se réjouit pas ou si peu  d’une deuxième mémorable déculottée pour la gauche après celle déjà subie au sujet de l’augmentation des impôts. Par contre le PDC se réjouit d’aller rapidement en votation pour convaincre, si il faut encore, les Carougeois qu’ils valent beaucoup mieux qu’un désertique Ballenberg sarde !  

 

Que la démocratie parle et que la gauche carougeoise assume ce mauvais projet devant le peuple

10:53 | Lien permanent | Commentaires (17) | La griffe orange

18/02/2016

Chronique d’une catastrophe annoncée…  

10806_default_landscape.jpg

 

La Comédie sous les feux de l’actualité.

Un débat, du suspense et un crédit voté.

Les travaux vont commencer.

Et le Théâtre de Carouge, où en est-on ?

Pour le moment, pas l'ombre d'un crédit de la part du Conseil d’Etat.

La promesse de donner 10 millions semble avoir été oubliée.

La volonté de faire cause commune entre la Ville de Genève et la Ville de Carouge.

Une blague.

Le lobbying des professionnels, un immense silence.

Carouge, un théâtre communal pour la majorité des députés, sans importance.

Et l’association des communes genevoise ? Une promesse de quelques millions qui va probablement rendre les fous heureux.

Nos Conseillers administratifs ont clairement roupillé.

Heureusement que la Fondation a été à la hauteur, 13 millions de fonds privés trouvés.

Les travaux de construction doivent débuter en 2017.

Et les caisses sont vides.

Désespérément vides.

13 millions sur 56.

Si la commune vient avec un crédit de construction de 43 millions (sans parler de la rénovation de la salle communale), le référendum est acquis et le refus acté.

Adieu veaux, vaches, cochons, le théâtre tirera sa révérence.

Triste fin…

 

10:36 | Lien permanent | Commentaires (6) | La griffe orange

04/02/2016

Presque 6 ans!

blog4.jpg

 

Le 23 mars 2010,  le PDC Carouge lance son premier blog sous la main de Maître Bertrand Buchs et quelques acolytes qui n’y connaissaient rien.

« Cela va changer la politique de la ville de Carouge et faire revivre le PDC Carouge !!! » martelait Bertrand.

 

Presque 6 ans plus tard et plus de 600 billets, nous essayons 2 fois par semaine de vous intéresser à la vie de notre commune.

Avec un manque d’objectivité assumé (mais si peu), un poil d’ironie, de sarcasme mais jamais méchant…tout au plus vachard.

Nous sommes ainsi, sérieux sans nous prendre au sérieux et de toute façon, personne n’est obligé de lire nos petits mots.

 

Et le résultat nous direz-vous ?

 

En plein dans le mille ! C’est exactement ce que veulent les gens.

Mettre le débat politique sur la place publique.

Transmettre des informations.

Lancer des alertes !

Et faire sourire. (on a aussi fait grincer des dents)

 

Et alors…

 

Alors ?

 

2 Conseillers Municipaux en plus en 2015.

Des jeunes en veux- tu en voilà au PDC Carouge.

L’augmentation des visiteurs, l’importance du nombre des commentaires (probablement dans les 5 blogs les plus commentés et les plus lus de la Tribune de Genève), le prouvent.

Et tout cas, ce qui est sûr, c’est que nous en stressons quelques-uns à chaque fois que l’on écrit un billet doux.

 

Comme dit l’adage, la vérité n’est pas toujours bonne à entendre.

Suivez notre regard…

09:36 | Lien permanent | Commentaires (9) | La griffe orange

02/02/2016

Que la vie est simple…

Carouge_Place_du_Marché.jpg

 

Etes-vous prêts ?

On respire un bon coup, on se relaxe, et surtout on ne s’énerve pas.

Cool Raoul.

En mai 2015, les commerçants carougeois recevaient un acompte pour l’exploitation de leur terrasse, car la commune attendait les nouveaux tarifs cantonaux.

En août 2015, le Conseil d’Etat expliquait aux communes que les tarifs étaient de leur ressort et que le règlement édicté ne fixait qu’un plafond.

Le 2 septembre 2015, nos trois grâces décident des nouveaux tarifs pour les terrasses, soit 100 francs le m², représentant le double de ce que les commerçants payaient jusqu’alors.

Le 15 octobre 2015, la commune organise une séance d’information avec les commerçants. On informe ces derniers que la commune attend toujours une décision du canton ( ????).

Le 21 janvier 2016, les commerçants reçoivent un sympathique courrier les informant du nouveau tarif, décidé le 2 septembre 2015, mais toujours pas la facture pour 2015.

Bon on résume pour les nuls.

Le canton décide du tarif maximal pour les terrasses, mais les communes peuvent facturer moins.

La Commune décide du nouveau tarif le 2 septembre 2015, mais communique la décision le 21 janvier 2016.

Quelle efficacité !

Et en plus impossible de savoir si le nouveau tarif est pour 2015, 2016 ou peut-être 2018, sans oublier 2030, date mythique à Genève.

Bon sur ces bonnes paroles, nous prions ceux qui ont compris de communiquer leurs réflexions aux commerçants.

« Le courage politique est souvent aussi rare que de trouver de l’or dans la bouse d’un yak » (Proverbe tibétain).

 

 

07:58 | Lien permanent | Commentaires (14) | La griffe orange