Lutter contre les îlots de chaleur : le PDC dépose une motion

Imprimer

carte.jpg

Le réchauffement climatique qui se produit à l’échelle de la planète n’épargne pas notre pays. Rien qu’à Genève, notre canton a enregistré ces dernières semaines des températures très élevées et un nombre croissant d’épisodes caniculaires. Ces fortes chaleurs ont un fort impact sur les habitants du canton, en termes de qualité de vie et de santé (malaise, déshydratation, pollution, etc.).

Le phénomène des îlots de chaleur, avec des températures diurnes et nocturnes sensiblement plus élevées dans les villes que dans les zones rurales, accentuent ces problèmes. Ses causes sont multiples : conditions météorologiques évidemment, mais aussi contexte géographique, topographie des localités, caractère minéral des villes et densité du bâti contribuent à l’augmentation des températures. La densité de la couverture végétale est elle aussi significative.

Menée conjointement par l’Université de Genève, GE-21, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture du canton de Genève (HEPIA), Plante et Cité suisse et la Ville de Genève, le projet « Nos Arbres » traite précisément de l’importance de cette couverture végétale.

 

Les constats

Le projet « Nos Arbres » est construit autour de cinq questions fondamentales :

  • Existe-t-il trop, ou trop peu, d’arbres sur le canton de Genève ?
  • Où faudrait-il planter des arbres en priorité́ ?
  • Faudrait-il privilégier de nombreux petits arbres ou quelques grands?
  • Quelles espèces et essences faudrait-il privilégie pour les futures plantations ?
  • Comment améliorer la manière de planter des arbres ?

 

Le projet souligne les rôles importants joués par les arbres :

  • Espaces de détente
  • Lutte contre la pollution (filtre des poussières et des micropolluants[1]) et le bruit
  • Beauté des paysages
  • Abri de moult espèces animales etc…
  • Atténuation des effets des îlots de chaleur (Évapotranspiration : évaporation directe de l’eau du sol et transpiration des végétaux ; création d’ombrage et limitation de la réverbération du rayonnement solaire sur les murs des bâtiments et les chaussées ; réduction de la température en ville jusqu’à 3 degrés).

 

 

Que planter ?

Pour atteindre ce taux de 25%, chaque commune devrait planter 80 arbres moyens et 20 grands arbres sur une période de 15 ans. Alors que planter ? De nombreux arbres ? De petits arbres et quelques grands spécimens ?

Les grandes espèces sont plus efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur, mais sachant qu’un grand arbre a besoin d’une fosse de 9 m3 (rayon : 9 m ; profondeur : 2 m), les espèces dépendront de chaque lieu concerné.

L’étude recommande cependant de choisir des essences capables de s’adapter aux futurs changements climatiques (soit + 3-4 degrés de plus selon le modèle intermédiaire du GIEC et de maintenir une représentation diversifiée des espèces (en cas de maladies), en favorisant des espèces indigènes si possible.

 

Comment planter ?

L’étude donne quelques pistes pour réussir les opérations de végétalisation, notamment planter simultanément des petits et des grands arbres, avec des espèces variées, favoriser les essences indigènes, favoriser les produits issus de pépiniéristes locaux et sélectionner les espaces susceptibles de s’adapter au réchauffement climatiques.

Mais pas que !  Il n’y a pas que les arbres…pour lutter contre les îlots de chaleur :  la couleur des constructions est aussi importante, la multiplication des points d’eau.

La diminution des surfaces vitrées, rehaussement des tours et bouches de refroidissement et d’aération, places publiques en sol terreux sont également importants dans cette lutte.

 

En résumé…

La nécessité de (re)végétaliser les endroits à haute densité d’habitations et/ou d’activités ne fait aujourd’hui plus débat, pour améliorer la qualité de vie des habitants, lutter contre les pollutions et les îlots de chaleur. Notre projet de motion a pour but d’ancrer dans le fonctionnement de Carouge des actions qui vont dans ce sens.

 

[1] A titre de comparaison, un hêtre de 25 m de haut, avec une couronne de 15 m, absorbe autant de CO2 que
celui produit par 800 logements

Lien permanent 10 commentaires

Commentaires

  • De bien belles paroles!

    Mais en même temps on détruit de plus en plus de petites villas à Genève, villas dont les jardins servaient de poumons à leur quartiers et étaient indispensables à la survie de la faune locale.

    Voyez ce qui est arrivé au joli quartier du Mervelet, ce qui arrive à la pace du Petit-Saconnex, et ce qui va bientôt arriver aux villas du chemin du Point du Jour.

    Et on ne parle même pas du superbe bâtiment historique du Jeu de l'Arc qui a été honteusemenet démoli par de politiciens qui se moquent bien de l'histoire et du patrimoine et pour qui seul l'argent compte.

