PDC Carouge

  • Doit- on changer de nom ? Le PDC c’est quoi, c’est qui ?

    Imprimer

    images.png

    D’abord la Génèse si on ose dire.

    Le  PDC est un parti qui remonte à l’époque de la création de l’État fédéral de 1848.

    Tout au long du 19ee siècle, le PDC, qui s’appelait alors Parti catholique conservateur, a pris progressivement le pouvoir dans ses cantons d’implantation traditionnelle, c’est-à-dire en Suisse centrale, en Valais et à Fribourg.

    En 1883, le Groupe de l’Assemblée fédérale est formellement constitué et il a exercé un rôle important pour la cohésion nationale.

    En 1891 le Lucernois Joseph Zemp devint le premier membre d'un parti autre que le parti Radical (et oui !) à entrer au Conseil Fédéral, ce qui scella le compromis historique entre le radicalisme et le catholicisme politique (L’entente ???).

    En 1894, le parti change déjà de nom pour devenir le Parti populaire catholique.

    En 1912, nouveau changement… le Parti conservateur populaire est né et il vivra jusqu'en 1957 lorsqu'il prit le nom de Parti conservateur-chrétien social.

    Ce n'est qu'en 1970 qu'il a adopté le nom de Parti démocrate-chrétien. Une tendance chrétienne-sociale s'est manifestée et le parti y a fait référence dans son nom de 1957 à 1971. Cette aile reste présente encore aujourd'hui.

    Les réformes opérées par le parti en 1970/71 ont permis une ouverture confessionnelle (et oui à Carouge, le PDC a des catholiques, des Protestants, des Musulmans et Juifs…on a même des athées !

    Mais non ?

    Mais oui !

    Et vous savez quoi ? On s’en tape car nous on sait d’où on vient donc on sait ou on veut aller.

    Le PDC se situe au centre de l’échiquier politique suisse. Il poursuit l’idée d’une Suisse libérale et sociale et met l’accent sur le principe de l'économie de marché libérale et sociale et sur la garantie des droits sociaux fondamentaux. Et ça énerve les autres car des fois la droite vote comme nous et des fois c’est la gauche. En résumé, on décide !

    Le PDC s’organise autour des quatre piliers suivants :

    • pour une Suisse favorable aux familles
    • pour une Suisse du plein emploi
    • pour une Suisse socialement sûre
    • pour une Suisse écologiquement durable et moderne

    Bref on se soucie de vous et non pas de nos propres intérêts, Au Centre l’humain.

    Bientôt, nous allons décider si nous allons changer de nom pour le fameux et pas si jeune que cela…

     Le Centre

    Et comme notre système associatifs est un système girondins et bien la base pourra adhérer ou pas ! Nous verrons.

    Et pourquoi pas  ensuite aller bien plus loin et faire un grand centre avec les Vert’Libéraux ?

    Et vous !  Qu’en pensez-vous ?

    Lien permanent 6 commentaires
  • Est-ce que le PDC et Les Vert’Libéraux ont sauvé la Coopérative de Pinchat ?

    Imprimer

    Carouge,ch.de-Pinchat-21a.jpg

    Demain sera peut-être un grand jour pour la coopérative de Pinchat.

    Pourquoi ???

    Peut-être que les blogs et réclamations du PDC au sujet du gel temporaire (ou pas) du concours pour l’attribution de la construction de logements sociaux à travers une coopérative ont dérangé.

    Notre petit doigt nous dit que le Conseil Administratif de Carouge va nous faire une annonce lors du Conseil Municipal de demain, sur le sujet.

    Nous espérons vraiment qu’ils nous ont écouté et que la raison l’emportera. Nous espérons un soutien fort et définitif du CA envers cette coopérative. Soutien qui n’aurait jamais dû disparaître (même temporairement).

    Nous espérons vraiment que la raison l’emporte aussi au sujet de la présence de Mme Molinari comme juré de ce concours. Les conflits d’intérêts sont tels que le minimum serait qu’elle se récuse et qu’elle soit remplacée par Madame Hiltpold.

    Nous espérons vraiment que ces entorses aux bonnes pratiques ne soient plus que de mauvais souvenirs et que nous puissions enfin et à nouveau travailler en bonne harmonie pour Carouge et non pas pour des dogmes ou des intérêts autres que celui du bien public.

    Le PDC et les Vert’Libéraux soutiennent ce type de projet et nous aimerions que le CA le fasse aussi.

    L’avenir nous dira si nous pouvons avoir confiance en nos autorités…

    Lien permanent 7 commentaires
  • PINCHAT : LES FAITS, SEULEMENT LES FAITS... ET DES QUESTIONS

    Imprimer

    images.jpg

    Sans jugement de valeurs.

    Nous laisserons cela à d’autres.

    Acte 1

    Mme Molinari a-t-elle voté, le 21 juin 2012, en faveur du PLQ 29775, en connaissant son impact environnemental (plusieurs arbres ont dû être abattus) ?

