PDC Carouge - Page 12

  • L'air du temps...

     

    Nous vivons dans l’immédiat, dans le non durable.

    Tout doit changer, rien ne reste.

    Au PDC, nous aimons ce qui est éternel. Ce qui est logique, puisque nous allons survivre à tout et surtout à nos impayables trois grâces.

    C’est vrai que nous sommes un poil lent et que nous aimons nos aises.

    Par exemple le logo de notre bonne ville, que nous avions détourné pour en faire notre bannière.

    Pas mal, coloré et vivant.


    Et puis sans nous avertir, bing, on change.


    Combien cette plaisanterie qui déstabilise le député dépité et le barthass ?

    Un peu pâlot, peu visible, sévère, le Léopard fait la gueule, franchement pas terrible.

    A vous de vous faire une opinion.

     

  • La gauche fait tout pour détruire la Braderie.

     

    braderie 2.jpg

     

    Pourquoi la gauche veut-elle toujours changer ce qui fonctionne ?

    Chaque année, des dizaines de Carougeois vidaient leur grenier ou leur cave et venaient vous proposer leurs coups de cœur, le tout avec les commerçants qui participaient, bref  simplement la plus belle braderie du canton.

    Les rues de Carouge étaient en fête.

    L’ambiance était plus que géniale.

    Simplement une fin de semaine comme on les aime.

    C’était, car le Conseil administratif, plus calviniste que Calvin, a décidé de tout casser.

    Cela ne faisait pas bien,  de voir une idée qui ne venait pas d’eux fonctionner.

    Et puis tout cela donne du boulot, l’organisation, la surveillance, la remise en ordre, crevant de chez crevant.

    Et oui à gauche c’est le peuple qui se met à disposition de l’administration et pas le contraire, allez comprendre.

    Alors  cette année,  c’était seulement  place de Sardaigne et mail des promenades et surtout dehors les gueux milliardaires enfin les petits commerçants carougeois.

    C’est pour que la vraie et jolie braderie carougeoise revienne et ceci malgré notre austère Conseil administratif que le PDC a déposé une motion en faveur de ce retour en arrière. Mais ne vous y trompez pas le PDC ne recule pas, il prend de l’élan !

    Nous agissons, vous gagnez !

     

  • Salut l'Ami

     

    tac tac.jpg

     

    Chapeau bas et respect pour tout ce que tu as fait pour notre belle commune.

    Le cœur sur la main.

    Jamais fatigué, toujours partant pour aider, soutenir, partager.

    Ta gloire personnelle, tu t’en contrefoutais.

    C’était ce qui fait Carouge, ce qui est Carouge, qui te faisait vivre.

    Tes avis étaient utiles.

    Un mot, deux phrases et tout était dit.

    Tu faisais partie de ces vieux carougeois, les gardiens du temple de l’esprit de notre commune.

    L’âme de notre ville, un esprit frondeur mais une amitié de tous les instants.

    Tu es parti le long du chemin.

    Au revoir TAC TAC

    Nous t’embrassons.

    Nous n’allons pas t’oublier.

     

  • On ne prête qu'aux riches !

     

    Danton.jpg

     

    Souvenez-vous, suite  à la mémorable déculottée  au sujet de l’augmentation des impôts,  notre cher Conseil administratif incorpore avait tout fait pour botter le derrière des gueux qui avaient osé les mettre au pilori.

    Robespierre, Danton et  St Just (alias Nicolas, Stéphanie et Janine) se mirent alors à couper !

    Et vlan on réduit les subventions pour certaines associations carougeoises mais attention  pas toutes ! On ne va pas toucher aux camarades quand-même.

    Et re-vlan on diminue d’un tiers des mécanismes salariaux des employés de la ville !

    Pour tous me direz –vous ?   Ben Oui ! Mais maintenant que vous nous en parlez, il semble qu’il existe un petit mais, un tout petit mais !

    Il semblerait que pour 2014 tous les chefs de services et seulement les chefs de services aient été augmentés d’une classe, comme cela d’un coup de baguette magique.  Ceci signifie  une beau cadeau. Ben oui, il faut bien savoir donner un su-sucre après avoir tiré les oreilles.

    Et les autres ? Les simples employés. Et bien niet ! Rien du tout ! Circulez, il n’y a rien à voir.

    D’où le fameux proverbe de gauche : on ne prête qu’aux copains, euh pardon qu’aux riches.

