PDC Carouge - Page 13

  • Pourquoi défendre le gérant de l'Auberge communale ?

     

    auberge.jpg

     

    Le bail de l’Auberge communale est échu.

    Un appel d’offre a été lancé.

    Le gérant actuel n’a pas été retenu.

    Il est vrai qu’il n’a pas fait tout juste. Retard dans la candidature, dossier rempli d’une façon trop évasive, il a accumulé les mauvais points et la régie, chargée de la sélection, l’a écarté.

    Nos questions au Conseil administratif sont les suivantes ?

    Le gérant a-t-il failli à sa mission ?

    A-t-il honoré tous ses loyers ? (14 000 francs par mois)

    A-t-il investi dans l’outil de travail ?

    Pourquoi ne pas reconduire tacitement le bail ?

    Cela fait 10 ans, que ce gérant s’occupe de l’Auberge. Il a investi plusieurs centaines de milliers de francs et il a toujours donné satisfaction.

    Après 10 ans, il commence à rentrer dans ses fonds.

    C’est à partir de maintenant que, pour lui, cela devient intéressant d’un point de vue financier.

    Nous avons déposé une motion, avec Claude Morex, qui sera discutée ce soir au Conseil municipal.

    Nous demandons que son dossier soit réétudié par le CA.

    Avec une dernière interrogation : Est-il vrai que le futur loyer soit de 10 000 francs, soit une baisse de 4000 francs ?

    Etrange…

     

  • Interrogations ...

     

    fontenette.png

     

    Vous connaissez les espaces de vie enfantine de la Fontenette et du Val d’Arve.

    C’est l’association « les Moussaillons » qui les gèrent, grâce à une très importante subvention de la ville de Carouge.

    En lisant le fascicule sur les votations du 9 février, notre attention a été attirée par la présence des « Espaces de Vie enfantine de la Fontenette et du Val d’Arve » parmi les partis et associations donnant leur consigne de vote.

    Il est normal que les associations professionnelles donnent leur avis et elles l’ont fait.

    Mais cette structure est-elle habilitée à donner un avis politique ?

    De plus c’est la seule, de toutes les multiples associations gérant des crèches dans le canton, qui l’a fait.

    Est-ce que le contrat de subventionnement de la Ville de Carouge permet ce genre de pratique ?

    Est-ce que le représentant de la ville dans le comité a été informé ?

    Si c’est le cas est-ce que le Conseil Administratif a accepté cette décision ?

    Si les réponses sont positives, cela signifie que la Ville de Carouge a pris officiellement position ce qu’elle n’a pas le droit de faire.

    Cette histoire nous froisse.

    Connaissant la prise de pouvoir de la Commune sur la petite enfance, nous savons très bien que les comités d’association sont aux ordres de Madame Von Haller.

    Gênant, non…

  • Un mérite carougeois plus que mérité.

     

     

    Ducret.jpg

     

    Après des Marescotti, Wolfisberg, Wod, Perret, Messiaux et l’Association Partage (si si, eux aussi !), le Mérite carougeois 2013 a été décerné à une des dernières légendes vivantes carougeoises.

    Non ce n’est pas Claude Morex, même s’il l’aurait aussi mérité après son phénoménal 225ème, mais bien : ROBERT DUCRET.

    Carougeois pure souche et certainement un des hommes les plus admirable de l’après-guerre genevoise.

    Toujours à l’affût notre Robert.

    Dès que nous parlons de Carouge ses yeux brillent de mille feux !

    Même si tout le monde le connaît voici un tout petit tour de piste de notre légende.

    Le jeune Robert  travaille d’abord dans la petite entreprise familiale de combustible dont il deviendra le patron.

    Élu conseiller municipal de Carouge de 1955 à 1973, il y défend le vrai logement social, on a dit le vrai !!

    Député au Grand Conseil genevois de1965 à 1977.

    Président de son parti de 1968 à 1971.

    Conseiller d'État dès 1977, et pour douze ans, à la tête du département des finances et des contributions.

    Son pragmatisme et son bon sens ont servi  au redressement du budget.