    Réponse : oui

    Acte 2

    Mme Molinari a-t-elle postulé pour l’achat et obtenu un appartement en zone de développement (zone à un prix 40% moins élevé que le prix du marché) ? C'est la parcelle de l’acte 1 ci-dessus.  Nous parlons des immeubles situés au-dessus d’Emmaüs, que l'on voit depuis la rue Jacques-Dalphin. 

    Réponse : oui

    Acte 3

    Mme Molinari a-t-elle voté pour l’acquisition par la Commune de la parcelle à côté de celle de sa PPE, en sachant que ces 2 parcelles sont liées par une soulte* de CHF 1'200'000 et en ayant connaissance du PLQ en force ?

    *le terme soulte peut s'appliquer pour définir le montant d'une compensation versé par une partie à une autre partie qui prend en charge ses droits et devoirs financiers.

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de s’abstenir !)

    Acte 4

    Mme Molinari a-t-elle voté en faveur d’une coopérative tout en sachant que le PLQ en force rendait possible la construction de 55 appartements ?

    Réponse : oui

    Acte 5

    Mme Molinari a-t-elle voté un crédit de CHF 255'000 pour des aménagements (DA 031 2016) qui touchent aussi la parcelle de la PPE dont elle fait partie ?

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de s’abstenir !)

    Pour l'anecdote, une autre personne habitant dans cette PPE et qui faisait partie du Conseil municipal s’est abstenue lors du vote...

    Acte 6

    Était-elle membre du jury, en tant que Conseillère administrative, dans le concours devant attribuer le mandat à une coopérative pour la réalisation d'immeubles comportant des logements sociaux juste à côté de sa PPE ?

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de se retirer du jury !)

    Pour l'anecdote, dans le jury, une question a été posée afin de savoir si Mme Molinari avait un conflit d’intérêt, sachant qu’il existe une soulte* de CHF 1'200'000 entre la PPE dont elle fait partie et la parcelle qui faisait l'objet du concours.

    Acte 7

    Le Conseil Administratif (dont fait partie Mme Molinari) a-t-il demandé la suspension temporaire du concours ?

    Réponse : oui 

    Acte 8

    Le Conseil Administratif a-t-il demandé, à travers un courrier daté du 17 juillet 2020 au Conseiller d'Etat, M Antonio Hodgers, de revoir le PLQ qui est en force et ceci malgré le lancement du concours ?

    Réponse : oui

    Acte 9

    Le Canton a-t-il répondu en faveur de la demande de la commune ?

    Réponse : …On ne sait pas, mais relevons que le communiqué de presse de la commune du 31 août ne parle pas de réponse de l’Etat. Si néanmoins il y a eu une réponse, quand a-t-elle été faite ? S’il y a eu réponse avant le communiqué de presse, pourquoi n'est-elle pas mentionnée ?   Le PDC est certain que l’Etat ne va pas laisser passer une opportunité de se défaire d’un dossier épineux.

     

    Maintenant nous posons les questions suivantes...

    Lors de l’achat de la parcelle (coopérative) le 15 mars 2018, l’Etat voulait-il déjà changer le PLQ en force ? Si oui, il nous semble que le Canton aurait commis une faute, car dans ce cas il nous aurait vendu un objet qui ne reflétait pas la réalité !

    Le Conseil Administratif savait-il que l’Etat voulait déjà changer le PLQ en force ? Si oui, pour nous, il y aurait faute de CA, car nous aurions acheté un bien sans avoir toutes les informations nécessaires ni être informés des conséquences possibles. 

    Est-t-il normal que le Conseil Administratif gèle temporairement le concours et envoie une demande de modification du PLQ au Canton sans en parler avant au Conseil municipal, sachant que celui-ci avait pourtant voté l’achat de cette parcelle avec un PLQ en force ?

    Combien va coûter le gel du concours et quelles seront les conséquences pour les coopératives participantes ?

    Le Conseil Administratif a-t-il demandé un avis juridique avant d'envoyer un courrier à l'Etat afin de revoir le PLQ ? Si oui, quelle a été la réponse ? Si réponse il y a eu, le CA a-t-il suivi cet avis ?

    Le président du concours pour l'attribution à des coopératives a-t-il été interrogé au sujet du courrier ? Si oui, qu’elle a été sa réponse ?

    Est-il normal que le Conseil Administratif désigne comme membre du jury du concours une Conseillère administrative qui a des liens d’intérêts évidents pour décider de l'issue du concours et qui ne se récuse pas malgré tout ?

    Est-il normal de voter toutes ces délibérations concernant la parcelle où Mme Molinari habite ainsi que la parcelle voisine, en toute connaissance de cause et ensuite de tout changer une fois élue à un autre poste, et ceci sans questionner l'éthique... ?

    Est-ce que le Canton a payé la soulte à la commune ? Si non, heureusement, car normalement les soultes restent au Canton et sont utilisées seulement lors des constructions.  Si oui, quand ?  Le cas échéant, cela serait pratiquement une première et mériterait des explications très détaillées !

