25/11/2016

Tous à la patinoire!

téléchargement.jpg

 

Novembre va finir et l’attente de Noël va commencer.

Les sapins sont déjà installés, la patinoire est en place, Enfin !

 

La patinoire est une belle réussite de l’ancien CA PLR Jean-Pierre Aebi, non sans un soutien inconditionnel du PDC.

Voilà un investissement intelligent pour les Carougeois.

L’objectif était simple : promouvoir un sport qui n’est pas accessible à tous, réunir jeunes et moins jeunes sur des patins.

Même si à l’époque, certains élus des bancs de gauche n’en voulaient pas trop.

Mais quand vous voyez le bonheur des gamins, vous avez compris que c’est gagné.

 

Allez tous à la patinoire mais ne faîtes pas comme certains CA, attention aux glissades !

Surtout quand on patine en reculant.

15:41 | Lien permanent | Commentaires (5) | La griffe orange

23/11/2016

Budget 2017: déclaration du PDC

 

 

Notre propos sera de mettre en perspective ce budget avec nos objectifs et les réalités de cette législature.

 

Ce soir pourtant, il semble que le processus budgétaire 2017 finira mieux qu’il n’a commencé.

 

Il y a un mois et demi, le PDC s’était exprimé pour déplorer un processus et des choix hasardeux du Conseiller administratif en charge des finances, dont les consultations ressemblaient plus à « qui veut gaspiller des millions », qu’à une discussion solide sur les choix de la commune jusqu’à la fin de la législature.

Ça partait dans tous les sens !

On augmente les impôts oui, non, un peu, beaucoup ?

On vend des biens immobiliers à une fondation ? Est-elle au courant ? Oui ? Non ? Bref un flou artistique total ! Ça ressemblait à s’y méprendre à la gestion de la zone piétonne ou mieux à la coordination travaux dans les rues du Vieux Carouge.

 

C’est ce qui nous a poussés à demander un plan financier quinquennal, inexistant jusqu’alors.

On a même dû expliquer ce qu’est un plan quinquennal, qui il est vrai découle normalement d’une vision politique. Oui mais sans vision politique comment fait-on nous direz-vous ?

Et bien vu que le PDC en a une, on vous explique !

 

D’abord il faut mettre en place une méthode de gestion prévisionnelle plus rigoureuse en matière de dépenses. Mais il ne s'agit pas seulement d'anticiper, de prévoir mais aussi de contrôler les dépenses au moyen d'un budget construit sur la base de prestations clairement définies. En amont, il faut bien sûr définir les axes et les options à privilégier sur la base d'une politique clairement définie, sorte de plan quinquennal avec des contrats de prestation à la clé. Cette façon de procéder présente plusieurs avantages. Elle a le mérite de reposer sur une vision et une ligne politique préalablement définie. Elle fixe précisément à la fois un cap et un cadre général sur lesquels pourront s'appuyer les membres de l'exécutif et les chefs de service dans leurs choix de dépenses.

 

Mais encore une fois sans vision politique cette méthodologie reste impossible à mettre en place.

 

Fort de ce constat les partis se sont réunis pour sauver un budget et un conseiller administratif bien mal partis. ! Car si nous vivons dans une commune très riche, les charges ne cessent de suivre les recettes et nous nous retrouvons maintenant dans un cul de sac. Cela fait des années que nous le disons, l’augmentation impressionnante des charges depuis le début des années 2000, nous mène dans une situation, ou nous serons de moins en moins capables d’offrir à la population les prestations dont elle a vraiment besoin. Nous avons fait, et nous faisons encore, du superflu alors que nous entrons dans une époque où la commune doit être capable d’offrir plus de places de crèches aux familles, plus d’aide à une population de plus en plus précarisée, plus d’accompagnement aux personnes âgées ! Nous devons revenir à l’essentiel et pour cela, faire l’exercice difficile de se séparer du superflu.

 

Le Conseil administratif a bien essayé de faire l’exercice en proposant des économies, mais attention de budget à budget. Mais personne n’est dupe, on a tous remarqué que de réel 2015 à budget 2017 l’augmentation continue et fortement.. Parfois pour de bonnes raisons. Mais très souvent pour de moins bonnes raisons par exemple dans la nature 31 bien services et marchandises, le grand trou noir budgétaire, ou encore par des choix que nous ne suivons pas, comme l’augmentation continue et importante des charges de personnels.

 

Concernant ces charges de personnel, le PDC suivra plusieurs propositions de coupes de postes supplémentaires, comme le poste d’administrateur du SCES, service où nous souhaitons d’abord un effort de réorganisation. Le PDC souligne le fait que Madame Hiltpold vienne avec des possibilités de réformes sur le sujet de la petite enfance et ceci après 12 ans d’une politique opaque menée par l’ancienne CA .déléguée à ce dicastère.

Le PDC ne demande qu’une chose, que Madame Hiltpold s’engage à utiliser son enveloppe budgétaire seulement une fois discuté et voté la politique de la petite enfance à Carouge et par conséquence pas de nouveaux emplois avant cette décision.

 

Pour le reste du budget, le PDC respectera l’accord trouvé entre les différentes forces de ce municipal. Il ne proposera aucun amendement supplémentaire à ceux déposés pour diminuer la coupe proposée sur l’aide aux pays en voie de développement. À une époque d’instabilité économique et politique, la commune de Carouge doit continuer à soutenir d’autres régions moins fortunées.

 

C’est ici que le PDC souhaite mettre en avant le travail important de discussion et de consensus qui s’est fait d’abord en commission, puis entre les partis du municipal. Il semblerait que ce soit un exercice historique car cela doit être la première fois que tous les partis ont pensé Carouge et seulement Carouge et ceci pour sauver un budget et le CA d’un terrible camouflet.

 

Il ne s’agit pas de baisser la garde et de s’accorder pour ne rien changer. Mais il s’agit d’instaurer une culture du dialogue et de la transparence qui permet à ce municipal de faire les choix du bien commun. Le bien commun, ce n’est pas des partis qui s’écharpent, mais des partis qui arrivent à conjuguer les différences pour revenir à l’essentiel des besoins de la population. Nous avons pu le faire en commission, en discutant des perspectives budgétaire, continuons à le faire ce soir.

 

Pour le PDC, ce soir, c’est un signal d’espoir, celui où nous serons d’accord de revenir à l’essentiel, où il n’y a pas de tabous dans les discussions sur les finances de la commune.

 

Ce soir, nous donnons un signal fort à nos concitoyens, ce soir, nous les écoutons vraiment !

17:26 | Lien permanent | Commentaires (1) | La griffe orange