    Il a également fait voter plusieurs lois sociales (déductions fiscales, accès à la propriété dans les HLM, blocage des prix du terrain, etc.).

    Conseiller aux États de 1983 à 1991, il préside de manière magistrale la commission des finances et participe aux travaux pour la mise sur pied de la TVA. De 1989 à 2000, il est également chargé par le Conseil d'État genevois de l'accueil des demandeurs d'asile.

    Robert Ducret, radical historique, carougeois historique, et genevois historique.

    Le petit Nicolas ne s’est pas trompé en lui attribuant cette distinction.

     

    Chapeau bas Robert et encore de longues et heureuses années carougeoises.

  • Va-t-on finir au fond d'un grand trou ?

     

    tour2.jpg

     

     

     

    L’état des routes dans le quartier des Tours nous fait souci.

    Le problème est connu, la dalle du parking des Tours est en train de s’affaisser et la surcharge du trafic fait le reste.

    Reste que l’on se fait secouer, comme un prunier, sur le boulevard des Promenades et l’avenue Vibert.

    Le problème, c’est que les plans de réfection de cette dalle existent, mais que les travaux sont couplés avec un agrandissement du parking de la place de Sardaigne.

    Quand ?

    Dans une vie meilleure…

    Petite question à 10 sous : Peut-on encore attendre ou ne va-t-on pas finir, un jour, au fond d’un gros trou ?

     

  • La Pravda a encore frappé...

     

    carouge4.jpg

     

    Et oui !  A l’époque il s'agissait encore de Vivre Carouge, une publication officielle de notre formidable Ville.  Mais après  les élections de 2011, dont 70% des carougeois s’en mordent encore les doigts, la rédaction du journal a été mise sous tutelle par le nouveau pouvoir.

     

    La Pravda, nom maintenant utilisé par tous les carougeois est utilisée comme un journal de propagande par la gauche carougeoise malgré le fait que ce journal soit payé par tous les carougeois.

     

    Madame Von Haller et Monsieur Walder, qui contrôlent le journal, placent toujours des petits articles pleins de contre- vérités.

     

    Exemple : le dernier numéro concernant  bilan de la législature.

     

    Nous allons rétablir la vérité :

     

    Carougeois, voici le vrai bilan de la moitié de législature de la gauche carougeoise !

     

    PARTAGE, qui à l’époque avait reçu le mérite carougeois décerné une CA de gauche,  et bien à la poubelle (si on ose dire). Un  audit indépendant  a ensuite confirmé  que la direction n’avait rien à se reprocher. Depuis la fin des élections cantonales, plus de grèves, étrange ?

     

    Le service Travaux- Voirie-Environnement est juste en train de partir en mille morceaux mais  on n’en parle pas !  Ou si peu, juste assez pour faire un petit écran de fumée évitant de mettre en question les Ressources humaines.

     

    Hausse des impôts ! La gauche a  pris une mémorable déculottée,  juste 70 % de non.

     

    Un vote sanction contre une politique du gaspillage.

     

    Diminution des subventions de 5 % pour  toutes les associations carougeoises afin se venger du vote sanction  de la population! Heureusement que le PDC et le PLR ont réagi !

     

    Diminution d’un tiers des mécanismes salariaux des employés de la ville ! Là encore le PDC et le PLR ont réagi !

     

    Mais tout va très bien Madame la Marquise !

     

    Tout va bien, le soleil ne se couche jamais sur la république  de Carouge. Le petit peuple chante tous les matins les louanges de nos Guides suprêmes.

     

    Gloire et paix éternelle.

     

    Et qui dit le contraire est un fieffé menteur.

     

  • Joyeux Noël et superbes fêtes

  • Ce soir, Conseil municipal et marmite...

     

    Piscine.jpg

     

     

     

    Peu de chose,  les sujets « chauds » viendront plus tard.

    Reste le développement futur du Val d’Arve, sachant que les terrains de la fourrière et du bureau des autos  devraient  revenir à la ville de Carouge.

    Il faudra juste trouver une gentille commune qui soit d’accord d’accueillir ces structures. Allez Bardonnex, Bernex,  un petit effort.