    Quelles seraient les conséquences d’un nouveau PLQ et d’un changement de zone ? Y a-t-il un risque de tout bloquer pour plusieurs années et donc de ne pas pouvoir construire des logements sociaux ?

    Est-ce que le changement de zone diminuerait le nombre d’appartement sociaux de la coopérative ? Et si c’est le cas, serait-il possible qu’une partie de la soulte de CHF 1'200'000 revienne aux habitants de la PPE dont fait partie Mme Molinari ?

     

    La Cour des comptes devrait décider de la suite à donner à toutes nos questions… ainsi que d’autres mais qui ne concernent pas ce blog

    Lien permanent 20 commentaires
  • Budget 2020, Vivement mars 2020 pour que ça change.

    Imprimer

    téléchargement.jpg

    Cette année, nous allons encore faire une analyse réelle de la situation budgétaire, ce qui n’est pas facile au milieu de fans d’illusionnisme ou de militants aveuglés qui nagent dans ce que l’on appellera le « don quichottisme ».  Ces « don quichotte » en herbe pensent que la réalité est suspecte et que la fiction est bien plus vraie et juste. Pourtant, la réalité des chiffres, et ils sont têtus, c’est ce qui surgit quand on est dans une observation saine. Une observation saine, c’est simplement de mettre en regard les recettes et les dépenses.

    Une politique budgétaire saine serait de recevoir une méthode de gestion prévisionnelle rigoureuse en matière de dépenses….  Elle serait de recevoir un plan de contrôle des dépenses au moyen de budgets construits sur la base de prestations clairement définies….  Elle serait de recevoir une planification étudiée et concertée avec le canton sur les prévisions de rentrées fiscales. Et bien Non.

     

    Toujours pas de stratégie…donc pas de plan. Pas de tactique…donc aucune façon pour y parvenir.

     

    Même si nous vivons dans une commune très riche grâce à ses citoyens, ses entreprises et ses commerces, les charges ne cessent d’augmenter puisqu’elles résultent de la politique et des choix d’une partie du conseil administratif. Certes, moins que par le passé mais en augmentation quand-même. Nous nous retrouvons maintenant dans un cul de sac. Cela fait des années que nous le disons, l’augmentation impressionnante des charges depuis le début des années 2000 nous mène dans une situation où nous serons de moins en moins capables d’offrir à la population les prestations dont elle a vraiment besoin. Nous avons fait, et nous faisons encore du superflu alors que nous entrons dans une époque où la commune doit être capable d’offrir, plus de places de crèche aux familles, plus d’aide à une population qui se précarise, plus d’accompagnement aux personnes âgées ! Nous devons revenir à l’essentiel et pour cela, faire l’exercice difficile de se séparer du superflu.

    Une partie de Conseil Administratif nous dit depuis des années que les revenus diminuent et que les charges sont maîtrisées... Ces propos nous font penser au fameux livre « 1984 », de Georges ORWELL, dans lequel on peut lire que : « Le ministère de la vérité…vous ment ! »

     

    Nous constatons que, dans le réel et non pas dans la fiction, les charges sont passées, en 10 ans, de 80 à 109 millions et les revenus de 98 à 105 millions. Alors que penser de ce discours alarmiste tenu par le conseiller administratif délégué aux finances qui nous jure que les revenus ne font que baisser…n’est-ce pas là le moyen de masquer une mauvaise gestion. Dommage que l’alternative reste bloquée dans sa fiction et comme disait Jacques Prévert : « il suivait son idée ». C’était une idée fixe, et il était surpris de ne pas avancer.

     

    Il y aura ce soir des amendements de part et d’autre, et probablement parmi ceux-ci, il sera question de supprimer le poste de délégué à la promotion économique. C’est un poste que nous pensons essentiel pour la commune et d’ailleurs nous l’avons suffisamment évoqué durant des années. Mais, car il y a un mais, nous ne donnerons pas un blanc-seing au conseil administratif sans avoir vu au préalable un cahier des charges digne de ce nom. Nous souhaitons que ce poste soit dédié à des tâches telles que : l’attraction de nouvelles entreprises ou la création d’un pôle de nouvelles technologies durables, par exemple. Actuellement, ce qu’on nous propose c’est un poste pour aider quelques personnes à mieux remplir des formulaires…Vu ainsi, nous pensons qu’il serait mieux que le futur magistrat en charge des finances s’occupe lui-même de la mise en place d’un poste de délégué à la promotion économique et non pas d’un poste alibi. Un autre amendement probable, concernera le rétablissement de la fête de la musique…pourquoi pas. Mais...Il serait assez cocasse de voir.. au hasard… le parti socialiste demander de remettre un événement que sa propre magistrate a enlevé…Nous ne sommes plus à une contradiction près…on verra bien.