    Qu'a fait le PDC pour sauver ce bâtiment? RIEN

    Que fait le PDC pour sauver ces villas? RIEN

    Et tout ca pour bétonner et bétonner encore! comme Hodgers le vert nuisant et bétonneur en chef du canton aime tant le faire!

    Il ne peut pas y avoir de croisssance infinie surtout sur un territoire aussi petit que celui de Genève.

    Donc les belles paroles du PDC, on s'en moque pas mal tant que vous ne prendrez pas le taureau par les cornes en protégeant ce qui nous reste d'espace vert et en vous opposant à la création d'une ville de plus de 500.000 habitants!

  • très bon blog et très bonne idée,

  • Mac

    Même si le PDC a une vision cantonale écologique. Ce blog est carougeois et je peux difficilement vous répondre au sujet du petit Saconnex. Mais vous devriez contacter le PDC de la pour pouvoir en parler.
    Maintenant je comprends vos préoccupations vu que nous vivons la même chose à Carouge. Notre CA Vert préfère augmenter en bétonnant les trottoirs plutôt que de faire un peu de nature

  • Cher Monsieur Barthassat,

    Merci pour votre réponse et veuillez excuser mon emportement, mais je connais des familles qui ont vécu pendant des générations dans ces villas et qui se voient exproprier comme des malpropres sans le moindre respect pour leur racines et leur histoire. Plusieurs en sont gravement malades physiquement et psychiquement.

    Et tout ça pour quoi? Eh bien pour une croissance sans limite pardi!

    -toujours plus de monde,
    -toujours plus de béton,
    -toujous plus de nuisances,
    -toujours plus de pollution,
    -toujours plus de criminalité,
    -des bus et des trams bondés en permanence.
    -moins de sécurité,
    -une vie de stress ...

    Bref, on va droit dans le mur, mais on ne veut pas le voir au nom du sacro-saint "progrès", de l'ouverture à tout vent et surtout de l'argent.

    Si par malheur on ose s'en plaindre, on nous sort alors les expresssions novlangue de "populisme," "repli sur soi", "idées nauséabondes", "racisme", "xénophobie", bref tout l'arsenal de ces mots qui classent d'office celui qui ose s'exprimer dans la catégorie des personnes dites "controversées" selon l'expression consacrée de la bienpensance, que l'on peut lire ou entendre des milliers de fois par an dans la Tribune, le Matin, 24h. le Temps, le Nouvelliste, ou à la RTS! Et ainsi on peut éviter tout dialogue, car comme l'autre fait partie du "camp du mal", il a donc évidemment tort.

    Eh oui c'est ainsi. Dorénavant comptez combien de fois vous lisez ou entendez les mots "nauséabond" et "controversé" dans nos médias. Vous serez étonné de voir qu'ils sont répétés non stop comme une litanie par de pseudo-journalistes pour nous laver le cerveau.

    Je compte donc sur le PDC pour mettre en avant mes propos et les inclure OUVERTEMENT dans son programme. Des milliers de gens pensent la même chose (écoutez-les parler dans le bus par exemple) mais on ne leur donne pas la parole.

    Merci!

    Bien à vous,

    MacKillop

  • On n`a pas fini de rigoler avec les partis qui essaient d`accrocher leur wagon a l`écologie tout en continuant a nier peu ou prou le réchauffement climatique.

  • Jean
    On est bien obligé... à Carouge il n y a pas d écologistes
    A part un ou deux les autres sont d extrême gauche

  • Je disais ca pour rire, Monsieur Barthassat. Le principal est d`agir, quelle que soit l`étiquette sous laquelle on le fait.

  • Mac,

    je comprends vos problèmes vus que les ai vécus également. Mais le problème est hélas plus complexe et vient aussi du Federal qui a mis un frein dans lutilisation des terres agricoles.
    Et donc Genève a décidé (les verts) de densifier les zones villas dans les centres urbains.

    Ca fait du sens mais il faut bien.sur que tout le monde sort de cette histoire gagnant et oui c est possible.

    sachez que faisons tout ce qui est possible pour que cela fonctionne

  • Mais comme par hasard la belle villa de monsieur Hodgers, elle, ne risque pas de se faire raser! Curieux n'est-ce pas!

    Vous nous dites:
    Ca fait du sens mais il faut bien.sur que tout le monde sort de cette histoire gagnant et oui c est possible."

    Permettez-moi d'en douter. Tant que l'on ne voudra pas admettre qu'une croissance et une augmentation de la population infinies ont un impact très négatif, les choses ne vont faire que de s'aggraver.

    Vu la taille de son territoire, Genève ne peut tout simplement pas devenir Paris, ville qui d'ailleurs est devenue invivable.