    Mais petite question, comment ont fini Robespierre, Danton  et  St Just ?

     

  • La droite fait une politique des petits copains, la gauche jamais...

     

    copains.jpeg

     

    Et oui, c’est la vérité puisque madame Von Haller l’a annoncé publiquement dans la « Tribune de Genève ».

    Elle a modernisé et professionnalisé l’administration et a mis fin à la politique des petit copains de la droite.

    Donc acte.

    Mardi dernier, lors du Conseil municipal, nous avons voulu en savoir plus.

    Nous avons demandé à madame Von Haller de nous donner des exemples concrets.

    Et bien nous attendons toujours, car la réponse a été plus qu’évasive.

    Voilà comment on énonce  les grandes vérités.

    Des légendes urbaines.

    Cela démontre que lorsque qu’on n’a pas grand-chose à défendre comme bilan, on se défausse sur les autres.

    Restons bons joueurs et félicitons Madame Von Haller pour sa décision de ne pas briguer un 4ème mandat.

    Sur ce sujet, nous sommes 100 % en accord avec elle.

     

  • La grande braderie.

     

    Braderie.jpg

     

    Vous connaissez !

    Chaque année, des dizaines de carougeois vident leur grenier ou leur cave et viennent vous proposer leurs coups de cœur.

    Les rues de Carouge sont en fête.

    L’ambiance est plus que géniale.

    Bref une fin de semaine comme on les aime.

    C’était, car le Conseil Administratif, plus calviniste que Calvin, a décidé de restreindre la voilure.

    Cela ne faisait pas net, tout ce peuple sur la voie publique.

    Et puis tout ce boulot, l’organisation, la surveillance, la remise en ordre, crevant de chez crevant.

    Alors dès cette année, place de Sardaigne et mail des promenades.

    C’est tout.

    Dans la série : Vous avez aimé mais pas encore tout vu, après la célèbre et mythique suppression de la fête de la musique, ne ratez pas : la grande petite braderie ou comment plomber l’ambiance.

     

  • Enfin une gare à Carouge.

     

    Gare.jpg

     

    Les CFF ont décidé de faire un geste pour s’excuser du retard de 2 ans annoncé sur le chantier du CEVA.

    Carouge aura sa gare.

    Oh, une petite gare, une garounette, une halte sans chef de gare, mais quand même une belle plaque avec le nom Carouge.

    Il ne l’avait pas prévu dans leurs travaux par manque de temps.

    Maintenant, ils ont deux ans de plus et 8 millions de trop alors pourquoi se priver.

    Elle sera située au Val d’Arve juste avant le pont sur l’Arve.

    Dans l’avenir, elle pourra drainer tous les nouveaux habitants des Grands Esserts et le nouveau quartier du Val d’Arve, plusieurs milliers de personnes.

    Un plus pour notre commune.

    Rendez-vous à toutes et à tous pour l’inauguration en 2019.

     

  • Sortie de crise...

     

    auberge2.jpg

    Une solution a été trouvée pour l’Auberge communale.

    Le gérant actuel partira fin avril et recevra 45 000 francs de dédommagement.

    Un accord a été signé entre son avocat et la Conseil administratif.

    C’était la moins mauvaise solution.

    Hier soir, le Conseil administratif a reconnu des maladresses dans la gestion de ce dossier. Il a pris ses responsabilités, en assumant les erreurs de ses prédécesseurs.

    Nous le remercions.

    Le Conseil municipal a voté, la délibération libérant les 45 000, à la quasi unanimité.

    Les motions et la pétition qui ont été déposées devant ce conseil n’ont pas été inutiles.

    Un dialogue a pu être mis en place et une sortie de crise négociée.

    Le PDC carouge est content d’avoir joué un rôle important dans ce dossier avec l’aide de Messieurs Morex et Maulini, sans oublier les citoyens qui ont fait remonter l’information en déposant une pétition.

    Un bon exercice de démocratie participative.

     

  • Un poil mesquin !

     

    fete_de_la_musique.jpg

    Vous vous rappelez, l’année dernière, une équipe de « douces dinguettes » avait décidé de monter un festival de musique pour pallier à la suppression de la fête de la musique.

    La commune s’était fait prier pour accepter le concept et donner un tout petit coup de main.

    Quelques quidams, le regard goguenard, attendaient une plantée majestueuse.