     

    Concernant les autres postes proposés par le Conseil Administratif, nous ne ferons pas d’amendements, mais sachez que nous serons très vigilants même si notre administration fait un très bon travail. Nous avons voté plus de 20 postes lors des 5 dernières années dont 8 ce soir. Ces postes devraient être créés pour fournir plus de prestations et surtout pour anticiper le développement de notre commune. Sont-ils tous liés à cela ? Pas certain ! La population Carougeoise a également alloué 15 millions de francs à notre administration pour leur caisse de pension pour qu’ils puissent recevoir 70% de leur dernier salaire alors qu’une caissière à la Miros n’aura hélas que 45% de son salaire moyen. Sachez également que dans le secteur privé, le salaire mensuel brut médian s’élève à frs 6'276 et à frs 8’927 dans le secteur public soit 32.7 % de plus ou encore frs 2'651 de plus chaque mois ! Nous avons augmenté pour tous les Carougeois les impôts l’année dernière. Nous n’avons pas diminué ou retiré les annuités de nos fonctionnaires. Nous avons fait cela pour les soutenir et nous espérons qu’ils en sont conscients. Le constat est très clair, nous avons demandé beaucoup d’efforts à la population Carougeoise. 

     

    Nous espérons vivement que le conseil administratif comprenne aussi ce message et qu’il revienne dans le futur avec un budget et une vision stratégique pour tous les Carougeois. Donc avec des plans et une tactique car c’est le seul moyen d’y arriver.

     

    Il s’agit aussi d’instaurer une culture du dialogue et de la transparence qui permette à ce conseil municipal de faire des choix pour le bien commun même si certains conseillers administratifs ne veulent pas les faire. Le bien commun, ce n’est pas une lutte entre des partis qui s’écharpent, mais des partis qui arrivent à conjuguer les différences pour revenir à l’essentiel des besoins de la population. Dans un futur très proche nous devrons tous, nous disons bien tous, prendre nos responsabilités et montrer aux Carougeois que nous sommes sérieux et qu’ils peuvent compter sur nous.

    Enfin, le budget sera voté cette année car les Verts qui avaient tout bloqué l année passée sont revenus avec des intentions un peu meilleur.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Aide financière pour la mobilité douce … Carouge pas généreuse… mais alors pas du tout !!!

    Imprimer

    leman_express_train_plan.jpg

    Et oui…Carouge pas généreuse…

    Mais les chiffres ont la tête dure…et les actes aussi.

    Et pourtant !!!

    Carouge est une des plus riches communes du canton avec un budget de plus de 100 millions.

    Carouge a un CA vert aux commandes de la mobilité... (Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas très doux avec cette mobilité).

    Carouge a une CA socialiste qui devrait réorienter son cher collègue de l’alternative… (le problème c’est qu’elle est engluée dans des dossiers mal montés).

    Mais revenons à nos moutons.

    Le baromètre des efforts consentis pour les aides financières pour la mobilité douce n’est pas bon.

    Voir mauvais…

    Tout en bas du bas, on trouve la Commune de Carouge, qui a supprimé sa subvention pour les abonnements TPG en 2019. Elle bénéficiait jusqu’ici aux juniors.

    Donc Carouge pour la mobilité douce = 0, et ce n’est pas nous qui le disons mais la Tribune dans son article sur le sujet !

    Mais notre petit doigt nous dit qu’après cela ils vont vite faire marche arrière…

    Un choix fait par un CA de gauche, dont le conseiller administratif Vert en charge de la mobilité…CQFD

    A Carouge la vague verte a aussi frappé...

    Pensez-y lors des prochaines élections...

    Lien permanent 1 commentaire
  • POUR UN CENTRE FORT

    Imprimer

    551374.jpg

    Malgré un résultat très mitigé  à Genève, le  PDC stabilise son résultat aux élections fédérales et continuera de s'engager au cours des quatre prochaines années pour une politique constructive et forte au centre sur la santé, le climat.

    Nous restons le parti le plus important, au centre, au Conseil national.

    Au Conseil des Etats nous resterons probablement également le parti le plus fort.

    Le climat était le thème dominant de la campagne électorale.

    Dans le contexte thématique actuel, le résultat du PDC est un succès.

    Les électrices et les électeurs voient le PDC comme une alternative  crédible en faveur d'une politique environnementale économiquement viable et socialement responsable.

    Nous sommes aussi parvenus à montrer aux électrices et aux électeurs que le PDC propose des solutions concrètes et crédibles dans la prévoyance vieillesse et pour contrer la hausse des coûts de la santé.

    Cela montre le rôle incontournable joué par le PDC pour faire avancer les dossiers.

    L’avenir est au centre.

    Le PDC est à mi-chemin dans son projet stratégique à long terme intitulé #PDC2025.

    Le but est d’affûter notre profil et renforcer nos structures.

    Nous devons réussir à montrer encore plus fortement que le centre est un gage de stabilité et de progrès.

    Nous devons renforcer la culture du dialogue et du consensus.

    Nous devons casser les clichés existants en menant une politique orientée sur la recherche de résultats et ceci pour le bien de tous. 

