• Doit- on changer de nom ? Le PDC c’est quoi, c’est qui ?

    Imprimer

    images.png

    D’abord la Génèse si on ose dire.

    Le  PDC est un parti qui remonte à l’époque de la création de l’État fédéral de 1848.

    Tout au long du 19ee siècle, le PDC, qui s’appelait alors Parti catholique conservateur, a pris progressivement le pouvoir dans ses cantons d’implantation traditionnelle, c’est-à-dire en Suisse centrale, en Valais et à Fribourg.

    En 1883, le Groupe de l’Assemblée fédérale est formellement constitué et il a exercé un rôle important pour la cohésion nationale.

    En 1891 le Lucernois Joseph Zemp devint le premier membre d'un parti autre que le parti Radical (et oui !) à entrer au Conseil Fédéral, ce qui scella le compromis historique entre le radicalisme et le catholicisme politique (L’entente ???).

    En 1894, le parti change déjà de nom pour devenir le Parti populaire catholique.

    En 1912, nouveau changement… le Parti conservateur populaire est né et il vivra jusqu'en 1957 lorsqu'il prit le nom de Parti conservateur-chrétien social.

    Ce n'est qu'en 1970 qu'il a adopté le nom de Parti démocrate-chrétien. Une tendance chrétienne-sociale s'est manifestée et le parti y a fait référence dans son nom de 1957 à 1971. Cette aile reste présente encore aujourd'hui.

    Les réformes opérées par le parti en 1970/71 ont permis une ouverture confessionnelle (et oui à Carouge, le PDC a des catholiques, des Protestants, des Musulmans et Juifs…on a même des athées !

    Mais non ?

    Mais oui !

    Et vous savez quoi ? On s’en tape car nous on sait d’où on vient donc on sait ou on veut aller.

    Le PDC se situe au centre de l’échiquier politique suisse. Il poursuit l’idée d’une Suisse libérale et sociale et met l’accent sur le principe de l'économie de marché libérale et sociale et sur la garantie des droits sociaux fondamentaux. Et ça énerve les autres car des fois la droite vote comme nous et des fois c’est la gauche. En résumé, on décide !

    Le PDC s’organise autour des quatre piliers suivants :

    • pour une Suisse favorable aux familles
    • pour une Suisse du plein emploi
    • pour une Suisse socialement sûre
    • pour une Suisse écologiquement durable et moderne

    Bref on se soucie de vous et non pas de nos propres intérêts, Au Centre l’humain.

    Bientôt, nous allons décider si nous allons changer de nom pour le fameux et pas si jeune que cela…

     Le Centre

    Et comme notre système associatifs est un système girondins et bien la base pourra adhérer ou pas ! Nous verrons.

    Et pourquoi pas  ensuite aller bien plus loin et faire un grand centre avec les Vert’Libéraux ?

    Et vous !  Qu’en pensez-vous ?

    Lien permanent 6 commentaires
  • Est-ce que le PDC et Les Vert’Libéraux ont sauvé la Coopérative de Pinchat ?

    Imprimer

    Carouge,ch.de-Pinchat-21a.jpg

    Demain sera peut-être un grand jour pour la coopérative de Pinchat.

    Pourquoi ???

    Peut-être que les blogs et réclamations du PDC au sujet du gel temporaire (ou pas) du concours pour l’attribution de la construction de logements sociaux à travers une coopérative ont dérangé.

    Notre petit doigt nous dit que le Conseil Administratif de Carouge va nous faire une annonce lors du Conseil Municipal de demain, sur le sujet.

    Nous espérons vraiment qu’ils nous ont écouté et que la raison l’emportera. Nous espérons un soutien fort et définitif du CA envers cette coopérative. Soutien qui n’aurait jamais dû disparaître (même temporairement).

    Nous espérons vraiment que la raison l’emporte aussi au sujet de la présence de Mme Molinari comme juré de ce concours. Les conflits d’intérêts sont tels que le minimum serait qu’elle se récuse et qu’elle soit remplacée par Madame Hiltpold.

    Nous espérons vraiment que ces entorses aux bonnes pratiques ne soient plus que de mauvais souvenirs et que nous puissions enfin et à nouveau travailler en bonne harmonie pour Carouge et non pas pour des dogmes ou des intérêts autres que celui du bien public.

    Le PDC et les Vert’Libéraux soutiennent ce type de projet et nous aimerions que le CA le fasse aussi.

    L’avenir nous dira si nous pouvons avoir confiance en nos autorités…

    Lien permanent 7 commentaires
  • PINCHAT : LES FAITS, SEULEMENT LES FAITS... ET DES QUESTIONS

    Imprimer

    images.jpg

    Sans jugement de valeurs.

    Nous laisserons cela à d’autres.

    Acte 1

    Mme Molinari a-t-elle voté, le 21 juin 2012, en faveur du PLQ 29775, en connaissant son impact environnemental (plusieurs arbres ont dû être abattus) ?

    Réponse : oui

    Acte 2

    Mme Molinari a-t-elle postulé pour l’achat et obtenu un appartement en zone de développement (zone à un prix 40% moins élevé que le prix du marché) ? C'est la parcelle de l’acte 1 ci-dessus.  Nous parlons des immeubles situés au-dessus d’Emmaüs, que l'on voit depuis la rue Jacques-Dalphin. 