    Et bien non, exercice réussi, malgré un temps de chien.

    Cette année, oh surprise, la fête de la musique revient.

    Ces dames se sont proposées. La réponse : chasse gardée de la commune. Il faut bien faire un poil travailler le service de la culture. Tout en sachant que toute la programmation se fait au niveau de la ville de Genève.

    Nos valeureuses organisatrices ont décidé de remettre le couvert et de repartir au front.

    Mais voilà, voilà, nos trois grâces veulent reprendre la main et tout faire pour que cette « malsaine » concurrence disparaisse.

    Alors on met les bâtons dans les roues.

    Ubu n’est pas loin.

    Pas de groupes étrangers (un peu UDC comme credo), mais que du carougeois pur porc. Et cerise sur le gâteau, pouvoir contrôler le programme.

    Nous savions que le communisme façon Poutine était de retour, mais nous ne pensions pas qu’il avait déjà atteint les rives de l’Arve.

    Ce n’est plus Dieu qui reconnaîtra les siens, mais le Conseil administratif.

    Vivement 2015…

     

  • Quel est l'olibrius qui a cadenassé les paniers de basket ?

     

    cadenas.jpg

    Notre ami Laurent Clerc nous a alertés hier. Les paniers de basket de l’école des Promenades ont été cadenassés. Impossible de jouer. A moins d’être assez grand pour faire redescendre le ballon.

    En tout les cas, le coup était prémédité pour empêcher les enfants de venir s’amuser durant la fin de semaine.

    Probablement parce que ces garnements osent crier et rire durant les parties.

    Le dimanche, on doit rester chez soi, tranquillou pépère en se taisant et en s’abrutissant devant la TELE.

    Je sais que Laurent rêve de mettre à disposition, sous contrôle de parents, une à deux salles de gymnastique pour que les jeunes puissent se défouler sainement le week-end.

    Lui quand il a une idée…

    Bref demain au Conseil municipal, la question sera posée :

    Mais quel est le perroquet des Carpates qui a cadenassé les paniers de basket !

     

  • T'es de Carouge si...

     

    chevaux.jpg

    Sur face de bouc vous ne pouvez pas y échapper.

    Des groupes se forment autour d’une appartenance à un lieu, un pays, une ville.

    T’est de… si

    Carouge s’est fait un peu attendre, mais ne pouvait pas manquer cette occasion.

    Allez voir et postez vos souvenirs.

    Passionnant et sympa.

    Aucune agressivité, ni délation.

    Que de la nostalgie.

    Le marché aux chevaux et aux vaches, les défilés des promos, l’ancienne salle de fête, les bonbons volé, les colle-aux-dents, les moutons de Vecchio qui traversent notre ville, le tram qui s’est renversé à la place du Marché, les pétards mis des les voies, le cahier de retenues du jeudi du père Zanone, les bons points du cathé, les glaces nationales gratos, les brises, les biscuits Doria, le cardon Gras, maman Wolfisberg qui avait toujours un petit pain en rab, les garnements du Rondeau qui se battaient contre ceux de la Place du Marché, l’ancien théâtre, la construction des Tours sur des terrains maraîchers, le canal…

    Bon on arrête sinon va falloir aller acheter des mouchoirs en papier…

     

     

     

  • En 2018, nous aurons un nouveau théâtre et une salle des fêtes rénovée.

     

    2018.jpg

     

    Très intéressant, le projet proposé par le Conseil Administratif.

    Du bon boulot. Il faut de temps en temps avoir le courage de la dire, mais sur ce coup là Madame Von Haller a bien bossé.

    Une enveloppe de 62 millions, 8 pour une rénovation de la salle des fêtes et 54 pour une reconstruction du théâtre.

    4 sources de financement pour le théâtre :

     

    • La fondation qui propose d’amener 13 millions.

    • L’Etat qui, semble-t-il, envisage de mettre dans la corbeille de la mariée 15 millions.

    • Les communes genevoises peuvent potentiellement amener 5 millions.

    • Le reste pour Carouge soit 21 millions.

    Soit, grosso modo, le même investissement qu’une rénovation de la salle qui est de toute façon obligatoire.

    Donc, il n’y a pas photo.

    La prochaine étape, un crédit d’étude, la première pierre en 2016 et l’inauguration en 2018.