    Lien permanent 0 commentaire
  • Elections au conseil d'Etat : Trois questions à Béatrice Hirsch

    Imprimer

    bea.jpg

    Vous avez reçu, il y a quelques jours, votre enveloppe de vote qui vous permet de choisir les personnes que vous aimeriez voir siéger à Berne.

    Le PDC Carouge aimerait vous encourager à remplir ces bulletins et exprimer votre choix.

    Nous regrettons que plus de la moitié de la population s’abstienne lors des élections.

    C’est pourquoi, nous prenons les devant pour vous aider à vous faire une opinion et nous posons 3 questions à notre candidate et voisine (vous l’avez sûrement déjà croisée au marché de Carouge), Béatrice Hirsch.

    Avec une solide expérience en tant que Députée, Présidente du Parti et aujourd’hui adjointe à Troinex, vous vous lancez dans la course au Conseil des États. Quelles sont vos motivations ?

    Le Conseil des Etats représente exactement la manière dont je conçois la politique et l'élaboration de solutions pour la plus grande partie de la population. Il s'agit de maîtriser les dossiers et de chercher les compromis qui rassemblent la plus grande majorité possible. Mon expérience politique, à différents niveaux, m'a permis d' appréhender les problématiques sous divers angles et mon positionnement politique, très centriste, me permet de créer des ponts et d'éviter les clivages politiques stériles. Cette année, les deux Conseillers aux Etats genevois se retirent et il faudra les remplacer par des hommes ou des femmes capables de rassembler bien au delà de leur famille politique, je suis convaincue d’avoir les compétences pour réaliser cela. Je suis reconnue comme capable de négocier, de respecter mes engagements, d’être intègre et transparente dans les discussions. Non seulement c’est de cela dont la politique genevoise a besoin, mais j’aime profondément cela.

    En quoi vos parcours professionnel et personnel sont également un atout pour un mandat de parlementaire fédérale ?

    J’ai construit ma vie autour du service à l’être humain et à la société ; aujourd’hui ma candidature est une réponse crédible au besoin de la population d’être représentée par quelqu’un qui leur ressemble. Je connais les difficultés quotidiennes de la conciliation entre la vie privée et la vie professionnelle, je connais les défis que doivent relever les femmes et les familles, sous toutes leurs formes.

    Mon quotidien d’infirmière auprès du patient pendant près de trente ans m’a appris à bien connaître l’être humain et à comprendre ses préoccupations, cela me permet d’être accessible et ouverte au dialogue, proche des gens. Par ailleurs ma vie familiale, mère seule avec deux enfants, aujourd’hui jeunes adultes, me rapproche de la moyenne de la population et je peux prétendre connaître les enjeux et les problèmes rencontrés par cette classe moyenne qui est le ciment de notre société, tout en étant la partie la plus sollicitée.

    Quels sont selon vous les grands défis pour défendre les intérêts de Genève à Berne ?

    Notre société fait face à crise majeure : appauvrissement de son socle - la classe moyenne-  non adaptation du système institutionnel aux nouveaux modes de vie, dérèglement climatique, questionnements sur la croissance et sur notre place dans un monde multilatéral. De part sa densité, son positionnement géographique et son développement socio-économique, Genève fait face à tous ces défis en même temps et doit pouvoir faire entendre sa voix de façon beaucoup plus forte que par le passé à Berne.

    Dans l’immédiat, il faut résoudre deux questions majeures : la santé et notre place dans l’Europe. La santé, non seulement la charge des coûts sur la classe moyenne, mais aussi le positionnement de notre société et de ce que nous voulons comme santé, non pas uniquement comme une absence de maladie, mais comme un bien être et une responsabilité autour de sa propre santé, à commencer par une meilleure prise en considération de la prévention. L’Europe, non seulement dans un but d’apaisement de nos relations, mais aussi dans un débat sur notre place au monde. Que voulons-nous ? Un monde ouvert, qui accepte les défis des interactions multiples ou un monde fermé sur lui-même ?

    Il faut également répondre à l’appauvrissement de la classe moyenne en proposant une réforme globale de notre système fiscal et institutionnel (retraites, aides sociales, formation, soutien aux familles etc.). C’est probablement le travail de plusieurs législatures, mais essentiel pour que la Suisse réponde aux défis de notre société.

    Enfin, évidemment, la question environnementale va accompagner toute la prochaine législature. J’aimerais pouvoir contribuer à la création d’une économie durable et éthique.

     

    Tous aux urnes…il ne reste que quelques jours !!!

    Lien permanent 5 commentaires
  • Elections nationales : Soutenez notre candidate PDC carougeoise

    Imprimer

    Sophie.jpg

    Le 20 octobre prochain, nous voterons pour notre Parlement fédéral.

    Et le PDC Carouge a sa candidate de cœur…Sophie Buchs.

    Pour ceux qui ne la connaisse pas, Sophie défend des sujets qui lui tiennent à cœur.

    Le congé paternité, le climat, l’égalité entre femmes et hommes, le mariage égalitaire, le système de santé, l’AVS ou la fiscalité.

    C’est aussi une femme progressiste, jeune maman et militante décidée à se présenter aux élections pour changer les choses.