    Mais, nous sommes optimistes.

    Alors que faire et c’est là que tout divise.

    Une zone de détente ?

    Des terrains de foot ?

    Une piscine couverte en vraie ou une piscine couverte en faux (une structure qui se ferme en hiver sur la piscine actuelle) ?

    Une piscine en vrai semi enterrée avec un terrain de foot dessus ?

    Une  prise en compte de tout le périmètre avec un plan localiséou un développement étape par étape ?

    Le PDC demande une chose, que les loisirs sportifs ne soient plus le parent pauvre de la commune et nous aimerions que la gauche comprenne que le sport est aussi important que la culture.

    Sur le plan cantonal nous avons de grands espoirs en Madame Torracinta, qui semble avoir compris l’importance d’une vie associative sportive d’importance.

     

    Le  PDC lui soutient aussi bien le sport que la culture. Il désire un équilibre des dépenses.

    Il votera ce soir la délibération relative à l’ouverture d’un crédit  d’étude de faisabilité et de programmation pour la réhabilitation-construction de la piscine de la Fontenette.

     

  • Le Président de la République.

    Longchamp.jpg

     

    Lundi soir, toute la population carougeoise est conviée à se rendre en cortège de la mairie à la salle des fêtes (à 18h30) pour fêter l’élection de notre conseiller d’Etat et surtout son accession à la Présidence de la République.

    Carouge est fière de compter parmi ses habitants le premier Président de la République de Genève.

    Monsieur François Longchamp va permettre à Carouge d’entrer dans la première législature de la nouvelle constitution avec honneur et bonheur.

    Ce radical, canal historique, va avec force et responsabilité réaffirmer le rôle de l’Etat dans le sens noble du terme.

    Et c’est un sympathique petit pied de nez de la frondeuse Carouge à la Genève praticienne.

    Carouge un peu secouée et égratignée par la révolution fazyste, qui a accepté son rattachement au canton de très mauvaise grâce, devient la commune du premier Président.

    Alors ne boudons pas notre plaisir et allons trinquer à la santé de notre belle République lundi soir.

    On vous attend.

    Et pour les non carougeois, n’oubliez pas de vous essuyer les pieds avant d’entrer sur le territoire de notre commune.

  • Puisque la Presse se tait, on s'y colle...

    silence.jpeg

     

    Rien sur le vote du budget de la commune de Carouge.

    Silence de la Julie ou du Courrier.

    Pourtant après le « schnabe » de l’année dernière, il y avait matière à entrefilets (parole de boucher).

    Deux amendements MCG ont été acceptés.

    La suppression des jetons de présence de nos chers Conseillers administratifs et le choix de l’abonnement Vital bleu à la place de Vital vert de nos encore plus adorés SIG.

     

    C’est avec un plaisir non dissimulé que nous avons décidé de restreindre les prétentions financières de l’exécutif.

    La présence des CA dans les commissions et durant le plénum fait partie du cahier des charges de la fonction.

    En plus le CA est invité lors des séances du Conseil municipal.

    Alors pourquoi ajouter plus de 3000 francs par année pour chaque CA.

    Le PDC a réussi à convaincre des élus verts à voter cette suppression.

    Avec un argument imparable, lorsque j’invite quelqu’un est-ce que je le paye ?

    Nous pouvons vous dire en exclusivité qu’il y a eu un sacré remontage de brettelles durant la pause. Un certain Vert était rouge de colère. Devinez qui !

     

    Pour les SIG, il était clair que nous n’allions pas leur donner plus d’argent. La situation actuelle nous a refroidis un poil. Tant que nous ne savons pas où va réellement l’argent des SIG, c’est ceinture.

     

    Et voilà…

  • Faites vos jeux, rien ne va plus ...

    Jeux.jpg

     

    Riche Conseil municipal…

    Où on apprend que le service Travaux voirie est à l’agonie.

    Où on apprend que la commune faisait du dumping salarial en favorisant les emplois de solidarité.

    Reprenons dans l’ordre.