    Cette nouvelle permettra même de faire baisser les coûts de fonctionnement du théâtre. Pas de nouvel engagement et un regroupement de tous les  métiers au même endroit.

    Nous attendons de voir les chiffres pour la nouvelle Comédie.

    Cela risque d’être un poil plus compliqué.

     

  • N'oubliez pas le théâtre de Carouge !

     

    théâtre.png

     

    Ça négocie ferme entre la ville de Genève et le canton.

    Combien la part de l’Etat pour la construction de la nouvelle Comédie ?

    40 millions ?

    Ok et la part du canton pour le Théâtre de Carouge ?

    Là cela devient vague de chez vague.

    Oui, c’est super, c’est génial votre théâtre, il est clair que nous devons faire un geste, mais les finances, la situation économique, vous comprenez, on vous rappelle…

    Le Théâtre de Carouge devrait être prioritaire car il est populaire. Les coûts de fonctionnement sont bas et ils n’augmenteront pas avec la construction d’un nouveau théâtre.

    Le Théâtre de Carouge vend ses spectacles, qui tournent en France et en Navarre, au Canada et à Zuerich.

    Pour 20 représentations à Carouge, 150 à l’extérieur.

    Du bon et beau boulot pour les comédiens.

    Toutes les représentations font le plein. La « Julie » le rappelait hier, le « Malade imaginaire » se joue salle comble. Plus aucun billet disponible.

    Comme tous les spectacles de cette saison.

    Comme le prochain « Guerre et Paix », qui sera en russe et qu’il ne faudra ne pas manquer. Un pur bonheur.

    Alors, la République doit-elle soutenir en priorité un théâtre qui n’a pas de succès à part pour une certaine intelligentsia et encore.

    Doit-elle investir dans un gouffre à millions ? Une salle trop grande, des coûts de fonctionnement énormes ? Un Titanic culturel !

    Ou doit-elle se rappeler que la culture est par essence populaire comme le sport !

  • Faut-il des toilettes publiques ?

     

    pissoir.png

     

    Toutes les villes de Suisse et de Navarre ont des gros problèmes de toilettes publiques.

    Sales, mal fréquentés, ne fonctionnant pas, peu accessibles aux handicapés.

    Carouge ne déroge pas à cette règle.

    Un conseiller municipal socialiste avait même proposé de s’entendre avec les commerçants pour que le quidam puisse utiliser leurs toilettes.

    Bref on en parle, mais rien ne se fait.

    Le Conseil administratif veut aller de l’avant en proposant un nouveau concept de toilettes, modernes, automatisés, propres, bref le Nirvana des pissoirs.

    A tester sur la place de Sardaigne.

    Juste une question, vont-ils fonctionner aussi mal que ceux de la plaine de Plainpalais ?

    A-t-on fait une étude des besoins ? Pour pouvoir faire nos besoins ?

    Rudes questions qui vont être débattues avec, nous l’espérons,  tout le sérieux nécessaire lors du prochain Conseil municipal.

    Avec comme interrogation : Va-t-on enfin trouver une solution fonctionnelle à ce clochemerlesque problème ?

     

  • Une sortie de secours du CEVA sur le chemin de Compostelle !

     

    via-jacobi-petit.jpg

     

    Du côté du CEVA, on est un poil emprunté. Les premiers plans des tunnels ne comprenaient pas de sortie de secours. Oubliées purement et simplement.

    Le Tribunal Fédéral a donc justement demandé d’y mettre bon ordre.

    Bien, mais où les mettre ces sacrées sorties.

    Avec la densité de la zone villa et la Tambourine pas beaucoup de possibilité.

    Et puis au miracle, on s’est rappelé qu’il y avait un endroit pas trop construit, le chemin qui part de la route de Drize pour rejoindre la rivière du même nom, nommé poétiquement le Bief-à-Dance.

    Un des rares endroits qui a gardé l’empreinte de la nature et qui permet de se promener le long d’une charmante rivière renaturalisée.

    Savez-vous qu’à cet endroit nous sommes sur le chemin de Compostelle, la via Jacobi qui traverse toute la Suisse.

    Chaque jour des pèlerins l’empruntent pour rejoindre Compesières puis Charrot.

    Et bien fini terminé, faudra faire un détour.

    Il semble que la Commune ne soit pas au courant.

    Va falloir bien étudier ce projet et sûrement froncer sérieusement les sourcils.


    viajacobi.jpg