    Réponse : oui

    Acte 3

    Mme Molinari a-t-elle voté pour l’acquisition par la Commune de la parcelle à côté de celle de sa PPE, en sachant que ces 2 parcelles sont liées par une soulte* de CHF 1'200'000 et en ayant connaissance du PLQ en force ?

    *le terme soulte peut s'appliquer pour définir le montant d'une compensation versé par une partie à une autre partie qui prend en charge ses droits et devoirs financiers.

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de s’abstenir !)

    Acte 4

    Mme Molinari a-t-elle voté en faveur d’une coopérative tout en sachant que le PLQ en force rendait possible la construction de 55 appartements ?

    Réponse : oui

    Acte 5

    Mme Molinari a-t-elle voté un crédit de CHF 255'000 pour des aménagements (DA 031 2016) qui touchent aussi la parcelle de la PPE dont elle fait partie ?

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de s’abstenir !)

    Pour l'anecdote, une autre personne habitant dans cette PPE et qui faisait partie du Conseil municipal s’est abstenue lors du vote...

    Acte 6

    Était-elle membre du jury, en tant que Conseillère administrative, dans le concours devant attribuer le mandat à une coopérative pour la réalisation d'immeubles comportant des logements sociaux juste à côté de sa PPE ?

    Réponse : oui (elle n’a, semble-t-il, pas jugé opportun de se retirer du jury !)

    Pour l'anecdote, dans le jury, une question a été posée afin de savoir si Mme Molinari avait un conflit d’intérêt, sachant qu’il existe une soulte* de CHF 1'200'000 entre la PPE dont elle fait partie et la parcelle qui faisait l'objet du concours.

    Acte 7

    Le Conseil Administratif (dont fait partie Mme Molinari) a-t-il demandé la suspension temporaire du concours ?

    Réponse : oui 

    Acte 8

    Le Conseil Administratif a-t-il demandé, à travers un courrier daté du 17 juillet 2020 au Conseiller d'Etat, M Antonio Hodgers, de revoir le PLQ qui est en force et ceci malgré le lancement du concours ?

    Réponse : oui

    Acte 9

    Le Canton a-t-il répondu en faveur de la demande de la commune ?

    Réponse : …On ne sait pas, mais relevons que le communiqué de presse de la commune du 31 août ne parle pas de réponse de l’Etat. Si néanmoins il y a eu une réponse, quand a-t-elle été faite ? S’il y a eu réponse avant le communiqué de presse, pourquoi n'est-elle pas mentionnée ?   Le PDC est certain que l’Etat ne va pas laisser passer une opportunité de se défaire d’un dossier épineux.

     

    Maintenant nous posons les questions suivantes...

    Lors de l’achat de la parcelle (coopérative) le 15 mars 2018, l’Etat voulait-il déjà changer le PLQ en force ? Si oui, il nous semble que le Canton aurait commis une faute, car dans ce cas il nous aurait vendu un objet qui ne reflétait pas la réalité !

    Le Conseil Administratif savait-il que l’Etat voulait déjà changer le PLQ en force ? Si oui, pour nous, il y aurait faute de CA, car nous aurions acheté un bien sans avoir toutes les informations nécessaires ni être informés des conséquences possibles. 

    Est-t-il normal que le Conseil Administratif gèle temporairement le concours et envoie une demande de modification du PLQ au Canton sans en parler avant au Conseil municipal, sachant que celui-ci avait pourtant voté l’achat de cette parcelle avec un PLQ en force ?

    Combien va coûter le gel du concours et quelles seront les conséquences pour les coopératives participantes ?

    Le Conseil Administratif a-t-il demandé un avis juridique avant d'envoyer un courrier à l'Etat afin de revoir le PLQ ? Si oui, quelle a été la réponse ? Si réponse il y a eu, le CA a-t-il suivi cet avis ?

    Le président du concours pour l'attribution à des coopératives a-t-il été interrogé au sujet du courrier ? Si oui, qu’elle a été sa réponse ?

    Est-il normal que le Conseil Administratif désigne comme membre du jury du concours une Conseillère administrative qui a des liens d’intérêts évidents pour décider de l'issue du concours et qui ne se récuse pas malgré tout ?

    Est-il normal de voter toutes ces délibérations concernant la parcelle où Mme Molinari habite ainsi que la parcelle voisine, en toute connaissance de cause et ensuite de tout changer une fois élue à un autre poste, et ceci sans questionner l'éthique... ?

    Est-ce que le Canton a payé la soulte à la commune ? Si non, heureusement, car normalement les soultes restent au Canton et sont utilisées seulement lors des constructions.  Si oui, quand ?  Le cas échéant, cela serait pratiquement une première et mériterait des explications très détaillées !

    Quelles seraient les conséquences d’un nouveau PLQ et d’un changement de zone ? Y a-t-il un risque de tout bloquer pour plusieurs années et donc de ne pas pouvoir construire des logements sociaux ?

    Est-ce que le changement de zone diminuerait le nombre d’appartement sociaux de la coopérative ? Et si c’est le cas, serait-il possible qu’une partie de la soulte de CHF 1'200'000 revienne aux habitants de la PPE dont fait partie Mme Molinari ?

     

    La Cour des comptes devrait décider de la suite à donner à toutes nos questions… ainsi que d’autres mais qui ne concernent pas ce blog

    Lien permanent 20 commentaires