    Le service travaux voirie n’a plus de chefs de services et le Conseil administratif continue à trouver des cadavres dans les placards. Le chef de l’atelier peinture vient d’être licencié et dénoncé au Procureur général.

    A chaque séance de notre conseil, Monsieur le Maire nous annonce des catastrophes.

    Si la Cour des comptes n’était pas intervenu, aurions-nous la même lecture de la situation ?

    Nous avons le droit de nous poser cette question.

    Y-a-t’il un pilote dans l’avion ?

    Quid du contrôle interne et de la gestion des risques.

     

    Le dumping salarial. Il est avéré et assumé par la gauche. Nous demandions que les deux postes supplémentaires pour ce même service travaux voirie soient retirés du projet de budget.

    Vous connaissez notre position.

    Nous avons également ajouté qu’en l’état de déliquescence de ce service, il fallait peut-être attendre le résultat des enquêtes administratives avant de proposer des augmentations de postes.

    Par exemple est-il vrai que le taux d’absentéisme est très élevé ?

    Pourquoi autant d’heures supplémentaires ?

    La Gauche a argumenté que le travail de Cyclotri avait permis à la commune d’économiser des postes.

    Donc acte.

    Nous avons refusé le budget car nous ne voulons pas être les complices de telles pratiques.

    Pour le reste de la discussion du budget, nous vous en parlerons plus en détail lundi.

    Sachez simplement pour que vous puissiez passer une bonne fin de semaine que la Gauche a explosé en vol. Un doux moment que d’entendre les déclarations des Verts et des Socialistes, copies conforme des déclarations PLR et PDC.

    La prochaine fois, nous allons demander des droits d’auteur.

  • Ce soir, on va parler gros sous !

    starlette.png

     

    Avec la neige, le budget.

    Pas de soirée fondue avec l’ami Clerc et Starlette, mais un doux débat sur nos finances communales.

    Le psychodrame du dernier budget est probablement déjà oublié, les économies votées n’ont pas touché les prestations sociales, ni le personnel.

    Et la météorite promise n’est pas tombée sur nos têtes.

    Bref tout va bien.

    Les subventions ne seront pas touchées et toutes les petites mesquineries gommées (suppression de la gratuité de la fête des écoles, fête de la musique…).

    Cool, zen.

    Juste une petite pierre dans le soulier.

    La proposition d’augmenter, de 2 postes, les effectifs de la voirie.

    Raison : compenser l’arrêt de Cyclotri.

    Nous allons nous y opposer.

    Il nous a été dit et répété que le service de Cyclotri ne remplaçait pas une des tâches régaliennes de la commune, l’obligation de ramasser les ordures.

    C’était un plus.

    Donc on retourne au statu quo ante.

    Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisque dans l’intervalle, la voirie a bénéficié de 3 postes supplémentaires.  

    Si nous votons ces postes, cela veut simplement dire que la commune a fait du dumping salarial.

    Nous attendons avec délice les explications de la gauche.

    En cas de maintien de cette demande, nous ne voterons pas le budget, car nous ne voulons pas être complices d’un problème de sous enchère salariale.

  • Un petit souci...

    souci.jpg

     

    Lors du prochain Conseil municipal, nous allons voter un crédit d’étude de 358 000 francs pour la réalisation de locaux d’enseignement de la musique sur le parking des nouvelles « Familia » à la Fontenette.

    Ces locaux seront mis à disposition de l’EPI (Espace pour le Pratique Instrumentale) qui se trouve en peu à l’étroit dans les sous-sols de l’école du Val-d’Arve.

    Nous n’allons pas nous y opposer.

    Mais nous avons une interrogation.

    Cette édifice se situera à 2 mètre du passage du CEVA, qui à cet endroit est en tranchée couverte.

    On nous a juré qu’il n’y aura aucun problème de bruit ou de vibration.

    Trop de bétons, aucun souci.

    OK, mais on doute.

    Alors avant de se lancer dans une construction qui coûtera au moins 4 à 5 millions (avec une salle de 250 places), nous aimerions être sûrs à 100 % de l’absence de nuissance.

    Espérons que ce crédit d’étude puisse répondre à notre question !