    Concrètement, elle va se battre pour :

    • Un congé parental long, partagé équitablement entre les deux parents
    • Une mise en œuvre concrète des objectifs de Paris d’ici à 2050, notamment par des investissements importants dans la recherche et le développement de solutions innovantes pour mettre à 0 nos émissions carbones.
    • Une mise en œuvre d’une loi contraignante sur l’égalité salariale en échange d’une augmentation de l’âge de la retraite à 67 ans.
    • Un mariage dépénalisé fiscalement mais surtout réellement égalitaire, même droits pour toutes les familles.
    • Une réforme du système de santé qui allège le poids des primes maladies sur les familles de la classe moyennes.
    • Une réforme complète de l'AVS et de la fiscalité, notamment en introduisant la microtaxe sur les produits financiers.
    • Une mise en place d'un plan concernant les conséquences de la digitalisation sur le travail en introduisant un revenu universel de base et une réforme de la formation, notamment continue.
    • Un renforcement des bilatérales en ouvrant la discussion de la place de la Suisse dans l'Union européenne.

    Certes, elle ne pourra pas convaincre tous les citoyens sur ces sujets mais elle s’engage à donner toujours clairement son avis, à être ouverte à la discussion et surtout à chercher des solutions avec d'autres partis que le sien.

    Pour porter une voix nouvelle au Conseil national, elle a besoin de notre soutien.

    Comment ?

    Mettez deux fois son nom sur votre liste (sans oublier son code 07.03).

    Ou alors votez pour la liste 7

    Votez également l’excellent ticket pour les Etats : Beatrice Hirsch et Hugues Hiltpold.

    Tous aux urnes…il ne reste que quelques jours !!!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Fête japonaise : quand la culture nippone vient à notre rencontre

    Imprimer

    fe4054be9805012641bfb6856f4bfbfd30f66f82.jpg

    Ce dimanche aura lieu à Carouge, la 9e Fête Japonaise.

    Elle se déroulera, comme l'année dernière, sur la place de Sardaigne.

    Petit retour en arrière pour ceux qui se demandent ce que vient faire cette fête dans l’agenda genevois.

    A l’origine, le Japan Club of Geneva souhaite faire partager la culture et les traditions japonaise à nos citoyens.

    Devant le succès rencontré lors de la première édition à la Salle Frank-Martin à Genève, la décision de poursuivre l’aventure ne fait aucun doute.

    Le seul hic résidait dans le fait que la surface à disposition n’était pas idéale et qu’il fallait trouver plus grand…et c’est là que Carouge intervient dans le jeu en proposant de poursuivre l’aventure sur son territoire.

    C’est donc un moment privilégier que vous pouvez venir partager.

    Il y aura des stands de spécialités culinaires, des ventes d'articles japonais, des présentations de culture japonaise, des ateliers pour enfants, etc...

    Ce "Matsuri" (festival) aura une saveur particulière cette année puisqu’une nouvelle ère impériale a débuté le 1er mai dernier avec le sacre du prince héritier Naruhito. Elle se nomme "Reiwa", ce qui signifie "harmonie", "paix", "bonté propice"...

    Alors venez nombreux et que tout le monde s'amuse en cette journée automnale, colorée de paysages nippons, jusqu'au crépuscule.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Rondeau : que fait-on ? Ben rien !!!

    Imprimer

    rondeau.jpg

    Bon c’est vrai, notre motion en été 2010 sur le Rondeau de Carouge (qui demandait que les TPG renoncent à utiliser la boucle du Rondeau durant les travaux du CEVA et de penser à une tranchée couverte) avait pris un vent.

    Car demander de ne pas attendre la fin des travaux du CEVA pour pouvoir commencer la transformation de ce carrefour nous semblait logique, urgent ! Mais pas pour tous.

    L’opposition était hétéroclite.

    Il y avait les pro-TPG, impressionnants dans leur courroux, leur indignation.

    Oser demander à cette régie de droit divin de ne pas utiliser la boucle du Rondeau et leur proposer d’imaginer une autre solution semblait être un crime de lèse-majesté.

    Il y avait les écolos, M. Walder en tête, qui pensaient et qui pensent toujours à une mobilité à sens unique.

    Nous, nous pensons qu’une bonne mixité est la solution.

    Le débat avait permis de mettre en évidence une perle.

    La gauche allait transformer la route de Drize pour rendre la circulation plus fluide.

    Aujourd’hui on connait le résultat.

    C’est cette magnifique nouvelle route, toute belle, toute moderne, avec une super piste cyclable qui arrive dans un no man’s land, le Rondeau.

    Lui n’a pas changé d’un pouce, rien en 8 ans, aucune proposition de la commune à l’Etat.

    Refaire la route de Drize sans transformer le Rondeau était une aberration et les habitants de ce quartier en pleine mutation l’expérimentent tous les jours.

    Et pire encore avec les nouvelles constructions de la fondation immobilière de la ville de Carouge.

