24/11/2017

Déclaration Budget 2018

arc105_seance_001f.jpg

 

Notre propos sera de mettre en perspective ce budget avec nos objectifs et les réalités de cette législature. Nous ne serons ni optimistes, ni pessimistes mais tragiques. En d’autres termes, nous allons vous décrire ce  budget tel qu’il est !

 

L’an passé déjà, le PDC s’était exprimé pour déplorer un processus et des choix hasardeux du Conseiller administratif en charge des finances, qui comme tout bon jacobin de gauche pense que le peuple est toujours avec lui.  Et bien non ! Notre côté girondin donc souverainiste libertaire, libertaire car garant des libertés, nous oblige à vous rappeler que le peuple souverain a déjà massivement tranché il y a 5 ans. Pas de hausse d’impôts. Le peuple souverain voulait, par ces mots, faire comprendre à nos Talleyrand Carougeois qu’ils devaient trouver d’autres solutions et surtout les assumer. C’est ce qui nous a poussés à demander un plan financier quinquennal, inexistant jusqu’alors. On savait que la gauche aimait bricoler dans l’incurable mais quand-même… on ne pensait pas recevoir une méthode de gestion prévisionnelle rigoureuse en matière de dépenses…. Ah ça non. On espérait   recevoir des anticipations de prévisions mais aussi un contrôle des dépenses au moyen de budgets construits sur la base de prestations clairement définies…. Et bien non ! On a reçu deux petites feuilles A4 avec quelques explications sommaires.

 

Bref, pas de stratégie...donc pas de plan. Pas de tactique…donc aucune façon pour y parvenir.

 

Forts de ce constat, les partis dont certains extrêmement gênés se sont à nouveau réunis pour encore une fois sauver un budget et un conseil administratif bien mal partis ! C’est pour cela et uniquement pour cela que le CA vient maintenant amender son budget. Car lors de ces réunions, le CM a bouclé un mauvais accord ! Mauvais mais meilleur que prévu. Le CA nous proposait la peste et le choléra. Le CM revient avec le choléra seulement en acceptant un budget déficitaire limité ainsi qu’aucun amendement sur les postes bien que ceux-ci ne soient pas du tout justifiés.

Même si nous vivons dans une commune très riche et ceci uniquement grâce à ses citoyens, ses entreprises et ses commerces, les charges, qui elles sont les résultantes de la politique de 2 de nos CA, ne cessent d’augmenter et nous nous retrouvons maintenant dans un cul de sac.

 

Le Conseil administratif continue à se mentir à lui-même et aux autres bien que...comme disait Nietzsche... il y a une innocence dans le mensonge qui est signe de bonne foi. Mais bon, proposer des économies de budget à budget, personne n’est dupe, même pas la bonne foi ! On a tous remarqué que du réel 2013 au budget 2018, l’augmentation des charges continue d’augmenter fortement.

 

Mais revenons sur l’augmentation des charges. Prenons, par exemple, le nouveau poste de délégué à l’énergie, qui lors de la présentation de celui-ci, n’avait même pas de cahier des charges défini. C’est nous le PDC qui avons dû l’implorer. Pourtant cela fait 3 ans que le CA veut nous le faire voter !

Un autre exemple, l’engagement d’une secrétaire-comptable pour la petite enfance. Pourtant en relisant les PV de l’année passée, on nous avait promis que la municipalisation des secrétaires-comptables des crèches et garderies allait permettre de faire des économies d’échelles et qu’il ne serait plus nécessaire d’engager une secrétaire-comptable par établissement. Idem pour le poste de surveillant de la patinoire. On avait déjà voté ce poste l’année dernière et comme par magie le revoilà ? Pire, lors des commissions, le CA en charge était incapable de répondre à nos questions sur la nécessité de ce poste.

