Réunion secrète du PDC à Carouge (16/11/2010)

chateau hanté.JPG

Samedi 13 novembre, à 19h30, a eu lieu une rencontre au sommet dans la plus pure discrétion à coté de la forteresse du qu'importe.

Un conseiller national PDC, un conseiller municipal PDC, un président d’association PDC ont grimpé tout en haut du donjon surplombant le quartier des bistrots où les carougeois aiment ripailler.
La sentinelle du donjon un Radical ….euh un libéral…enfin on ne sait plus avec toutes ces fusions, recevait ses cousins dans la clandestinité la plus totale.

Ce Monsieur More avec un X, bien connu pour ces magiques recettes et son coté « fin bec », s’était déjà affairé à ses fourneaux, pendant que les cousins et cousines décoraient l’allée et la montée d’escalier.
C’est complètement mort de faim, que les invités arrivèrent à bout de souffle au sommet de la lugubre tour.
Ils collèrent leurs oreilles contre la porte pour écouter en cœur les bruits de casseroles et les soupirs de désespoir.
Le fumet s’échappant du trou de la serrure les décidèrent de frapper à la vieille porte!

Une clef tourna dans la serrure, la poignée s’abaissa et la porte s’ouvrit dans un grincement à faire déplacer tous les graisseurs de la place !
Et là…apparut la mine réjouie de Monsieur More avec un X.

Nous rentrâmes donc à la queue leu leu, dans un petit couloir qui abritait une bibliothèque dans laquelle trônaient quelques bouquins à l’eau de rose.
Le toit du donjon était parsemé de poutres en bois rénovées, le maître des lieux avait enlevé les toiles d’araignées et avait du faire le ménage car une odeur d’eau de javel régnait à l’intérieur.
Ma voisine me souffla à l’oreille… « j espère que ce n’est pas l’odeur de la nourriture ».
La peur s’installa en nous!

Qu'allions nous manger ?

Une choucroute ? Une fricassée sanguinolente ? Allait-il nous empoisonné ?

Le bruit courait dans tout Carouge que la nouvelle génération des PDC était sur tous les fronts et gagnait du terrain dans les cœurs et les têtes des Carougeois.
Ce monsieur More avec un X aux allures de compte radicula….allait-il les faire tomber dans un piège et les jeter un à un au bas du donjon ?
Nous attendions impatiemment le premier plat en dégustant quelques verres de gewurstraminer.
3 heures plus tard, nous étions toujours vivants.

Nous avions dégusté les meilleurs plats qui soient.

Succulents, préparés avec finesse et professionnalisme.

Les vins étaient excellents…normal, c’est nous qui les avions amenés !
Pour le reste, une super soirée et des heures de discussions pour convaincre la brebis de rentrer dans le rang.

Mais rien à faire.

La meute n’a pas pu faire peur à l’agneau.

Le libéral campait sur ses positions et restait insensible aux valeurs démocrates-chrétiennes.

Finalement, c’est bien ainsi.

Il faut de tout pour faire un monde…

10:32 | Lien permanent | Commentaires (10) | La griffe orange