  • Promesses ?

    comédie2.jpg

     

    La nouvelle loi sur la culture a fait deux heureux, le Grand-Théâtre et la Comédie.

    Le canton de Genève va payer 50 % de la construction d’un nouveau bâtiment pour ce théâtre.

    Il va falloir aller vite, puisqu’il doit être construit pour 2017.

    En cherchant bien et en se basant sur les compte rendus des journaux, car nous n’avons pas retrouvé de communiqué de presse, il semble que le canton soit également d’accord de s’engager dans la construction du nouveau théâtre de Carouge.

    Bonne nouvelle.

    Mais la question reste ouverte, combien ?

    Si nous voulons respecter la symétrie des efforts, le Conseil d’Etat devra participer à hauteur de 25 à 30 millions.

    En tout entre 73 et 78 millions.

    Une somme que nous n’allons pas trouver sous les sabots d’un cheval.

    Vu les investissements urgents, dans les transports et la sécurité, qui ne pourront pas être retardés, il semble que cette somme soit trop importante.

    Donc comme, une promesse a été faite à la Ville de Genève, nous avons un doute quand à la réalité de l’investissement proposé à carouge.

    Nous avons également peur que le canton demande que nous attendions la fin des travaux de la Comédie avant de nous lancer.

    Nous avons l’impression que nous allons être les dindons de la farce.

    Alors que le théâtre de Carouge fonctionne, rapporte de l’argent, n’aura pas besoin d’une augmentation des crédits de fonctionnement, la future Comédie risque elle d’être un gouffre financier.

    Salles trop grandes, coûts de fonctionnement trop élevés et surtout absence de spectateurs.

    Nous allons interpeller le Conseil administratif pour que rapidement une délégation, du CA et de tous les partis, puisse rencontrer le futur chef du département de l’enseignement, de la culture et du sport.

  • Il ne faut pas jouer avec le feu...

    cyclotri2.jpg

     

    Le syndicat SIT savait très bien qu’en menant l’action contre les emplois de solidarité de Cyclotri, il risquait  le licenciement collectif des employés.

    Cela a été dit.

    Une sortie de la crise en douceur était possible, mais pour cela il fallait un peu de pragmatisme.

    Après avoir entendu le syndicat et les grévistes, il devenait évident, pour les membres du Conseil municipal, qu’il n’y avait pas d’autres issus que l’arrêt de la récolte des ordures dans le Vieux Carouge par Cyclotri.

    Du moment que Carouge et d’autres communes renonçaient, Partage n’allait pas pouvoir garder ces emplois.

    Quand aux réengagements des grévistes par la Commune de Carouge, cela a été dit et répété, il n’en est pas question.

    Le SIT a été averti.

    Ce qui est malheureux dans ce genre d’action, c’est que des personnes fragiles ont été manipulées pour faire un coup de pub.

    Il aurait été beaucoup plus intelligent d’attendre le débat du Grand conseil sur les emplois de solidarité et de négocier une réforme dans son ensemble.

    Les emplois, même si ils étaient peu satisfaisants, auraient été préservés.

  • Règlement de compte à OK Corral...

    Ok Corral2.jpg

     

    Avec un peu de retard, juste pour égayer cette journée pluvieuse.

    Jeudi dernier, lors de la séance du Conseil municipal, la majorité de gauche a volé en éclat sur les emplois de solidarité.

    La motion d’Ensemble à gauche a été refusée, alors qu’un texte de compromis avait été approuvé en commission.

    A vouloir jouer les sauveurs de l’humanité et les prix Nobel de la bonté, nos trotskystes bien aimés ont énervé les socialistes et le Verts.

    Ambiance, ambiance.

    Pour une fois, nous avons assisté en spectateur aux échanges musclés de la majorité.

    Les socialistes en ont même oublié de nous asticoter.

    Nous en sommes peinés.

    Mais venir nous dire que la Commune avait une responsabilité morale dans l’affaire « Partage » et qu’une partie des grévistes devaient être réengagés par la commune, rendait cette motion impossible à accepter.

    Même Madame Von en a avalé son caviar de travers.

    Cela promet pour 2015.