    Arriver au Rondeau…sera un calvaire…désolé, c’est déjà un calvaire !

    A l’époque, ne reculant devant rien, le PDC s’était permis de souffler à l’oreille de notre cher CA (on sait qu’ils lisent beaucoup ce blog) qu’il serait bon de proposer quelque chose rapidement, pendant que le plan d’urbanisation de Carouge Sud, magnifique projet, se met en place.

    Allez regarder du côté de Meyrin ou encore du côté de Vésenaz, il y a de belles tranchées couvertes, ne serait-ce pas une possibilité pour Le Rondeau ?

    Et ben rien…Nadinha…

    A part dire devant tout le monde que Carouge devrait faire une tranchée couverte en oubliant évidement de dire que cela vient d’une motion…PDC et en oubliant surtout de faire le nécessaire pour les carougeois.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tous à vos baskets !!!

    Imprimer

    runtorun_carouge2019.jpg

    Ce samedi 21 septembre aura lieu dans les rues de notre magnifique ville la course populaire, Run to Run.

    Cette édition va ravir les fans de course à pied.

    Plusieurs courses au programme : élite sur 10km, la course de 5km, la relais team challenge, la parents-enfants, le Walking sans oublier la Color Run !

    Venez fouler les pavés de Carouge.

    La course est idéale pour toutes les catégories de personnes…du plus jeune au plus âgé, du novice au plus expérimenté.

    Le départ se fait à la Place de Sardaigne et vous pouvez vous inscrire encore le samedi matin pour les plus indécis…

    Un rendez-vous incontournable pour les amateurs de sport.

    Le PDC est le premier supporter des différentes associations sportives et culturelles de la commune.

    Alors si vous aussi vous aimez le sport, vous savez quoi faire…

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le PDC soutient la culture ET le sport

    Imprimer

    etoile.jpg

    Le sport : synonyme de santé et de bien-être pour toutes et tous et à tout âge.

    La culture : échanges de pratiques dans un groupe social.

    A Carouge, le PDC a toujours soutenu la culture et le sport et pas seulement en paroles mais avec des actes…

    Aujourd’hui on va parler du club de football de cœur de tous les Carougeois !

    Le légendaire et connu dans toute la suisse : Etoile Carouge.

    D’abord, un grand bravo pour la très belle promotion de sa première équipe.

    Et bravo aussi pour son excellent travail de formation de jeunes joueurs.

    N'oublions pas que l'Etoile Carouge c'est plus de 400 jeunes garçons et jeunes filles qui jouent, s'entraînent, gagnent et perdent ensembles, forment des amitiés et apprennent à respecter l'autre (et surtout nos jeunes ne sont pas devant des écrans).

    Oui vous avez bien lu…jeunes filles !

    Car après une magnifique coupe du monde féminine et bien Etoile Carouge a de nouveau des équipes de filles.

    Là encore, merci et bravo, c’est juste génial.

    Mais ce n’est pas fini…notre petit doigt nous dit que notre équipe de cœur aimerait mettre en place une équipe de foot handicap…

    Mais pour mettre cela en place il faut des sous…et aussi des plans bien faits…une convention par exemple…ça fait juste 8 ans que nous la demandons (sic)…

    On ferait peut-être mieux de la faire nous-mêmes…comme pour le budget.

    Mieux encore…demandons à Etoile Carouge !

    Nous sommes convaincus qu’elle serait prête en 2 minutes.

    Lien permanent 2 commentaires
  • Les carougeois sont de drôles de moineaux…

    Imprimer

    6e02ee8ba67a90540ce02208788927b6.jpg

    Et oui chaque année c’est le tir au canon.  

    Vous imaginez…10 canons alignés, crachant leur feu sur des cibles, en plein Carouge.

    Franchement des dingues.

    Avez-vous essayé ?

    Juste pour voir.

    Nous vous rassurons, ce ne sont que des canons de carabines placé sur un petit affût.

    Pas facile de bien viser.

    Il ne faut pas être bigleux.

    L’expérience est nécessaire et géniale.

    Le déplacement vaut la peine, juste pour l’ambiance.

    Alors ce weekend de 9h30 à 12h30 puis de 13h30 à 17h30 vous pouvez faire vos tirs et surtout vous pouvez profiter de l’endroit pour vous restaurez.

    Alors tous au tir au canon.

    Derrière le centre communal, le long de la moraine de Pinchat, vous trouverez à l’oreille.

    Rue du Tir-au-Canon, tout bêtement.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Lutter contre les îlots de chaleur : le PDC dépose une motion

    Imprimer

    carte.jpg

    Le réchauffement climatique qui se produit à l’échelle de la planète n’épargne pas notre pays. Rien qu’à Genève, notre canton a enregistré ces dernières semaines des températures très élevées et un nombre croissant d’épisodes caniculaires. Ces fortes chaleurs ont un fort impact sur les habitants du canton, en termes de qualité de vie et de santé (malaise, déshydratation, pollution, etc.).