    De même que penseriez-vous de Zermatt qui voudrait devenir Genève: Ridicule et insensé diriez-vous.

    Pour en revenir au sujet de votre blog: pensez-vous vraiment que de raser toutes les zônes villas pour les remplacer pas des zônes-béton va améliorer le problème des îlots de chaleur en ville? Franchement? Soyons sérieux!

    Et quand il n'y aura plus de villas à raser on construira donc dans les parcs? Heureusement ce ne sont pas ces derniers qui manquent à Genève. Imaginez tous les HLM qu'on pourra construire au Parc des Eaux-Vives!

    Comme vous le dites si bien vous-même, ce sont les verts nuisants qui sont derrrière ces projets de densification et donc de destruction et de péjoration de notre habitat. Et je ne parle pas de toutes les nouvelles taxes que ces nouveaux dictateurs veulent nous imposer! Mais on s'en souviendra aux prochaines votations.

    Et que dire de la protecttion du patrimoine. Comment a-ton osé détruire et laisser détruire le superbe, oui superbe, bâtiment du Jeu de l'Arc? Et l'état a même refusé de le préserver en l'intégrant au projet de construction.

    On a récolté des milliers de signatures et on a envoyée cette pétition à M. Hodgers, on lui a proposé d'en faire une belle bibliothèque, une maison de quartier, ou même un petit musée. Ce qui aurait été charmant et aurait égayé le béton, mais ...

    ... rien de rien. Le Soviet Supreme avait décidé qu'il fallait le raser!

    Qui aurait par exemple l'idée de raser la Villa Bartholoni? Personne, car ça ferait un scandale, mais dans le cas du Jeu-L'arc, moins connu, on a pu se le permettre en passant tout ça sous silence. S'ils avaient eu leur mot à dire les Genevois auraient refusé cette destruction.

    Pauvre Genève!

    Le PDC n'a pas levé le petit doigt pour s'y opposer: Pourquoi?

    Il ne faut plus que ça arrive. Plus jamais ça! Et vous en tant que politicien pouvez jouer un rôle important pour éviter que ce genre de scandale ne se reproduise.

    Voici des photos qu'on ne trouvera pas dans les médias, bien entendu:

    https://www.facebook.com/contrelenlaidissement/

    Pourquoi le PDC qui est attaché aux traditions et au patrimoine ne soutiendrait-il pas activement l'Association Contre l'enlaidissement de Genève?

    Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Contactez-la! Faites de la publicité pour cette association, faites-la connaître aux Genevois.

    Ils vous en remercieront dans les urnes!

  • @MacKillop

    Merci aux Verts destructeurs du patrimoine, comme le dit clairement cet article:

    "SOS Patrimoine Contre l'enlaidissement de Genève monte à nouveau aux barricades. Le combat est singulier. La droite est pour la conservation du site et les Verts en faveur du béton."

    https://www.bilan.ch/opinions/etienne-dumont/labattage-des-arbres-a-commence-aux-allieres-la-maison-du-tir-a-larc-va-suivre

    Cette superbe maison historique est désormais détruite, alors qu'on avait proposé de l'intérgrer au projet de construction en faisant une bibliothèque ou une maison de quartier! Mais non il a fallu la raser intutilement pour la remplacer par du béton:

    https://www.facebook.com/contrelenlaidissement/

    Et cet article reflète également l'opinion de la majorité des genevois à savoir qu'on bâtit contre eux:

    https://www.tdg.ch/editorial/btir-geneve-genevois/story/16404480

    de même que celui-ci:

    https://www.tdg.ch/signatures/editorial/Geneve-se-construit-a-la-tronconneuse/story/25639532

    et celui-là

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/chantier-allieres-immense-colere/story/16535562

    Le problème c'est cette croyance de nos politiciens qu'une croissance infinie de la population est possible et souhaitable pour un territoire aussi petit que celui de Genève. Encore une histoire de gros sous, mais nous sauront les rappeler à l'ordre aux prochaines votations.

    Ces commentaires de lecteurs résument parfaitement la situation.

    12.09.2019, 08:09 Heures

    Très bon article ! Hodgers reste le grand massacreur d’arbres, étonnants pour un vert, à moins qu’il ne le soit pas et que certains groupes d’intérêt se servent de lui ? Mais évidement ceci n’est que supposition.....

    "C’est clair qu’on ne bâtit pas pour les genevois. On bâtit pour ceux qui y migrent, sachant que les genevois eux ont tendance à quitter le canton."

    12.09.2019, 10:01 Heures

    ""Préserver les arbres ne relève plus d’une lubie d’écolos rousseauistes"". Oui sauf que visiblement, même les verts autorisent les abattages d'arbres séculaire et le bétonnage de zones arborées. Genève à la dérive...

Les commentaires sont fermés.