 

Que dire des rares économies…

La plus importante vient de la diminution de la subvention du théâtre des amis. La bienséance, toute PDC, nous oblige à ne pas faire de commentaire sur ce triste sujet. Mais quand-même, soit on laisse la subvention qui était de 930'000 CHF, soit on l’annule mais on ne peut pas donner 200'000 CHF au cas où…au cas où quoi ? Ces 200'000 CHF c’est juste un écran de fumée qui aimerait en vain cacher la mauvaise gestion du dossier.

 

Que dire du choix politique du CA de supprimer des postes pour les jobs d’été pour les jeunes et ceci pour économiser quelques dizaines de milliers de francs. Des emplois qui aident nos jeunes à payer leurs études, à aider leur famille. Et savez-vous comment l’a-t-on appris ? Lors d’une séance, un   membre de l’administration nous explique que le CA avait avalisé plusieurs annulations de postes de job d’été et tout ceci pour des économies de bouts de chandelles. Devant la levée de boucliers, notre cher CA, responsable des finances, a hésité entre 2 solutions : se cacher sous la table ou derrière son petit doigt. Comme il est courageux mais pas téméraire, il a choisi de se cacher derrière son petit doigt en disant que c’était une proposition des services de l’administration….

 

Que dire également de l’augmentation du budget pour le Musée, qui apparaît sans qu’une explication claire du nouveau projet ne soit donnée. Depuis le temps que nous réclamons de la part de la conseillère administrative en charge de la culture de connaitre la politique culturelle de la commune…nous attendons toujours. A sa décharge sa préopinante ne nous avait jamais répondu durant ses 12 années de triste  règne.

 

Tout cela montre  que le CA n’a pas de vision politique pour Carouge. Que le bateau n’a pas de capitaine. Cela montre aussi que l’administration est vouée à elle-même, qu’elle n’est pas soutenue. Par conséquent, le PDC fera en décembre une délibération demandant un « stop à l’engagement ! » qui demandera que tous les postes à repourvoir suite à des démissions ou des retraites soient d’abord étudiés et acceptés par le CM. Une sorte de mise sous tutelle pour le bien des carougeois !

 

Nous proposerons également une commission des sports pour que l’on puisse recevoir toutes les associations recevant plus de 5000 CHF de subventions et notamment l’association Carouge Natation qui attends depuis longtemps de pouvoir défendre son projet sportif, éducatif et économique.

 

C’est pour ces raisons qu’il ne s’agit pas de baisser la garde et de s’accorder pour ne rien changer. Mais il s’agit d’instaurer une culture du dialogue et de la transparence qui permet à ce conseil municipal de faire les choix du bien commun que le CA n’est pas capable de faire. Le bien commun, ce n’est pas des partis qui s’écharpent, mais des partis qui arrivent à conjuguer les différences pour revenir à l’essentiel des besoins de la population. Nous pouvons le faire  en prenant nos responsabilités. C’est pourquoi le PDC n’a pas d’autres amendements que ceux avalisés entre nous et imposés au CA pour sauver ce qui pouvait encore l’être.

 

13:41 | Lien permanent | Commentaires (3) | La griffe orange

Commentaires

cela ressemble tellement à Stephane ce texte.... il est sûrement le seul a avoir compris les liens historiques .... génial

Écrit par : sven | 24/11/2017

Je vois que tu es attentif sven

Mais je sais que plusieurs ont très bien compris les doubles sens

Écrit par : Stéphane Barthassat | 24/11/2017

Barthassat qui écrit, lui qui lit en bougeant les lèvres, on s'imagine qu'il tire sur son bic en tirant la langue. Sur le fond, on reste pantois devant une telle mauvaise foi. Visiblement le PDC n'a toujours pas digéré son absence au CA alors qu'il avait consacré toute son énergie à mener campagne contre le précédent CA. Mauvais perdant mon stéphanou qui devrait plutôt s'occuper de la réélection de son grand frère qui s'annonce comme une claque d'anthologie. On ne vote plus pour personne sur une Harley Davidson.

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | 01/12/2017

Écrire un commentaire