    Le phénomène des îlots de chaleur, avec des températures diurnes et nocturnes sensiblement plus élevées dans les villes que dans les zones rurales, accentuent ces problèmes. Ses causes sont multiples : conditions météorologiques évidemment, mais aussi contexte géographique, topographie des localités, caractère minéral des villes et densité du bâti contribuent à l’augmentation des températures. La densité de la couverture végétale est elle aussi significative.

    Menée conjointement par l’Université de Genève, GE-21, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture du canton de Genève (HEPIA), Plante et Cité suisse et la Ville de Genève, le projet « Nos Arbres » traite précisément de l’importance de cette couverture végétale.

     

    Les constats

    Le projet « Nos Arbres » est construit autour de cinq questions fondamentales :

    • Existe-t-il trop, ou trop peu, d’arbres sur le canton de Genève ?
    • Où faudrait-il planter des arbres en priorité́ ?
    • Faudrait-il privilégier de nombreux petits arbres ou quelques grands?
    • Quelles espèces et essences faudrait-il privilégie pour les futures plantations ?
    • Comment améliorer la manière de planter des arbres ?

     

    Le projet souligne les rôles importants joués par les arbres :

    • Espaces de détente
    • Lutte contre la pollution (filtre des poussières et des micropolluants[1]) et le bruit
    • Beauté des paysages
    • Abri de moult espèces animales etc…
    • Atténuation des effets des îlots de chaleur (Évapotranspiration : évaporation directe de l’eau du sol et transpiration des végétaux ; création d’ombrage et limitation de la réverbération du rayonnement solaire sur les murs des bâtiments et les chaussées ; réduction de la température en ville jusqu’à 3 degrés).

     

     

    Que planter ?

    Pour atteindre ce taux de 25%, chaque commune devrait planter 80 arbres moyens et 20 grands arbres sur une période de 15 ans. Alors que planter ? De nombreux arbres ? De petits arbres et quelques grands spécimens ?

    Les grandes espèces sont plus efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur, mais sachant qu’un grand arbre a besoin d’une fosse de 9 m3 (rayon : 9 m ; profondeur : 2 m), les espèces dépendront de chaque lieu concerné.

    L’étude recommande cependant de choisir des essences capables de s’adapter aux futurs changements climatiques (soit + 3-4 degrés de plus selon le modèle intermédiaire du GIEC et de maintenir une représentation diversifiée des espèces (en cas de maladies), en favorisant des espèces indigènes si possible.

     

    Comment planter ?

    L’étude donne quelques pistes pour réussir les opérations de végétalisation, notamment planter simultanément des petits et des grands arbres, avec des espèces variées, favoriser les essences indigènes, favoriser les produits issus de pépiniéristes locaux et sélectionner les espaces susceptibles de s’adapter au réchauffement climatiques.

    Mais pas que !  Il n’y a pas que les arbres…pour lutter contre les îlots de chaleur :  la couleur des constructions est aussi importante, la multiplication des points d’eau.

    La diminution des surfaces vitrées, rehaussement des tours et bouches de refroidissement et d’aération, places publiques en sol terreux sont également importants dans cette lutte.

     

    En résumé…

    La nécessité de (re)végétaliser les endroits à haute densité d’habitations et/ou d’activités ne fait aujourd’hui plus débat, pour améliorer la qualité de vie des habitants, lutter contre les pollutions et les îlots de chaleur. Notre projet de motion a pour but d’ancrer dans le fonctionnement de Carouge des actions qui vont dans ce sens.

     

    [1] A titre de comparaison, un hêtre de 25 m de haut, avec une couronne de 15 m, absorbe autant de CO2 que
    celui produit par 800 logements

    Lien permanent 10 commentaires
  • Service de l’urbanisme : il y a quelqu’un ???

    Imprimer

    06-googleearth_6_-800x600.jpg

    Allo ! Service de l’urbanisme de Carouge ?......pas de réponse !

    Que se passe-t-il à Carouge ?

    Tous les employés du service de l’urbanisme partent les uns après les autres.

    Pourtant il y a du boulot…trop peut-être ?

    Pourtant il y a de l’enjeux…trop peut-être ?

    Mais alors que se passe-t-il ?

    Tout le monde se pose la question !

    Le Conseiller Administratif qui est aux manettes a-t-il un costume trop grand pour lui ?

    Possible voire probable quand on observe sa gestion de deniers lors des discussions sur les budgets…

    Pardon il ne gère plus rien !

    Heureusement, le Conseil Municipal a repris la main…OUF

    Pour Carouge, les enjeux urbanistiques sont énormes.

    La règle d’or à appliquer c’est : compétences, compétences et compétences !

    Il semble que l’oiseau rare a été trouvé.

    Bonne chance et tous nos vœux de réussite à cette personne.

    Mais attention car avec notre melon vert, l’or peut se transformer en eau de boudin…

    Si jamais cela devait arriver et bien nous avons une solution…

    Nous ferons comme avec les budgets et nous reprendrons les rennes.

    Lien permanent 2 commentaires